PSYCHANALYSE ACTUELLE

Actuel de la psychanalyse

Association membre de l'Inter-associatif européen de psychanalyse et de Convergencia Mouvement lacanien de psychanalyse freudienne« Le présent est un instant qui a de la chance »

2022 - 2023

SÉMINAIRE DE PSYCHANALYSE ACTUELLE

LES INCIDENCES DU CONTEMPORAIN DANS LES PROCESSUS DE SUBJECTIVATION


OUVERT À TOUS


Le mercredi 14 décembre 2022 de 21h à 23h

En salle Cavaillès, à l’École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm 75005 Paris

Nous réservons l’usage du Zoom à ceux qui n’habitent ni à Paris ni en région parisienne.

Le lien Zoom peut être obtenu en écrivant à benjamin.levy@outlook.fr


Hervé Bentata

Psychiatre, Psychanalyste


GRANDEUR ET DÉCADENCE DE LA PÉDOPSYCHIATRIE FRANÇAISE


Discutants : Nizar Hatem, Françoise Moscovitz et Maria Landau


Pure bêtise idéologique néolibérale et / ou effet de Thanatos ?

Avec la création du secteur de pédopsychiatrie en 1972 par une circulaire, la pédopsychiatrie française a bénéficié d’un développement important avec un décentrement de l’hospitalier vers l’ambulatoire et avec la constitution des CMP comme point central d’organisation des soins assurant leur continuité. S’est ainsi développée une psychiatrie de l’enfant inspirée par la psychanalyse et dans la cité. Lui a succédé, dès la fin des années 80, une politique de santé restrictive dans ses moyens, dite comptable, où le chiffre a pris le pas sur la lettre et l’esprit. Puis la vague néolibérale a amené une marchandisation du soin où il s’agissait de gagner des parts de marché, en multipliant les actes tout en diminuant les dépenses… Alors que parallèlement se développait une bureaucratie normative et de contrôle asservissant des soignants progressivement de plus e Bonsoir, que souhaiterait. Difficile pour elle, mais falloir que pas qu’on s’organise mieux quoi. Donc. Puis ça me fait ça me fait enfin j’ai beaucoup de mal à j’ai beaucoup de n plus plongés dans l'administratif. Comment une telle sape a-t-elle pu se poursuivre sur plus de 20 ans pour aboutir à l’état de marasme Elle s’est déjeuner dehors, c’est un. Assez surréaliste du coup moi j’ai. Je n’étais très pas bien sur la. Et actuel ? Idéologie néolibérale, haine des médecins, jouissance de destruction ? Psychanalyste engagé dans cette aventure pour le meilleur et puis dans le pire, je me propose d’essayer d’analyser les causes de ce démantèlement et d’explorer les moyens d’y remédier.

Contribution libre

Une cagnotte en ligne permet aux non-adhérents et auditeurs irréguliers de contribuer aux divers frais d’organisation : en cliquant ici.

Contribution suggérée : ne pas dépasser 10 euros par séminaire et par personne, 35 euros pour le colloque des 13 et 14 mai. Merci !

PSYCHANALYSE ACTUELLE: 77 rue Monge 75005 PARIS

* * *

Infos auprès des organisateurs du séminaire

Jean-Jacques Moscovitz (psychanalyste, psychiatre) - 06 16 29 51 89 - jjmoscovitz@gmail.com

Benjamin Lévy (enseignant, psychanalyste, psychologue) - 06 47 52 80 10 - benjamin.levy@outlook.fr

* * *

Psychanalyse Actuelle est sur Facebook

SÉMINAIRE DE PSYCHANALYSE ACTUELLE

ACTIVITÉS 2022 - 2023

3ème mercredi


PSYCHIATRIE PSYCHANALYSE, QUELS ACTUELS


Psychanalyse actuelle, association fondée 1987, propose de faire cette année les mercredis troisièmes du mois à L’ENS, 45 rue d’ULM des soirées sur les thèmes actuels entre psychiatrie et psychanalyse -dans les deux sens-. Que deviennent les liens entre psychiatrie et psychanalyse, comment forme-t-on les praticiens, comment soigne-t-on les malades « mentaux » adultes et enfants, quel est l’usage désormais du spectre autistique. Quelles places des soins dans le public et/ou dans le privé ? Que deviennent les hôpitaux psychiatriques ? Quelles proximités entre médecins et équipes du cadre et ceux des CHU ?

Guy Dana, Patrick Chemla, Hervé Bentata, Patrick Landman, Sarah Stern ont accepté pour les mercredis de novembre à mars… En Mai s’en suivra, inspiré par les débats des mercredis, un week-end pour apprécier nos pluralités, nos rapprochements, nos orientations face à une « modernité » politique qui passe de plus en plus comme prenant en mains l’Autorité Médicale au nom de la Santé mentale où la psychanalyse est « engagée » bon gré mal gré. Psychiatrie/neuropsychiatrie et psychanalyse sont-elles encore articulées historiquement du fait de la folie ? Les Institutions tiennent -elles suffisamment sur le plan éthique ? Quelles novations, quels deuils, quelles vocations sont-ils en cours, sont-ils à l’œuvre, en échecs ?


Les conférences des mercredis ont lieu à l’ENS, 45 rue d’Ulm, en salle Cavaillès, le Zoom est prévu pour ceux qui n’habitent ni à Paris ni en région parisienne

Le lien Zoom peut être obtenu en écrivant à benjamin.levy@outlook.fr


* * *

Guy Dana le 16 novembre 2022

Psychiatre, Psychanalyste

Membre et ancien président du Cercle freudien ; a longtemps dirigé un service de psychiatrie générale adulte et mis en place une thérapeutique des psychoses sur le principe d’une pluralité de lieux ; vient de publier : La fortune des deux hasards (essai sur la méthode en psychanalyse) chez Stilus ; exerce désormais en libéral à Paris


A LA RECHERCHE DE CONCEPTS INNOVANTS POUR LA PSYCHIATRIE

Traduction, perspective, langage des lieux. Peut-on s’inspirer du dispositif analytique pour l’adapter à l’exercice de la psychiatrie publique ? Dans cette intention, retenons en le résumant à l’extrême, que ce dispositif associe l’accueil, un accueil inconditionnel au questionnement, ce qui dans le domaine des psychoses n’est pas réalisable immédiatement ; il faut donc essayer d’inventer des modalités de travail innovantes pour une sémantique elle-même renouvelée. Aujourd’hui, la prescription est la règle et force est de constater que lorsqu’une personne va mal, le réflexe immédiat est de changer le traitement ; bref, les patients sont très peu entendus ; surtout, rien n’est engagé pour les aider à penser autrement, ce qui finalement conforte les interdits de penser. Or à la condition première d’une pluralité de lieux (à l’intérieur d’un même espace comme le secteur), il est possible de mettre en acte de nouvelles avancées en particulier pour les psychoses : la traduction, la perspective et l’organisation langagière de l’ensemble traversé sont à retenir. Pour la traduction, l’expérience que je relaterai prend appui sur la conception du philosophe allemand Schleiermacher pour qui traduire se situe en premier lieu dans la même langue ; voilà qui se rapproche de Freud qui lui-même utilise la notion, en particulier dans une de ses lettres à Fliess (lettre 112) pour préciser comment progresse l’acquisition du langage chez l’infans. Or la réflexion de Freud qui considère le refoulement comme un défaut de traduction peut à certaines conditions s’étendre aux psychoses. La perspective, notre seconde proposition a donné lieu à des textes souvent décisifs, toujours chez Freud en particulier lorsqu’il évoque dans les Trois essais, la construction de l’objet. Enfin l’organisation d’un ensemble de lieux sur le calque du langage tel que Lacan l’a théorisé pour le sujet apporte infiniment de possibilités pour penser un ensemble opérant avec les psychoses.

Réf. : Guy Dana : La fortune des deux hasards, essai sur la méthode en psychanalyse (Ed. STILUS 2022)


Discutants : Nicolas Dissez et Daniel Lemler

Daniel Lemler : Psychanalyste, psychiatre, ancien chargé de cours à l'UDS, ancien praticien attaché aux HUS, anime depuis 40 ans un séminaire de psychanalyse à la Clinique Psychiatrique de Strasbourg, a assuré durant une quinzaine d'années une présentation de malade à la policlinique psychiatrique, et continue à rencontrer régulièrement, dans ce cadre, les psychiatres en formation, pour discuter de questions cliniques.

Nicolas Dissez : Psychiatre, psychanalyste. Travaille à la Maison de santé d'Épinay et à Paris

Membre de l'école psychanalytique de Sainte-Anne et de l'ALI. Membre du comité de rédaction et du bureau de L'Évolution Psychiatrique

Parution recente : Les apologues de Jacques Lacan au PUF.

* * *

PATRICK LANDMAN le 18 janvier 2023

DISCUTANTS : MARIE-LAURE SUSINI, DAVID POIROT-GOZLAN, ANNE SANTAGOSTINI

PSYCHIATRIE PSYCHANALYSE : DEUX DISPARITIONS ESSENTIELLES

Les entités nosographiques sont à la fois des productions scientifiques et des objets pouvant être appréhendés historiquement et culturellement. La construction de ces entités reflète des enjeux qui vont bien au-delà d’un progrès linéaire des connaissances.

Deux disparitions dans les classifications nosographiques internationales (DSM et CIM) ont marqué le relâchement du lien entre Psychiatrie et Psychanalyse

Il y a quatre décennies disparition de l’hystérie et il y a une décennie disparition de la paranoïa

Nous essaierons d’expliquer les raisons et les conséquences.

* * *

PATRICK CHEMLA le 15 février 2023

DISCUTANTS : LYSIANE LAMENTOWICZ, EUGÈNE PERLA

PSYCHIATRIE : LA PSYCHANALYSE EN CONTREBANDE ?

Il fut une époque où la psychanalyse était mise en signifiant maître dans de nombreux services de psychiatrie.

C’était aussi le cas dans l’enseignement de la psychologie clinique.

Nous éprouvons actuellement un véritable effondrement et un retournement de situation. L’abord psychanalytique se trouve discrédité quand il n’est pas carrément banni des formations et des pratiques.

La psychothérapie institutionnelle connaît le même sort même si elle avait théorisé dès sa fondation la double aliénation psychique et politique. Jean Oury évoquait la nécessité d’une analyse de l’analyse. Autrement dit de ses conditions de possibilité. Nous ne partons pas de rien pour affronter les résistances actuelles à la psychanalyse. Ce qui a profondément changé c’est l’époque, avec l’absence d’un horizon d’attente qui avait soutenu nos prédécesseurs.

Dès lors il s’agit dans la plupart des situations de soutenir la dimension analytique, celle de l’inconscient freudien et du transfert, dans une certaine discrétion. Faire passer l’analyse en contrebande peut s’avérer une politique nécessaire pour traverser la période de glaciation qui s’annonce.

J’évoquerai ces enjeux au travers de mon expérience au long cours depuis les années 1980. La construction d’un Collectif : le centre Antonin Artaud nous permet encore une praxis de thérapie des psychoses se réclamant de la psychanalyse. Mais il est bien possible que les années qui viennent nous obligent à plus de discrétion, voire de clandestinité.


Patrick Chemla est l'auteur de plusieurs ouvrages collectifs de la Criée publiés aux éditions Eres, portant sur ces enjeux cliniques et politiques. Dernier ouvrage paru : « l’imaginaire dans la clinique ».

* * *

SARAH STERN le 15 mars 2023

DISCUTANTS : MURIELLE APTEKIER, FRANÇOISE MOSCOVITZ

L’ENFANT, SON DÉ VELOPPEMENT, LA NORME ET LE HANDICAP

DE L’INCIDENCE DE LA NOSOGRAPHIE EN PEDOPSYCHIATRIE

Avec l’arrivée du DSM 5 s’est opéré un changement profond de la nosographie en pédopsychiatrie, les anciennes catégories de TED dans lesquelles se rangeaient les psychoses infantiles et apparentés ont été dissoutes. Sont apparues d’autres entités, telles les troubles du spectre autistiques, le TDA H, les troubles oppositionnels avec provocation TOP. Les troubles des apprentissages, eux, ont donné lieu à divers « dys ».

Ces changements de représentation des troubles ne sont pas sans incidences sur la conception des soins. Quelle place peut dès lors prendre la psychanalyse, et même quelle place au soin psychique ?

* * *

AHMED BOUHLAL le 29 mars 2023

DISCUTANTS : MICHEL DUREL, ALBERT MAITRE

UN DIVAN AUX URGENCES

Depuis deux ans les crises s’enchaînent, et font basculer dans une grande précarité les établissements psychiatriques, et par conséquent les patients vulnérables au premier rang desquels les psychotiques. Les pouvoirs publics ne semblent pas en capacité d’y répondre, n’ayant sans doute pas pris la mesure de cette réalité, s’accrochant irrésistiblement à leurs statistiques, qualifiées de « mensonge » par Marc Twain.

Posons-nous la question : qu’est-ce qui nous arrive ? Qu’est-ce qu’on n’a pas vu ? À quel récit l’homme doit s’accrocher, pour ne pas sombrer dans la perplexité ? Le récit libéral, qui a triomphé de tant d’autres, semble en fin de parcours, étouffé comme il est par l’intelligence artificielle, l’infotec et la biotech, ce qui augure, si on ne fait rien, une dictature algorithmique. Un algorithme qui fait la promotion de la tyrannie du présent.

Au plus près de nous, la pandémie de la COVID est venue sonner le glas, en figeant la temporalité et en en anonymisant plus d’un, notamment les adolescents, subitement devenus porteurs sains du virus, et les personnes vulnérables, dont les psychotiques, devenus presque infréquentables, car partageant subitement le même risque que nous autres… Ces derniers sont pour la plupart des « victimes » invisibles subissant une pandémie parallèle.

Que faire devant la comptabilité, la transparence, les statistiques, l’anonymisation, un monde augmenté où l’absence n’est plus le garant de la présence, où la fin est au bout du récit, mais peine à le traverser ? On nous a suggéré vivement d’aller consulter Mabrouk. Qui est-il ?, non seulement on ne sait rien de lui, mais sa voix s’élève haut et fort d’un corps constitué de planches et de clous. Et oui ! Mabrouk est un divan : un divan qui parle ! Allons-y !


* * *

TABLE RONDE le 19 avril 2023

DIRIGÉE PAR BENJAMIN LEVY

AVEC MARIE-NOELLE GODET, ALI MAGOUDi

Ouvertures pour le colloque des 13 et 14 mai 2023.

Comment sont élaborés durant l’ensemble du séminaire désir de psychiatre, désir de psychanalyste, désir de psychothérapeute, désir d’institution face à l’autorité publique de Santé. Ce qui nécessite de créer des liens avec des collègues et des associations en France, en Europe et dans le monde pour faire front à l’adversité grandissante des pouvoirs publics. Le thème se précisera au cours des réunions des mercredis.

* * *

Avec en clôture de l'année un colloque à l'ENS les samedi 13 et dimanche 14 mai 2022

La préparation du thème de ce colloque se fera au cours des séminaires de l'année.

SEXUEL, EXISTENCE ET DESTIN DU MANQUE

Lire ici le texte de Jean-Jacques Moscovitz

Adresse de Jean-Jacques Moscovitz à Psychanalyse Actuelle pour 2022 - 2023

Sexuel, existence et destin du manque

Sexuel dans son parcours psychique est-il tel que l'enfant avant de trouver son genre sexué –est-ce temporel- est d’abord dans un « état » d'incertitude d’être lui-même vivant ou déjà mort, s'il est une chose ou un être animé.

Les destructions et la haine d’Etat s'inscrivent dans ce parcours. L’actuel de nos jours nous fait savoir qu’un adolescent, un jeune adulte peut devenir un futur possible kamikaze. Le procès des attentats de Paris, de Nice, et d’ailleurs, ne montrent-ils pas, qu’au pire de l’horreur, l’assassin est ramené à ce moment de non-vie psychique où la cruauté primordiale de la pulsion de mort désimbriquée Eros le capte à

mort. Le voilà dans une aliénation meurtrière et suicidaire. Où mort et vie ne valent plus rien.

D'où la question : ce moment où il est, est-ce avant l'indéterminé ou le déterminé du sexuel ? Là où fusionnent le rien, la non-vie, la non-mort qui se rembobinent comme au ciné vers la compacité du réel. Ce qui est montré là, ce temps, ce vide originaire sans nom nous enseigne-t-il par un tel parcours à rebours vers le néant, sur le départ du sexuel ?

Sexuel qui de fait sert dés lors de barre, d’index à l’avant-présence, à l’avant-absence, au soubassement de ces moments de non-vie/non-mort...

Le sexuel serait celui d’un ÇA actuel qui nommerait l'entre sexe et existence, devant les effets du trans-genre, trans-sition identitaire. Œuvre en cours du #metoo et aussi, ne l’oublions pas, des conflits du mariage pour tous, de l’émancipation des femmes, du féminin comme jamais.

Là est attendu, la pratique en témoigne, l’inscription de l’index du sexuel, qui se percevrait au niveau d’un collectif presque conscient, et de là les gens vont descendre dans la rue. Et ce pour refuser ou reconnaître la différence des sexes comme produit bourgeois soi-disant, une faute à punir, comme le trop de père, pourtant déjà très mort depuis toujours.

Voilà en tous cas ici que l’intime du sujet manifeste dans la rue ! en lieu et place du collectif. Les médias s’en pourlèchent les babines. L’Ere de la Revendication, de Benjamin Lévy tempère quelque peu les ardeurs foisonnantes dans nos Cités, celles qui brouillent tout brillamment ou pas, par les bons médias et les moins bons.

Le sexuel de Freud, on le sait, repris par Lacan avec les formules de la sexuation, n’est pas la différence des sexes, mais l’existence du manque. Chacun des deux sexes s’en fait un lot qui leur est commun. Manque qui se fixe à telle ou telle pulsion partielle, pour prendre en charge ces zones en dessous du conscient dans ces moments pré-alables, rembobinés.

Là Transgenre, Transvie, Transmort se mêlent à nos désirs, à nos dépens, à nos amours…Le sexuel recouvre l’en-dessous du monde psychique humain attiré sans cesse vers l’immonde de la non-vie…

Est-ce ici la crise de notre idéologie de lutte de classes qui se désagrège encore et encore en inversant les luttes collectives en luttes des intimes entre eux …Déclasser les luttes de leur poids historique !

Est-ce là une crise et ses effets, ou est-ce un habillage par ses effets mêmes, un habillage du retour d’histoire : la Guerre de 1939-45 n’est soi-disant pas terminée, ce qui arrive à l’Ukraine nous le dit. Arrêt du temps utilisé comme une marchandise. Mais l’art du cinéma sait dire les crimes de juifs près de Kiev, crimes mis en film sorti récemment en 2022, avec le nom de Babi Yar Contexte, excellent titre donné par le cinéaste Sergei Losnitza à cet événement de Babi Yar où 33771 juifs furent assassinés. Le film rétablit le contexte de 1943, date des meurtres, et met ainsi les pendules à l’heure de notre ACTUEL.

Alors que l’Est de l’Europe, la Russie, où le pouvoir du masculin veut prouver son existence sans tenir compte du manque propre au sexuel. Masculin qui s’échine à ce que l’abîme frôle le réel comme si on y serait encore.

Disons-le ainsi puisque notre association Psychanalyse Actuelle se donne pour tâche de faire enseignement dans des séminaires et des groupes de travail, mais aussi par le Regard Qui Bat, activité de faire lien entre cinéma et psychanalyse : l’INTIME est commun au cinéma et à la psychanalyse.

Le cinéma se charge de montrer ce que fait l’homme dans ses actions bonnes ou mauvaises, et aussi ses succès et ses échecs, alors que la psychanalyse laisse advenir les étincelles de mots qui allaient s’éteindre dans ce dessous de l’immonde, là où se confond vie et mort pour que plus rien ne vaille. En vain… en vain car entre vie et mort, nous dit Freud, il y un léger décalage en faveur de la vie…malgré la politique qui ne fait qu’accentuer, malgré tout, le fait que l’intime échappe au collectif.

Que devient le psychique est la question clé, que deviennent la psychiatrie, la psychanalyse, la psychothérapie, le lien en institutions ?

D’où l’ouverture cette année d’un séminaire, suivi d’un colloque, sur le rapport entre désir humain et autorité politique de santé « mentale ». Quelles médiations créatrices possibles ?

Comment les excitations des pulsions deviennent-elles psychiques, comment le restent –elles, comment s’agencent-elles en discours.

Quels liens entre éthique du parlêtre et amour, loi et jouissance ? se font-ils du mal ? au point que la France et en psychothérapie de soutien, au cinéma, dans des séries, et surtout dans la vie !

Le psychique devient quoi ?


Disons qu’il y a une sorte d’inversion du rapport à la réalité. Freud écrit dans son Esquisse pour une Psychologie scientifique qu’il est facile de répondre aux stimuli externes (la vie et ses besoins : manger, boire, dormir etc.) mais que le difficile, d’où sa découverte/description de l’inconscient, ce sont les stimuli internes créés par les traces des excitations externes. Aujourd’hui ça se serait inversé. L’intime conscient est réclamé partout et les excitations externes, politiques, médiatiques, culturelles, sociales deviennent ingérables. Les stimuli internes, le psychique, seuls tiennent. Oui mais comment ? Les excitations externes sont dérégulées et la réalité est en crise pour être perçue. Elle nous échappe. Elle est floue trop souvent. Pourquoi ? parce que des retours d’histoire, des violences, sont en cours.


Le psy est là pour les entendre.

Jean-Jacques Moscovitz

Pour les nouveaux groupes de travail, on s'adresse à Muriel Aptekier : muriel.aptekier@orange.fr

* * *

INSCRIPTION À L’ASSOCIATION SUIVRE CE LIEN

* * *

LES ARCHIVES DU SEMINAIRE