LE REGARD QUI BAT. . .

C'est l’apport réciproque entre des cinéastes, leurs œuvres et des psychanalystes

Une fois par mois a lieu la projection d’un film suivie d’un débat entre spectateurs, cinéastes, psychanalystes, philosophes, historiens…

PROJECTION SUIVIE D'UNE RENCONTRE-DÉBAT

LUNDI 18 AVRIL 2022 à 20h

Cinéma Les 3 Luxembourg

67 Rue Monsieur le Prince, 75006 Paris

TROMPERIE

Un film dirigé par Arnaud Desplechin

France 2021 - 1h45mn

La projection sera suivie d’une rencontre - débat avec Arnaud Desplechin

débat animé par : Jean-Jacques Moscovitz, Fred Siksou, Vannina Micheli-Rechtman, Lysiane Lamantowicz, Laura Kofler, Simone Wiener, Françoise Moscovitz…


synopsis : Adaptation du roman Tromperie ("Deception" ) de Philip Roth (1994)

Londres - 1987. Philip est un écrivain américain célèbre exilé à Londres. Sa maîtresse vient régulièrement le retrouver dans son bureau, qui est le refuge des deux amants. Ils y font l’amour, se disputent, se retrouvent et parlent des heures durant ; des femmes qui jalonnent sa vie, de sexe, d’antisémitisme, de littérature, et de fidélité à soi-même…


l’avant-propos de Jean-Jacques Moscovitz : …« Hello love, my old friend, I´ve come to talk with you again… ». (in Sound of silence)

Savoir y faire, cela va sans dire,

Tromperie lie adultères et des amants, là où la rencontre accueille l’amour dans la jouissance captant les désirs.

Arnaud Desplechin par la lumière de l’amour filme les pourquois éternels des amants . L’encre de Philip Roth nous offre les comments qui font lieu longtemps après quand l’amour s’en est allé. Hello love, es-tu le maître du jeu de l'État amoureux où les amants croient le tenir? En vain. Le joli corps tout entier de l’héroïne le sait. Oui elle, elle le sait: l’amour et le savoir sur l’amour font fusion ou rupture. Yeux fermés, elle, l’actuelle pour toujours, décrit exactement chaque détail de tous les détails de la petite pièce sans lit mais avec « un tapis de plastique pour exercices lombaires et adultères ». Des questions plein les livres et les images, pleins de détails sur les juifs et Israël. Hello, love ! une seule fois ok ou game over? L’actuelle va-t-elle retenir ces lieux du réel de l’amour en cours? Oui, mille fois oui, ça fait traces, dans son ventre, il y aurait « comme une boule », un risque grave, de maladie … Déjà parti ailleurs, love laisse-t-il des traces , l’ancienne maîtresse de New-York n’a plus que ce « ça-là » à lui offrir, l’hôpital. Ennui de Philip… pour qui l’amour ne cesse pas de s'écrire, et aussi pour tous de se filmer, se chanter: Hello l’amour ne me quitte pas,

« Et le temps perdu

À savoir comment

Oublier ces heures

Qui tuaient parfois

À coups de pourquoi

Le cœur du bonheur »

(Jacques Brel)

Love et ses « Voluptueux péchés de la chair. Sous son joug. Irrésistiblement emportée » n’ont rien d’une « tomographie de l’aine au coeur…»

Si l’amour fait trace dès son arrivée, l’orgasme ne s’inscrit pas dans le corps cérébral. Et appelle répétitions. L’ailleurs, hello love !

« Il y a en effet un chemin qui permet le retour de l’imagination à la réalité, et c’est l’art » Sigmund Freud

Membres de l'Association Le Regard Qui Bat :

Jean-Jacques Moscovitz jjmoscovitz@gmail.com - Fred Siksou fred.siksou@gmail.com - Vannina Micheli-Rechtman vannina.micheli@wanadoo.fr - Maria Landau - Simone Wiener simone.wiener@free.fr - Laura Koffler - Barbara Didier-Hazan - Daniel Friedmann - Christine Laurent - Lysiane Lamantowicz - Françoise Moscovitz - Thomas Moskowitz - Claude-Noële Pickmann - Muriel Prieur - Pierre Smet (Bruxelles) - Martine Linares (La Rochelle)