LE REGARD QUI BAT. . .

C'est l’apport réciproque entre des cinéastes, leurs œuvres et des psychanalystes

Une fois par mois a lieu la projection d’un film suivie d’un débat entre spectateurs, cinéastes, psychanalystes, philosophes, historiens…

Projection au 3 Luxembourg

67 rue Monsieur le Prince Paris 6

DIMANCHE 9 JUIN, à 20h30

 

UNE FAMILLE

Un film de Christine Angot

Mars 2024 · 1h 21min

  

Réservation des places

La projection sera suivie d'une rencontre-débat en présence de la réalisatrice, Christine Angot.


Ainsi que :

Jean-Jacques Moscovitz, Laura Kofler, Simone Wiener, Lysiane Lamantowicz, Françoise Moscovitz, Annie Staricky … 


SYNOPSIS :

L’écrivaine Christine Angot est invitée pour des raisons professionnelles à Strasbourg, où son père a vécu jusqu’à sa mort en 1999. C’est la ville où elle l’a rencontré pour la première fois à treize ans, et où il a commencé à la violer. Sa femme et ses enfants y vivent toujours.


Angot prend une caméra, et frappe aux portes de la famille.


AVANT-PROPOS DE JEAN-JACQUES MOSCOVITZ :  

« …bruits des mots qui crissent sur le papier, ceux de Christine Angot, musique insistante dans son bureau. Ici les lieux parlent, nous disent les mots qui savent combien 3 histoires sont nouées, et la familiale, et l’intime singulière de l’enfant, et la collective avec son grand H, qui lie les gens dans le monde où nous vivons. Le film montre que l’écart des nœuds d’histoires entre eux peuvent se mettre en trop grande, très grave continuité. Voire se rompre. Détruire la loi de transmission entre générations, provoquant fusion, impossibles filiation et séparation, rompre et envahir l’histoire intime, la plus fragile, dont la mémoire reste prisonnière de l’acte d’inceste. Inceste tel que le film soumet spectateurs, Cité, collectif à se positionner face au discours images, aux silences entre les images, images des faits ici dévoilés enfin. Images de mots, des noms portés par les acteurs réels qui sont alors ensemble au présent par l’acte propre à l’art du cinéma. Ainsi, 3 générations sont-elles mises en regard, celle des parents de Christine, celle d’elle-même et de ses proches, et celle de son enfant, sa fille, témoin constructif par sa parole -psychanalytique oui ! - en ce si joli port de Nice, les criques, ‘la mer… qu’on voit danser… le long le long des golfes clairs… »


 JJMOSCOVITZ



BANDE ANNONCE

Membres de l'Association Le Regard Qui Bat

Jean-Jacques Moscovitz (jjmoscovitz@gmail.com) - Simone Wiener - Laura Koffler - Maria Landau - Muriel Aptekier - Lysiane Lamantowicz - Françoise Moscovitz - Thomas Moskowitz – Daniel Friedmann - Claude-Noële Pickmann - Barbara Didier-Hazan - Annie Staricky - Martine Linares (La Rochelle) - Muriel Prieur - Catherine Erman


« Il y a en effet un chemin qui permet le retour de l’imagination à la réalité, et c’est l’art » Sigmund Freud