Lettre d’un psychanalyste à Steven Spielberg - Nouvelle édition

Jean-Jacques Moscovitz

Editions Papier Sensible

A Monsieur Steven Spielberg, cinéaste de notre temps :« Vous écrire m’a permis de retrouver dans vos films les mythes fondateurs de notre culture. Comment un enfant construit son monde psychique auprès des adultes qui l’entourent, comment dès lors il s’invente des personnages, des pères, comme E.T. Comment son monde intime entre en rapport avec celui qui lui est extérieur, le collectif, le politique. Celui- là même qui a subi une fracture terrible en Europe et ailleurs, celle des camps.L’intime et politique, leurs liens, leurs rencontres aussi bien possibles qu’impossibles, voilà ce qui a motivé ma lettre. L’enfance d’un petit garçon et sa confrontation a cette brisure de civilisation, voila un axe de ma lecture. Est-elle proche de votre pratique de cinéaste? Il me semble que oui, et si c’est bien le cas, je suis en mesure de vous dire ce que vous nous transmette, et comment li se fait que vous faites rêver le monde entier avec DreamWorks. » Lire:Lettre d’un psychanalyste à Steven Spielberg Par Olivier Douville


Une psychanalyse pour quoi faire ? Entretiens avec un psychanalyste

Jean-Jacques Moscovitz et Philippe Grancher


Grancher Éditeur
Une psychanalyse pour quoi faire ? est la première question raisonnable qui se pose, avant d’aller s’allonger sur le divan d’un inconnu ! C’est aussi le titre de cet ouvrage, qui répond à toutes les interrogations que pourrait poser le néophyte à un psychanalyste. Élaboré selon le principe du dialogue, cet échange permet de décrypter le langage et les concepts de la psychanalyse. 
Au cours de huit entretiens, les auteurs développent dans un langage courant les notions sophistiquées et les thèmes récurrents de la psychanalyse : conscient et inconscient ; enfance et Œdipe ; adolescence et toxicomanie ; névroses, psychoses et perversions ; fantasmes, impuissance et frigidité ; langage et mensonge ; transfert et métier d’analyste… 
Freud précisait que si la psychanalyse est "une méthode de traitement des désordres névrotiques", son but ultime n'est pas de guérir en abrasant le symptôme, mais d'aboutir à "la récupération de ses facultés d'agir et de jouir de l'existence". Cet ouvrage apportera de nombreux repères à tous ceux qui souhaitent atteindre cet objectif, pour entamer ou développer avec clarté d’esprit le travail avec un analyste.

D'où viennent les parents ? Psychanalyse depuis la Shoah

Jean-Jacques Moscovitz

Editions L'Harmattan, 2007
Quelle psychanalyse depuis la Shoah, après la brisure de l'Histoire et de la Civilisation ? Qu'est-il arrivé à la vie, à l'amour, aux désirs, à la mort, à la jouissance, à la filiation, au lien entre les hommes, quels que soient nos liens à l'originaire, à l'identitaire ? Il s'agit dans ce livre d'inscrire la rupture de notre civilisation dans le discours psychanalytique par la mise en perspective de l'ouvrage de Freud L'homme Moïse et la religion monothéiste, le film Shoah de Claude Lanzmann, l'enseignement de Lacan et l'apport d'un clinicien ayant une pratique de la psychanalyse. D'où viennent les parents ? nous rend témoins de thèmes que Jean-Jacques Moscovitz approche avec l'aisance tragique du praticien de l'inconscient, et la rigueur intellectuelle de celui qui tient, qui nous tient, passionnément à ses repères. Ceux-là mêmes qui fondent, parmi d'autres, la psychanalyse dans l'actuel : le féminin, le Père, la pulsion de mort, le fantasme / fiction, le dire / écrit... Thèmes qui nous font mieux aborder les violences d'aujourd'hui afin de les apaiser... quelque peu.

Hypothèse amour

Jean-Jacques Moscovitz

Éditions Calmann - Lévy



La Psychanalyse 

Vannina Micheli-Rechtman

Éditions Flammarion Champs essais
Plus d’un siècle après sa naissance, la psychanalyse est toujours l’objet de controverses et d’attaques virulentes. Son histoire est jalonnée de batailles et de remises en question qui montrent la nécessité d’examiner sa place dans la société, d’interroger son épistémologie, afin de maintenir vivants son développement et sa transmission en sortant d’une position essentiellement défensive.
Les détracteurs contemporains puisent dans les dogmes modernes de la science les éléments de leur contestation, mais Freud en avait déjà anticipé les principales tendances. En développant une généalogie de l’interprétation, un des concepts clefs de la théorie et de la pratique psychanalytique, l’auteur entreprend de resituer les différentes critiques dans leur contexte historique. La psychanalyse est ici en débat avec l’herméneutique (en montrant comment le freudisme en modifie son histoire), avec la science (en panant de la querelle entre les sciences de la nature et les sciences de l’esprit), enfin avec la philosophie du langage (puisque Wittgenstein se présentait comme un « disciple » de Freud). Trois temps, trois débats, trois perspectives théoriques dont les racines permettent de renouer le fil d’un conflit moderne des paradigmes.

Le Miroir de Cordoue

Nabile Farès

Éditions l'Harmattan
Ce livre est une fiction écrite sur la ville espagnole de Cordoue où l’auteur-narrateur fut invité en 1975, durant l'été à assister un Vendredi à une prière dans la cathédrale qui pour deux heures était redevenue - hommage d’une tolérance possible, souhaitée, contemporaine - Mosquée.
Le narrateur eut l’idée. I ou moment, de demander à l'Algérie d’envoyer une équipe de cinéastes pour filmer cet événement. 
Cordoue est une si belle ville quelle attira de nouveau le narrateur, quinze années après. Il en rapporta, cette fois, sous forme de récits autobiographiques, de flashes rêvés à la Wim Wenders, les différents scenari qui devaient servir aux repérages puis aux scripts du film. 
Jeux de miroir où se donnent à lire la désespérance, l’humour, la vision d’un écrivain, contre les prétentions anciennes ou actuelles de faire de l’histoire à partir d’un nationalisme simplet, destructeur, à "pureté" culturelle, religieuse, ou ethnique. 
Le Miroir de Cordoue est l’écriture éclatée, resplendissante d’une ville qui. durant près d’in siècle - le Xème - en Europe, en Andalousie, fut une vraie gloire pour et de la civilisation humaine 
Feuilleter le livre
.


Il était une fois, l'Algérie

Nabile Farès

Éditions Achab

Il s’agit d’un fait divers très commun, répété durant les années dites, en Algérie, « noires»: l’enlèvement d’une jeune femme, Selma, raconté selon un mode fantastique traversant les différents personnages, Tania, fille de Selma, devenue mutique, Slimane Driif, journaliste, apprenti écrivain, Le Directeur d’un journal, «La république des lettres», Linda, peintre exilée d’Algérie, Un ministre de la santé, Un Président de la république, une psychothérapeute qui, à travers des bribes d’histoires, reconstitue ce fait « divers.»
Les récits se rapportent à des moments historiques, vécus, de l’Algérie contemporaine : « Accords d’Evian », assassinat de M. Khemisti, manifestation et répression d’octobre 88, tremblement de terre de Boumerdès... Une écriture tragique, cocasse, transparente, lisible, explicite, raffinée, poétique, nous donne à lire, comprendre, refuser, la mise en péril subjective, la psychothérapeute du récit dirait ix psychique », historique, des générations nées, en Algérie, après que ce pays devint, «une fois » dit, « libre et indépendant ». possible

La petite bête qui monte ça me terrorifie.
Paroles d'enfants recueillies par un psychanalyste


Éric Didier

Editions Le Nouvel Attila - www.lenouvelattila.fr  - Couverture et maquette de Tom Henni – 92 pages – 6,00€

"C'est pas que je cherche midi à quatorze heures, c'est que dans ce fatras de la famille, midi est à quatorze heures."

La belle rencontre entre des enfants et un psychanalyste. Ce recueil de paroles d’enfants est le fruit de trente années de travail d'Éric Didier, praticien de la psychanalyse, auprès d'enfants de tous âges et de toutes origines, dans des dispensaires de pédopsychiatrie en Seine-Saint-Denis et à Montmartre. Aussi sincères que laconiques, drôles que cruelles, ces phrases à mi-chemin du poème et de l'aphorisme griffonnées au cours des séances en disent long sur l'univers des enfants et la complexité de leurs sentiments, de la haine indicible à l'amour fou.Les sources d'inspiration d'Éric Didier viennent des enseignements de Jacques Lacan puis de Claude Lanzmann. Son attachement à la parole imprévisible doit beaucoup à la musique indienne et à Keith Jarrett. Enfin, il ne saurait "écouter" sans Herman Melville, Fédor Dostoïevski, Thomas Bernhard et J. D. Salinger.


Paroles d’enfants à un psychanalyste
Eric Didier Éditions Petite Capitale

« J’ai pensé que certaines paroles d’enfants, prononcées il y a des années dans le cadre d’une analyse menée en cabinet particulier ou en dispensaire public de pédopsychiatrie dans la plus démunie des banlieues, méritaient qu’on prenne soin d’elles, un peu comme si elles venaient d’être confiées à la première passante ou au premier passant venu, toujours un peu orphelin de sa propre enfance tombée aux oubliettes.
Vous ne devriez pas rester insensible à la violence des tempêtes soufflant dans les têtes, à la profondeur des désarrois de ces enfants. L’ingéniosité de leurs trouvailles, le souffle de leur humour pourraient un instant vous emporter ailleurs. […] Leur contribution à la psychanalyse est venue se déposer au fil de ces lignes. Pour vous je m’en suis trouvé passeur et traducteur.» 
Éric Didier

Rêver de réparer l'histoire... Psychanalyse Cinéma Politique

Jean-Jacques Moscovitz

 Paru en janvier 2015 - 208 pages illustrées - 25€ - Editions Ères - Collection Le Regard Qui Bat

Cinéma et psychanalyse se regardent et s’écoutent, nouant l’intime, le social et le politique. Images de cinéma et paroles en séances gardent leur part de mystère grâce à la surprise et à la beauté des mots et des images, quelle que soit la génération à laquelle on appar-tient. Art du cinéma et intelligence de l’approche psychanalytique enrichissent notre regard et notre écoute et laissent espérer quelque apaise-ment relatif à notre histoire intime, familiale et/ou collective en lien avec la grande Histoire. Psychanalyse et cinéma font oeuvre émancipa-trice pour le sujet et la société.

L’écriture de Shoah - Une lecture analytique du film et du livre de Claude Lanzmann

Anne-Marie Houdebine-Gravaud

Lambert-Lucas Limoges

" Comme Diderot insistant sur la nécessité de penser le comment plus que le pourquoi, Lanzmann nous apprend qu’il n’y a rien à comprendre dans cette histoire de l’extermination, qu’elle advint sans nécessité, sans sens aucun -- croire que l’Histoire a un sens a fait long feu -- en pure perte pour toute l’humanité. Elle n’est pas seulement une Histoire des Juifs ou pour les Juifs, même si ce peuple a été atteint plus que d’autres par la barbarie nazie cherchant à l’effacer du monde, à éradiquer ses noms, sa langue, jusqu’aux plus infimes traces de son existence, de son apport à l’humanité. Elle est Notre Histoire, celle de l’humain, celle qui est nôtre, celle d’après… D’où l’importance d’entendre, d’écouter ceux qui survécurent malgré la mort de masse ou l’assassinat prévus, organisés."





Psychanalyse d’un président

Jean-Jacques Moscovitz & Yann de l’Écotais

Editions L’Archipel

Défi tentant dés lors qu’il s’agit du plus imprévisible des présidents de la Ve République. Que sait-on de Nicolas Sarkozy ? Fort peu de choses, si ce n’est l’activisme qui masque ses failles et ses secrets…On a dit qu’il n’avait qu’un désir : accéder à la fonction suprême. Quels sont désormais les ressorts de son ambition? Ses interventions médiatiques ne sont-elles que stratégie ? Le narcissisme ne peut tout expliquer…De l’homme politique se mettant en « surbrillance » au chef d’État « solennisé » en reconquête d’une popularité perdue, Jean-Jacques Moscovitz décrit un homme anxieux, désirant, fort et fragile à la fois, engagé dans une lutte contre lui-même, à la surprise de ceux qui l’ont « fabriqué ». Il est alors stimulé et parfois bousculé dans sa réflexion par Yann de l’Écotais, qui lui oppose le regard du journaliste politique. Blessures d’enfance, judéité, culte du « je », quête du père, rapport au corps… Loin de tout jugement, ce dialogue dessine un portrait inattendu de Nicolas Sarkozy et souligne la nécessité d’extraire la politique et le psychique du champ du néolibéralisme pour lui redonner une âme et une intimité.


Letter from a psychoanalyst to Steven Spielberg

Jean-Jacques Moscovitz

Editions Papier Sensible

After Minority Report, released in 2002, a story about predicting future crimes (pray that it never happens), I saw Duel, your very first movie from 1971, in which a giant truck threatens the life of a man driving a car. I have seen quite a few of your movies and I was seized by a desire to write to you. It was as if I was speaking to you, I, the spectator, sitting in the dark of the movie theatre, and you, behind the screen, were telling me a story. I have always imagined the movies like that?You have my word as a child. Very quickly, writing to you helped me to realize the extent of the role of your movies in the link between the myths written into our culture and those that are currently forging our present culture across the planet through the medium of movies. What a project! What is, therefore, the impact of movies on our present day culture ?

Des psychothérapeutes d’Etat à l’Etat thérapeute.
 Une intervention étatique invasive

Marie-Noël Godet
Editions l'Harmattan










Feuilleter le livre

Chronologie de la psychanalyse du temps de Freud

Olivier Douville


Éditions Dunod

Extraits de la 4ème de couverture :
 « Cet ouvrage retrace chronologiquement l’histoire de la diffusion de la psychanalyse non seulement dans le monde européen et américain mais aussi dans de larges pans des continents asiatique et africain. Il propose de nombreuses et régulières incursions dans le monde des idées, au carrefour des révolutions politiques, intellectuelles et artistiques de la première partie du XXe siècle. Un index des pays et des auteurs font de ce livre un véritable outil de travail. Destiné en tout premier lieu aux étudiants de psychologie, cet ouvrage concerne également les enseignants, chercheurs et praticiens travaillant sur la psychanalyse.» 

 Feuilleter ce livre

Mémoire de l'Absent

Nabile Farès

Éditions du Seuil

Si le premier livre," Le champ des Oliviers", déployait le territoire d’une inscription concernant aussi bien l'histoire que la guerre d’Algérie, "Mémoire de l’Absent" restitue par et dans le langage la cassure mentale et sociologique d’un monde en pleine destruction.

Récit de la vie d’Abdenouar, de ses rapports avec les membres de sa famille ou d’un lycée d’Alger; mythe touchant aux origines de la constitution arabo-berbère du Maghreb, ce deuxième livre, par l’intermédiaire des personnages de Jidda-la Vieille -et du Récitant, enracine ses pages et son propos dans les plus lointaines données de la mémoire collective. Telle est l’importance du récit de la mort de Kahéna, prise, comme celle d’Abdenouar, dans l’étendue du langage de l’Outre, métaphore par laquelle sont signifiés le passage, l’abondance, et l’écoulement de la vie.

Selon une lecture attentive, "Mémoire de l’Absent" est bien le deuxième livre de cette Découverte du Nouveau Monde.


De la réglementation du titre de 
psychothérapeute - 

La santé mentale, une affaire d'Etat

Marie-Noël Godet

Editions l'Harmattan


La création d'un titre de psychothérapeute questionne le devenir de la psychanalyse. En libéral, devra-t-on se résoudre à souscrire au titre de psychothérapeute si la demande s'oriente tout naturellement vers ce qui donne l'apparence d'une garantie professionnelle ? Et en institution, faudra-t-il faire usage du titre pour exercer des activités cliniques ? Cet ouvrage ouvre un débat, dans un contexte où la santé mentale est devenue une véritable culture d'Etat.

Les figures de l'Autre - Olivier Douville
Collection: Psychismes, Dunod 2014 - 288 pages - commander l'ouvrage ici


N
otre modernité est de plus en plus marquée par des phénomènes de déplacement, d’exil et d’exclusion de familles entières. Comment s’évader des certitudes identitaires afin de devenir des sujets de la multitude et du déplacement ? Cet enjeu importe tant à la psychanalyse qu’à l’anthropologie. Il déplace ces deux disciplines au-delà du culturalisme. Le dialogue est urgent entre cliniciens et anthropologues. L’anthropologie psychanalytique contenue chez Freud et même Lacan est-elle actuelle ? Les mythes psychanalytiques ont-ils une pertinence ? Le mythe freudien est-il universel ? Ce livre expose d’abord l’histoire des rencontres entre les deux disciplines, les filiations et les tensions qui ont marqué leurs échanges. Il situe les moments les plus vifs des débats qui explosèrent autour de l’enjeu très controversé que représente la création de dispositifs thérapeutiques spécialisés pour les dits « migrants ». C’est sur le projet d’une construction de l’anthropologie clinique que se termine ce livre. L’auteur illustre son propos par le témoignage de plusieurs fragments de cures menées avec des personnes et des familles provenant du Maghreb, des Antilles ou de l’Afrique de l’Ouest, que ce soit à Paris, au Sénégal ou au Mali.