Notre collègue et amie Nicole Jaquot est décédée le 23 avril. C'était une remarquable analyste d'enfant, elle a animé pendant dix-hui ans avec Fernand Niderman et moi-même un séminaire sur la clinique et la théorie de la psychanalyse avec les enfants. Elle a participé à un travail collectif et mené avec passion , qui a consisté à étudier l'enseignement de Lacan et a en tirer ce qui devait renouveler le travail avec les enfants. Formée par Jean Clavreul ; elle a été la secrétaire du C.E.R.F puis plus brièvement de Psychanalyse Actuelle où elle est entrée avec ses amis et compagnons de travail. Exerçant comme de nombreux analystes d'enfants à la fois en libéral et dans les institutions, elle a contribué à introduire la Psychanalyse dans les institutions . C'est en psychanalyste qu'elle recevait les parents amenant leur enfant aux consultations publiques et comme dans un courant important dans le champ de travail avec l'enfant , elle s'adressait à l'enfant le constituant d'emblée comme un sujet. C'était une femme courageuse , elle avait des idées justes sur l'environnement social. Elle était fille d'instituteurs lorrains résistants pendant la deuxième guerre mondiale.

Hommage a Nicole Jaquot décédée le 23 avril 2017


Notre amie, collègue, Nicole est morte dimanche 23 avril dernier à l'hôpital Cochin à 10h. 50, j'étais avec sa fille Aurélie auprès d'elle presque jusqu'à la fin.

Quarante années de vie et de travail où nous avons été extrêmement proche , elle avait comme moi une passion pour la psychanalyse et pour le travail de l'analyse avec les enfants.

J'ai rencontré Nicole après la mort de Jacques Lacan et après la dissolution de l'Ecole Freudienne dont nous étions membres toutes les deux.C'est plus tard quand je l'ai connue que j'ai appris qu'elle avait fait son analyse avec le Dr Jenny Aubry qui était aussi Chef de service de Pédiatrie et membre importante de l'Ecole Freudienne . Je ne connaissais pas Nicole pendant son analyse avec Jenny Aubry et pourtant j'étais moi-même interne puis chef de clinique dans les services où elle était la Patronne comme on disait à l'époque.

Quand nous nous sommes rencontrées , il y avait quelqu'un d'autre qui était là et qui faisait lien entre nous deux, c'était Fernand Niderman. Et nous étions toutes une petite bande de jeunes psychanalystes , d'amis et d'auditeurs enthousiastes du séminaire de Lacan.

Puis il y a eu la création de l'association Psychanalyse Actuelle Avec JJMoscovitz, Anna-Marie Houdebine, Michel Guibal et beaucoup d'autres amis et nous les avons très vite rejoints. La Rupture de l'Histoire et quelques signifiants majeurs amenés dans les débats par J.J Moscovitz, la mémoire des évènements de la deuxième guerre mondiale, étaient centraux pour chacun de nous trois, pour des raisons profondes différentes. Fernand était le fils d'un déporté mort à Auschwitz. Nicole avait des parents résistant et un père décoré qui avait été un combattant. Et moi je me sentais toujours « l'enfant cachée » ayant échappé par miracle.

Je voudrai parler là de celle qui a donné un sens à ce que nous avions vécu enfants, Anne lyse Stern déportée revenue d'Auschwitz qui a éclairé avec son récit de la grande Histoire qu'elle avait vécue notre histoire et notre traumatisme personnel. Elle a été très importante pour nous trois.

Pendant toutes ces années nous avons travaillé et progressé , appris, compris ensemble .Le séminaire « l'enfant ...le psychanalyste » appellation inventée par Nicole , s'est poursuivi jusqu'à la disparition de Fernand Niderman. Après ce n'était plus pareil.

Fernand , fils de prolo, érudit, psychanalyste , nous avons eu la chance de l'avoir toutes les deux pour discuter, commenter, lire tous ces auteurs qui avaient travaillés et écrits sur l'analyse des enfants. C'était un véritable pilpoul une étude des écrits et de la doctrine freudienne et lacanienne, une espèce de yeshiva laïque et athée.

Je reste seule pour témoigner de ce trio si différent, si proche, si amical que nous avons été.

Quand j'ai pris la direction du CMPP de Saint Mandé que nous avons nommé il y a quelques années CMPP de Saint-Mandé -Fernand Niderman , j'ai fait venir mes deux copains , parce que travailler avec les enfants qui venait là pour « guérir » c'était un vrai bonheur.

Quand Guy Sapriel a pris la relève au CMPP Nicole est restée avec lui.

Après cela nous avons continué dans le 5ème arrondissement , en libéral, pendant encore une bonne décennie . Mais je crois que peut-être l'âge venant il n'y avait plus le flamme exaltante pour transmettre l'analyse des enfants qui a été notre engagement pendant toutes ces années et qui a soutenu notre désir de travailler ensemble.

Il y a sans doute beaucoup d'autres choses dont je pourrai parler pour honorer Nicole Jaquot. Je le ferai peut-être plus tard.

Je dirai que c'était une femme formidable par son courage , sa droiture, son engagement dans ce qu'elle faisait avec les enfants qu'elle recevait, son gout pour la culture, les livres, les voyages à l'autre bout du monde, son amour pour sa fille , ses petits fils.

C'était dans la complexité de sa personnalité une belle et originale personne .

Elle a accompagné une partie très importante de ma vie.

Je vous rappelle les obsèques seront le 3 mai . à 9 heure30 au funerarium de l'hopital Cochin puis au cimetière du Père Lachaise salle Mauméjean à 11heure 30.

Maria Landau