LE BLOG

Actuel et novations - Le blog de Psychanalyse Actuelle 

Mardi 17 octobre 2017 à 21h : « Quand Freud parle de l'actuel, que peut-on en saisir en prenant la chose à partir de la jouissance ? »

publié le 20 sept. 2017 à 05:26 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 20 sept. 2017 à 07:27 ]


SÉMINAIRE À PSYCHANALYSE ACTUELLE 2017 - 2018

LES INCIDENCES DU CONTEMPORAIN DANS LES PROCESSUS DE SUBJECTIVATION

Réunions le 2ème ou le 3ème mardi à 21h 

OUVERT À TOUS 

Séminaire animé par

Jean-Jacques Moscovitz, psychiatre et psychanalyste

Benjamin Lévy, psychanalyste, enseignant, ancien élève de l’ENS 

PREMIÈRE RÉUNION LE MARDI 17 OCTOBRE 2017 À 21H

À L’ENS AU 45 RUE D’ULM 75005 PARIS

DANS LA SALLE DES RESISTANTS (Voir à l’entrée et schéma joint)

EXPOSE DE BERNARD TOBOUL

psychanalyste (01 43 25 67 39) 

« Quand Freud parle de l'actuel, que peut-on en saisir en prenant la chose à partir de la jouissance ? » 

discutants

Benjamin Lévy et Jérémie Clément

Psychanalyse Actuelle sur Facebook


PROCHAINES RÉUNIONS


21 novembre; 19 décembre; 16 janvier; 20février; 20 mars; 17 avril; 15 mai; 19 juin

(Seront précisées ultérieurement les dates pour les vacances de février et d’avril) 


SONT SOLLICITES
Danielle Epstein, Maria Landau, Catherine Guillome, Valérie Marchand, Michelle Hodara, Barbara Didier-Hazan, et d’autres…

 

POUR PROPOSER UNE INTERVENTIION VEUILLEZ CONTACTER

B.Lévy, 06 47 52 80 10 benjamin.levy@outlook.fr ou J.J. Moscovitz 0616295189 jjmoscovtz@gmail.com

Le pape François révèle avoir consulté une psychanalyste

publié le 12 sept. 2017 à 14:45 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 12 sept. 2017 à 14:47 ]

"exemplarité d' homme éminent qui devrait orienter les prélats dans leurs tourments personnels, sexuels, sentimentaux, le lien entre l'intime et le collectif, le sujet et Le politique "  J-J. M. 

Francis says he visited psychoanalyst for six months "to clarify a few things" and that now nothing frightens him

Pope Francis : ‘The psychoanalysis helped me a lot.’
Pope Francis has revealed that he sought the help of a psychoanalyst for six months when he was 42 and the leader of the Jesuit order in Argentina during the country’s military dictatorship. The pope’s disclosure was made in a book based on 12 in-depth interviews with the French sociologist Dominique Wolton, to be published next week. Francis said the weekly sessions with the psychoanalyst helped him a lot. “For six months, I went to her home once a week to clarify a few things. She was a doctor and psychoanalyst. She was always there,” he told Wolton for the 432-page book Pope Francis: Politics and Society. Pope's psychoanalyst visits show his struggle in Argentina's 'dirty war' “Then one day, before she died, she called me. Not to receive the sacraments – because she was Jewish – but for a spiritual dialogue. She was a good person.” Francis told Wolton he now felt free. “Of course, I’m in a cage at the Vatican, but not spiritually. Nothing frightens me,” he said. The pope also took aim at priests who were “rigid and afraid to communicate”. The disclosure came when Francis was discussing the role and influence of the “courageous” women in his life, including his mother, his two grandmothers and Esther Ballestrino de Careaga, the communist founder of the Mothers of the Plaza de Mayo movement in Buenos Aires, who was killed during the dictatorship. He also spoke of childhood sweethearts and adolescent girlfriends, saying his relationships with women had enriched his life. “I thank God for having known these true women in my life,” the pope told Wolton. “[Women see things differently from men] and it is important to listen to both.” The Jesuit tradition is known to value psychoanalysis, with many regarding self-awareness and introspection as being complementary to spirituality.
Pope Francis: prioritise migrants' dignity over national security
Robert Mickens, the Rome-based editor of the English-language edition of Catholic daily newspaper La Croix, said Francis had previously acknowledged that social sciences could benefit human development.“There has been a gradual shift in attitudes within the Catholic church towards psychotherapy since the 1970s,” Mickens said. “It’s very common in priest formation programmes, especially in the western world, for them to undergo a psychological evaluation before admission to a seminary or diocese. There’s a recognition that social sciences can help unearth issues that need to be dealt with.” The pope’s “eye-popping” disclosures could challenge the perception among some people that those who sought treatment were weak, he said. In 2008, the Vatican issued guidelines on the use of psychology in the training of priests. “In some cases, recourse to experts in the psychological sciences can be useful,” the paper said. Among candidates for the priesthood “can be found some who come from particular experiences – human, family, professional, intellectual or affective – which, in various ways, have left psychological wounds that are not yet healed and that cause disturbances,” the guidelines said. “These wounds, unknown to the candidate in their real effects, are often erroneously attributed by him to causes outside himself, thus depriving him of the possibility of facing them adequately.” At the time of his sessions in 1978 or 1979, tensions over the leadership of Jorge Bergoglio, as Pope Francis was then known, were high among Argentina’s Jesuits. He had earlier been accused of effectively delivering two fellow priests to the military authorities in 1976, when he refused to publicly endorse their controversial social work in the slums of Buenos Aires. Argentina’s “dirty war” was over by the time of Bergoglio’s psychotherapy, but the military dictatorship was still in place. However, there was continuing controversy over his divisive leadership. During his six years as provincial superior from 1973 to 1979, he upset some people with his determination to impose a fresh direction and purpose. “It’s hard to know exactly what took him to seek psychotherapy – perhaps issues which had come to the fore as leader of the Jesuits,” said Austen Ivereigh, the author of The Great Reformer: Francis and the Making of a Radical Pope. “It was certainly a tense time both nationally and internationally [for Jesuits], adding to what had been a difficult, although very successful, period for Bergoglio. He had gallstones soon after, which suggests a level of stress. “But maybe he just wanted to take the time to take stock. Jesuits are not afraid of seeking professional help when they need it and see psychotherapy as complementary to spirituality. I think this revelation only adds to our already very human picture of a remarkable man.” There are more psychologists per capita in Argentina than any other country in the world, according to researcher Modesto Alonso. In 2011, there were 196 psychologists for every 100,000 people compared with about 27 per 100,000 in the US. In his conversations with Wolton, Francis said European countries exploited Africa in the colonial era, and although Europe had “important Christian roots … they are not the only ones. There are others that cannot be denied.” Abortion, he said, was a “grave sin, it’s the murder of an innocent”. And while he insisted marriage was between a man and a woman, saying “we cannot change it, this is the nature of things,” the pope acknowledged the existence of same-sex civil unions.

Cycle Le Féminin au Regard Qui Bat

publié le 9 juin 2017 à 02:58 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 26 juin 2017 à 16:48 ]

Le Féminin au Regard Qui Bat

Projections - Rencontres - Débats


Ce cycle a commencé en mai avec Je danserai si je veux de Maysaloun Hamoud. Puis L’Amant d’un Jour de Philippe Garrel. Le troisième film sélectionné sera Lou Andreas Salomé de Cordula Kablitz-Post


Argument

La liberté des femmes s’est toujours affrontée au excès du culturel, du religieux, des familles, des coutumes. Dans leur quête d’émancipation et sans rien renier de leur appartenance les femmes veulent vivre aujourd’hui leurs sentiments et leurs émotions sexuelles, les dire, les écrire, les filmer.
Avec des images et des paroles magnifiques dans les films présentés, une femme s’ouvre à une sexualité qui dit je, qui dit non, qui dit je veux. Mais une intense exigence des mœurs s’y oppose, et la place du père, tout autant celle de la mère, nous font encore spectateurs témoins d’une police… des désirs. Violence tragique rejetant tout compromis entre l’avant et l’après de cette libération des femmes. Et des hommes aussi. Pour elles, les femmes, une telle liberté vaut très cher. Contre la soumission au masculin, elles ont à reconquérir et à accepter leur choix intime au niveau social et professionnel comme dans leurs choix amoureux. Le modèle de la laïcité leur est appui. Mais un tel affranchissement est aussi combattu par des citoyens à travers le monde, ne serait-ce qu’en France avec « le mariage pour tous » tant décrié.
Là le psychanalyste est invité. Si le choix socio-politique est ouvert, ce qui se met en travers, c’est un certain refus du féminin ignoré parce qu’inconscient, chez l’homme comme chez la femme, chez la fille comme chez le garçon...
L’engagement socio-sexuel reste à reconquérir sans cesse, et l’accepter ouvre à la découverte d’une hétérogénéité entre ce qui se sait et ce qui ne se sait pas encore. C’est ce qui fonde notre subjectivité. D’où l’angoisse, d’où le rejet violent de tout changement socio-sexuel dans ce combat des femmes dans les cultures musulmane, chrétienne, laïque, juive même là où elles vivent en démocratie. Le cinéma vu par le psychanalyste, s’il éclaire le choix entre les sexes, dépasse cet enjeu pour chacune et pour chacun.
Notre colloque de cinéma veut montrer comment devient actif dans l’intime le conflit psychique entre la féminité muselée et en révolte contre le familial, et l’approche du féminin moins masqué, plus reconnu. Ce féminin ce n’est plus avoir tel ou tel avantage s’ajoutant à la séduction d’une femme, mais c’est la reconnaissance d’une faille inhérente à l’être. Être femme et non pas en avoir le titre ….
Les images de cinéma nous font entrevoir cet intime s’affrontant à l’acceptation ou le rejet de ce conflit. C’est cela qui est cause de violences où le masculin trouve son régime de croisière, mais il arrive souvent qu’un père reconnaisse le féminin qui lui fait signe chez sa fille. Et par là même il lui fait signe de la sa propre féminité de père, d’homme.
Les femmes savent sans doute mieux que les hommes rencontrer leur subjectivité. Le génie du discours filmique montre que l’angoisse en est l’index qui permet aux femmes de dépasser la négation de leur désir par l’homme pour inventer leur subjectivité.
Le féminin et son refus mettent en relation l’intime de chacun et le politique. Le prendre en compte pourrait peut-être éviter les guerres propres aux décisions du masculin et à ses désirs d’installer sans cesse des frontières entre les gens, les sexes, les vies, les idéaux. Subversion en cours….

Cinéma Étoile Saint-Germain-des-Près
22, rue Guillaume Apollinaire - Paris 6ème arrondissement

Dimanche 2 juillet 2017 à 10H30

PROJECTION SUIVIE D'UN DÉBAT DU FILM
LOU ANDREAS-SALOMÉ
De Cordula Kablitz-Post - Allemagne / Suisse 2016 - 1H16mn
https://www.etoile-cinemas.com/stgermain/reserver/F196234
Le synopsis : Esprit rebelle, l'intellectuelle d'origine russe Lou Andreas-Salomé ne peut que déplaire au régime nazi. C'est dans ce contexte qu'elle entreprend de rédiger ses mémoires. Quand elle était plus jeune, elle rencontre Nietzsche qui tombe immédiatement sous le charme de cette femme avant-gardiste. Paul Rée, un riche philosophe allemand, demande en vain Lou en mariage. Il va s'organiser un étrange ménage à trois platonique. Rilke, de quatorze ans son cadet, se meurt d'amour pour elle. De son côté, la jeune femme refuse de renoncer à sa liberté en se mariant. Elle rencontre Freud : l'admiration est réciproque...

L'avant-propos de Jean-Jacques Moscovitz : Göttingen… Visage triste et désemparé, Ernst Piffer demande à Lou de faire une analyse avec elle, elle a 72 ans, toujours belle et souriante. Elle lui propose qu’il sot son scribe, de taper à la machine sa biographie et son œuvre sous l’œil avisé et bienveillant de notre héroïne... Nous voyons le scénario s’écrire devant nous. Nous sommes en 1933, les nazis la menacent, elle est en passe de détruire son œuvre, Ernst P. sauve les textes… et ce sera surtout son dernier compagnon. Ils se le disent, « si tu crois en la vie, lui dit-elle alors je suis d’accord ». St Pétersbourg, Lilya a 16 ans, elle est sur les genoux de Her Pastor, son précepteur fou amoureux d’elle, c’est Henryk Guillot, le premier homme de sa vie, son Dieu, il veut l'épouser, quitte à transgresser tous les codes de son temps, les visages des protagonistes en sont pantois de honte. 
Et c'est parti. Des hommes arrivent dans sa vie et non des moindres, Paul Rée, Nietzsche, Rilke. Arrêt sur image de la charrette où elle les mène au fouet. Elle crée autour d’elle passions, désirs de complétude, ils la voient en La femme fatale enfin arrivée bien qu’elle n’en soit pas dupe. (Cf. le texte de Robert Maggiori). 
Un orientaliste, Mr Andréas lui donne son nom qu’elle met avant celui de son père, Von Salomé, elle a 26ans, c’est un mariage blanc uniquement pour des raisons pratiques d'évidence. Pendant ce temps-là, des disputes sans fin surgissent dans l’union érotique avec Rilke. Son parcours beaucoup la connaissent et pourtant elle sait protéger son intime. C’est montré dans le film. Au niveau politique, elle ne reste pas muette face à la libération des femmes de la fin du 19e siècle. Freud lui ne succombe pas bien qu’amoureux. Il est sous le charme, dit-il, de cette « compreneuse », de la comprendre de façon heureuse…dirons-nous. Il s’est comme par hasard prévenu lui-même dès 1908 quand il écrit Création littéraire et rêve éveillé alors qu’il n’a pas encore vu Lou... La première rencontre a lieu en 1911. Elle va habiter deux mois chez les Freud fin 1921. Elle y rencontre Anna la fille du père. Un père qu'elle vénère et adore comme si c’était le sien, et Anna a 26 ans est comme sa sœur, Lou 60…Leurs échanges sont intenses sur le choix sexuel. Sur la question du féminin Lou récuse en séance chez Freud, la question du meurtre du père présent pour le garçon, pour la fille ce n’est pas ce qui est au centre du complexe d’Œdipe. Au contraire le Père est un abri, « un port » pour sortir de la tourmente du lien à la mère. (Cf. le texte de Claude Noële Pickmann). Les personnages défilent devant nous en images magnifiques, bien que connues, documentées elles sont novatrices. La mise en en scène des correspondances pose les lettres en place d’acteurs où les images prennent le relais des deux personnages qui nous donnent le sentiment très fort qu'ils savent de quoi il retourne, de ce virage qui est pris ici aussi bien au niveau politique qu’intime. L'émancipation des femmes les sort du dressage masculin pour arriver à une vie intime et libre où le désir féminin apparaît. La pratique de Lou ne cesse de nous montrer combien le désir de l’analyste et le féminin sont liés à l’existence de l’inconscient, quel que soit le sexe dans la vie fantasmatique ou réelle. Dans la vie sexuelle, pensées érotiques, passion et amour et paroles qui sont articulées en ce que ce n'est pas la différence des sexes qui domine les humains mais bien le féminin, Affaire à suivre pour les années qui viennent pour la civilisation de l’homme pour le singulier de l'intime contre le Un toujours trop Un….


Cinéma Étoile Saint-Germain-des-Près
Vendredi 16 juin 2017 à 20H30

PROJECTION SUIVIE D'UN DÉBAT DU FILM
L'amant d'un jour
De Philippe Garrel France 2017 - 1H16mn
RENCONTRE DÉBAT AVEC PHILIPPE GARREL
Débat animé par : 
Jean-Jacques MoscovitzFred Siksou, 
Vannina Micheli-Rechtman, Maria Landau, Simone Wiener...
Le synopsis : C’est l’histoire d’un père et de sa fille de 23 ans qui rentre un jour à la maison parce qu’elle vient d’être quittée, et de la nouvelle femme de ce père qui a elle aussi 23 ans et vit avec lui.

L'avant-propos de Jean-Jacques Moscovitz : Les si jolies taches de rousseur d'Ariane colorent le noir et blanc du film, son visage comme celui de Jeanne sont les acteurs, ils "sont" le film. Est-ce le signe de l'intense séduction exercée envers l'homme telle Ariane et son fil, telle notre Lilith Biblique, celle qui en sait long sur la jouissance des hommes, Adam The first ! Alors que Jeanne est notre Eve bien aimante, celle qui accepte l'attente depuis l'autre. La perte. Les effets sur les gestes et les visages sont ceux des mille mots entendus, ceux d'une rencontre entre les corps et les chagrins immenses où l'homme, lui, ni ne se rompt ni se défait, mais tient bon sans plier. Sans lâcher prise sur la dimension phallique pour que le féminin dont les énigmes ici sont presque dévoilées, nous humanisent au un par un de chaque spectateur. Le grand Freud attend au checkpoint de l'Œdipe chez la fille ...

L'avant-propos de Maria Landau : Cinéma de distraction oublié à peine sortie de la salle, et cinéma de réflexion, comme celui de Philippe Garrel, l’Amant d’un Jour où les plans noirs et blancs énoncent pas à pas, l’un après l’autre, le chemin de pensée et l’histoire de vie , de trois personnes, un homme de 50 ans professeur de philosophie dans une fac parisienne et deux très jeunes femmes qui se retrouvent un matin sous le même toit; l’une , Jeanne est « ma fille » comme la nomme chaque fois qu’il s’adresse à elle, Gille son père, et l’autre, Ariane l’amie et élève de Gille qui vit avec lui depuis trois mois dans cet appartement pleins de livres.
Une voix off mélancolique dit comme le chœur antique dans la tragédie grecque l’avancée du destin.
Jeanne vit son premier chagrin d’amour, il est violent, elle n’a jamais ressenti une telle détresse, alors c’est cela l’amour, une telle souffrance… elle se réfugie et est accueillie par l’homme dont elle sait qu’il ne la trahira jamais, son père.
Ariane la découvre le lendemain de son arrivée en pleine nuit et immédiatement ces deux jeunes femmes se parlent, l’une veut consoler et aider l’autre. C’est pour l’une et l’autre le discours sur l’amour et la perte de l’amour, discours du féminin qui est troublant et bouleversant mais qui est fort et auquel elles se sentent soumises. Il les détermine. Jeanne regarde et écoute son père, celui qui s’adresse à elle en disant « ma fille ». Lui aussi est un homme mais avec elle ce masculin-là est tendre et secourable. Ariane est dans son nouvel amour pour cet homme, à la fois séductrice et heureuse d’être aimée et choisie par lui. Alors pourquoi aller céder au désir sexuel d’un autre homme pour elle, un de ses jeunes camarades dans une passade d’un instant… C’est le mystère du féminin, grand mystère pour l’homme qui toujours soupçonne le féminin de ces conduites inconséquentes. Mystère aussi pour la femme, pour Ariane qui se fait gifler et chasser par son amant furieux, qui ne comprend pas cet affront fait à la toute-puissance phallique qu’il incarne. Jeanne elle, va retrouver son amoureux et leur idylle va reprendre magnifiée pour elle par l’instant passé auprès du père qui l’aime tant. Quel beau film, qui donne à lire à livre ouvert le féminin toujours blessé et complexe s’affrontant à la force et à la dureté phallique.


Cinéma Sept Parnassiens
Vendredi 12 mai 2017 à 20H15

PROJECTION SUIVIE D'UN DÉBAT DU FILM
JE DANSERAI SI JE VEUX
De Maysaloun Hamoud Israël France 2017 - 1H42mn
Débat animé par : 
Jean-Jacques MoscovitzFred Siksou, 
Vannina Micheli-Rechtman, Maria Landau, Simone Wiener...

Le synopsis : Layla, Salma et Nour, 3 jeunes femmes palestiniennes, partagent un appartement à Tel Aviv, loin du carcan de leurs villes d'origine et à l'abri des regards réprobateurs. Mais le chemin vers la liberté est jalonné d'épreuves…
L'avant-propos de Jean-Jacques Moscovitz : « …une belle lumière des visages remplit une ville, Tel Aviv qui à son tour inonde de mille feux de la nuit les gestes de vie des personnages de femmes. Boire, danser, rire, fumer, parler, regarder. Sur-brillance de l’Occident qui n’efface pas la culture musulmane et palestinienne des trois jeunes femmes israélo-arabes, parlant l’hébreu, et en quête de liberté, d’émancipation des excès de la religion de leurs familles et cela sans rien renier de leur identitaire. Elles veulent vivre leurs sentiments et leurs émotions sexuelles. À ces images et ces paroles magnifiques de la jeunesse s’ouvrant à une sexualité enfin possible qui dit je, qui dit non, qui dit je veux, s’oppose une intense exigence des mœurs et coutumes. Où la place du père, tout autant celle de la mère, nous font spectateurs témoins d’une police… des désirs. Violence tragique rejetant tout compromis entre l’avant et l’après de cette libération de femmes. Et des hommes aussi. Pour elles, les femmes, une telle liberté vaut très cher. Contre la soumission au masculin, elles ont à accepter leur choix intime à reconquérir au niveau social, professionnel. Le modèle israélien leur est appui. Mais un tel affranchissement est aussi combattu par des israéliens comme par des citoyens d’autres pays, ne serait-ce qu’en France avec « le mariage pour tous » tant décrié. Là le psychanalyste est invité. Si le choix socio-politique est ouvert, ce qui lui résiste c’est un certain refus souterrain, inconscient du féminin, chez l’homme comme chez la femme, chez la fille comme chez le garçon …. L’engagement socio-sexuel reste à reconquérir sans cesse, et l’accepter ouvre à la découverte d’une hétérogénéité entre ce qui se sait et ce qui ne se sait pas encore. C’est ce qui fonde notre subjectivité. D’où l’angoisse, d’où le rejet violent de tout changement socio-sexuel dans ce combat des femmes dans la culture musulmane où elles vivent. Mais là le film ouvre en même temps sur le fait que leur choix entre les sexes dépasse cet enjeu pour chacune des trois femmes, ce choix met à coté le risque hyper-identitaire qui effacerait tout de leur délivrance en cours. Le film laisse supposer que devient actif dans l’intime un conflit psychique entre leur féminité muselée en révolte contre le familial, et l’approche du féminin moins masqué, plus reconnu. Ce féminin ce n’est plus avoir tel ou tel avantage s’ajoutant à la présence d’une femme, mais c’est la reconnaissance d’une faille intime inhérente à l’être. Être femme et non pas en avoir le titre …. Les images de lumières dans le film nous font entrevoir cet intime s’affrontant à l’acceptation ou le rejet de ce conflit. C’est cela qui est cause des violences, et même d’un viol de Nour par son « fiancé ». Mais le père de Nour, au moment de la rupture avec son fiancé, reconnaît le féminin qui lui fait signe chez sa fille. Et par là même il nous fait signe de la sa propre féminité de père, d’homme. Ces trois femmes savent rencontrer leur intime. C’est le génie du discours filmique de Maysaloun Hamoud où l’angoisse est index de la présence de l’intime. Ainsi Leyla désire être trouvée par un homme qui sache y faire avec le féminin. Nour refuse la négation de son désir ; Salma fuit ses parents car elle est en avance sur leur émancipation à venir. Le féminin et son refus mettent en relation l’intime de chacun et le politique. Peut-être éviter les guerres propres aux décisions du masculin. Je danserai si je veux est index que le psychosexuel n’est pas une frontière… »

La programmation 

Intervention de Jean-Jacques Moscovitz au colloque "Quels transhumanismes ?"

publié le 3 juin 2017 à 06:05 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 3 juin 2017 à 06:13 ]


 Au cours de la session 3 du colloque, entre 14h30 - 17h15

Jean-Jacques Moscovitz interviendra à partir du film Intelligence Artificielle de Steven Spielberg : Du visible et de l'invisible du sujet parlant


COLLOQUE

Quels transhumanismes ?

9 juin 2017, 8h30-18h

Amphithéâtre Charcot – Hôpital de la Pitié Salpêtrière 

Aspects médicaux-psychanalytiques-éducatifs et scientifiques- culturels, juridiques et politiques. 


Quel humain pour demain ?
Souhaitons-nous doter l’humain de néo-aptitudes permettant de mieux nous adapter aux défis d’un monde de plus en plus dur et « inhumain » et d’augmenter notre réactivité, notre endurance, notre rapidité pour être toujours et immédiatement performants ?
Ou bien voulons nous maintenir notre humanité avec ses valeurs de finitude , d’acceptation des limites, de recherche du bonheur par le goût de la convivialité, de l’effort, et du projet dans la durée, tout en essayant de pallier à ses défauts et à l’améliorer par l’éducation, et l’exercice de la solidarité et des valeurs dérivées de l’époque des lumières européennes ?

Quels sont les défis à relever ?
Jusqu’ou peut-on considérer qu’une amélioration, ou une augmentation apportée à un individu sont acceptables et justifiées ? Pour quelle population telle ou telle intervention est licite en l’absence d’une indication thérapeutique ? Y a-t’il des limites à ces interventions d’augmentation ? Quels risques sont acceptables ? Il nous apparait qu’une réflexion collective et politique doive définir des règles et une éthique pour éviter tout dérapage que déclencherait des apprentis-sorciers transformant la puissance de la science en entreprise d’autodestruction de notre humanité. Ce colloque pluridisciplinaire sera l’occasion d’argumenter toutes ces questions.

 Au cours de  la session 3 entre 14h30 - 17h15

Jean-Jacques Moscovitz interviendra à partir du film Intelligence Artificielle de Steven Spielberg : Du visible et de l'invisible du sujet parlant


 PROGRAMME

Présentation et ouverture : 8h45 – 10h

Intervenant confirmés :

Emile H. Malet, Directeur de la revue Passages et de l’association ADAPes

Introduction : Jean-François Allilaire, Professeur de Psychiatrie, membre de l’Académie de Médecine


 Session 1 : 10h – 11h-15

« Aspects médicaux »

Président de la session : Jacques Milliez, Médecin, membre de l’Académie de Médecine 

Intervenants confirmés :

Jean-François Allilaire, Professeur de Psychiatrie, membre de l’Académie de Médecine

Marielle David, Psychanalyste, Psychiatre

Jean-François Mattei*, Membre de l’Académie de Médecine et de l’Académie des sciences morales et politiques (*son papier sera lu par Jean-François Allilaire)

Francis Michot, Chirurgien, membre de l’Académie de Médecine

Arnold Munnich, Pédiatre-généticien, Hôpital Necker-Enfants malades de Paris

Jacques Rouëssé, Cancérologue, membre de l’Académie de Médecine

Jérémie Sinzelle, Psychiatre

Jacques Testart, Biologiste

Rapporteur : Jeanne Perrin


Session 2 : 11h15 – 12h30

« Aspects psychanalytiques » 

Président de la session : Emile H. Malet, Directeur de la revue Passages et de l’association ADAPes

Intervenants confirmés :

Paul-Laurent Assoun, Professeur des Universités, Psychanalyste

Isi Beller, Psychanalyste, psychiatre

Raymonde Ferrandi, Psychologue, Psychanalyste

Marie Giacardy, psychiatre, psychanalyste

Jean-Pierre Lebrun, Psychiatre, Psychanalyste

Berta Roth, Psychanalyste, Ecrivain, Créatrice de Formes Scéniques

Rapporteur : Charles Lenck, Médecin, membre titulaire de l’AIUS


Session 3 : 14h30 – 17h15

« Aspects éducatifs, scientifiques et religieux » 

Président de la session : Jean-François Allilaire, Professeur de Psychiatrie, membre de l’Académie de Médecine

Intervenants confirmés :

Sarah Carvallo, Maître de conférences en philosophie, Ecole Centrale Lyon

Jean-Pierre Changeux, Neurobiologiste, membre de l'Académie des sciences

Père Brice de Malherbe, Directeur du département d’éthique, Collège des Bernardins

Daniel-Philippe de Sudre, Neuroscientifique

Michel Hannoun, Médecin, Directeur des études, Servier

Jean-Noël Missa, Philosophe, Professeur des Universités, Directeur de recherches au Fonds national de la recherche scientifique

Jean-Jacques Moscovitz, Psychanalyste, Psychiatre

Didier Sicard, Médecin, ancien Président du Comité consultatif national d'éthique

Rapporteur : Claude Lievens, Consultant

Interventions conclusives : 17h30-18h 


Cliquez ici pour : l'inscription obligatoire

L’amphithéâtre Charcot 

Ligne de métro 5 – station Gare d’Austerlitz. Remontrer le boulevard de l’Hôpital jusqu’à l’entrée principale ;

Ligne de métro 6 – station Chevaleret. Aller jusqu’au 50 Bd Vincent Auriol.


 

Colloque Convergencia du 18 juin 2017 - Texte de Psychanalyse Actuelle

publié le 31 mai 2017 à 05:49 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 31 mai 2017 à 05:51 ]

RENCONTRES ? POURQUOI PAS ENTRE PSYCHANALYSTES…

Trois points : de l’associatif, de l’écart, du législatif.

-I-

De l’associatif

Groupisme, groupe, associatif, institution : des liens entre praticiens.

Si le groupisme est la nécessité molle de ne pas se quitter pour ceux qui le pratiquent, le groupe, lui, procède de ce « tous pour un, un pour tous », tel qu’aucune tête ne dépasse. L’associatif organisé entre analystes est plus enclin à faire lien avec d’autres associations. Et ce pour que l’homogénéité qui est la règle, se confronte à l’hétérogène.

Et l’institution psychanalytique se questionne et formalise  ce qui la fonde, surtout la formation du psychanalyste qui est  si facilement esquivée. L’admission des candidats reste sans cesse à élaborer, ce qui pourtant définira de mieux en mieux l’institution pour analystes qui ne serait pas trop quelconque…

Quant aux  réseaux type Inter-Associatif Européen de psychanalyse (I-AEP) et Convergencia (Mouvement pour la Psychanalyse Freudienne) ils conduisent à une prise de plus en plus institutionnelle  de telle ou telle association encore en panne vers un statut d’institution se questionnant d’elle-même.

Ces réseaux sont là maintenant pour  être des paratonnerres à la haine grandissante de la psychanalyse, place  que Freud et Lacan ont sue occuper. Aujourd’hui c’est à nous de le faire. Peut-être par un contrat à établir entre les différents réseaux existants…. Et ce pour le lien social entre psychanalystes ne dérive  pas au dogmatisme, à faire prévaloir la passion de l’institution  au dépens de l’écart propre au désir du psychanalyste . Le réel de RSI est-il ici appui ?

 

-II-

DE L’ECART 

….« et R et  S et I »  ouvre l’écart, exigible aujourd’hui plus que jamais par l’accent mis sur le Réel pour maintenir cet écart propre au discours psychanalytique par rapport aux autres discours. Mais aussi face à lui-même : il ne peut se fixer, car dérangeant pour les autres discours, il se dérange lui-même, se dé-fixe, s’écarte de sa ligne pour la retrouver plus loin, plus tard…. Sa ligne est toujours en pointillé, elle  se crée dans l’écart du fait qu’elle « prend assise sur le Réel » ( in RSI 1974/75 chap 7,) . 

Dire réel, c’est repérer les risques que le discours analytique court de s’affadir en dogmatique de type religieux, culturel, social, politique, médiatique, pseudo-scientifique . Cet écart est Hérétique . La Passe comme transmission indirecte de le psychanalyse est ainsi à replacer dans son contexte historique et aussi actuel. La Passe  dit le réel comme impossible, elle est de l’ordre du nécessaire dans l’approche psychanalytique de la transmission de cet impossible. 

Dans notre actuel une trop grande  porosité entre sujet et collectif conduit à un  risque de confusion entre sujet de l’expérience de la cure et le collectif,. En termes RSI : il existe une trop fréquente mise en continuité entre « et R et  S et I » , de psychose sociale que le nœud trèfle illustre nettement. 

La psychose est certes  traversée par le social, mais le social prend trop de place dans nos rencontres au dépens des effets du désir du psychanalyste

Freud comme Lacan disent ce risque :  le premier à mettre la psychanalyse dans le marché public (32E conférence sur l’Angoisse) et le second la jetant en pâture au  commerce culturel (4e   de couverture des Ecrits en 1966) .  Ce qui  a pour conséquence,  d’énucléer le désir de l’analyste hors de son situs habituel, de l’affadir et de l’offrir aux résistances contre notre l’inconscient.  

Du coup les médias accouplés au politique tapent pile sur nos points faibles,  l’autisme par exemple, qui en France fait la une des médias, et promouvoir un boycott de la psychanalyse avec les enfants voire de toute la psychanalyse. 

DU bobo,  comment s’en servir en posant d’abord que les nœuds sont ceux de Lacan, (cf Lacan à Caracas , « mes trois ne sont pas vos trois ») . C’est  de sa pratique psychanalytique dont il s’agit, de sa propre pratique des nœuds, de sa façon à partir de 1972 de rendre compte de son lien à la psychanalyse, à ses analysants devenant analystes. Que ses élèves ou disciples directs s’en servent pose la question de savoir si le BoBo est un modèle ou  la matière même de notre expérience  , le tricot avec ses mailles, celles qui filent, se déchirent, font faux trou, vrai trou…

 

Remarques

-chaque rond de  « et R et  S et I », est premier , il n’y a pas de hiérarchie des  ronds entre eux, ils sont chacun hérétique. 

-pas d’origine  des ronds et de leur nouage, il y a là subversion de l’origine , de l’originaire, c’est déjà dire que la psychanalyse n’est pas religion qui, elle , nécessite un fondement que Freud appelle meurtre premier du père, mort depuis toujours, celui de l’identification première, dite incorporation /einverleibung ( in Psychologie des masses chapitre VII),  avec l’identification au Trait unaire et identification hystérique. A lire l’Homme Moïse (1938) de Freud à la lumière du BoBo, ce n’est pas de mono mais de zérothéisme dont il  s’agit. De Trou-théisme dit Lacan. C’est ici dire cet écart  d’avec le religieux qui s’approprie l’origine de l’homme, de sa vie, de sa mort, de sa quotidienneté. 

L’actuel du vacarme du monde dans ces temps terribles d’attentats jihadistes le montre cruellement. 

Avec  RSI : Une 4e identification noue les autres entre elles ; celle dite identification au sinthome, qui pose la question du sujet. Ces trois ronds sont tels qu’un trou les tient ensemble. Qu’un trou se fait exigence du trois. C’est le trou  qui exige le trois fait de chaque rond premier comme l’est chacun des trois. 

Le trou est là d’abord si on temporalisait la nodalité Bobo.  C’est même (in 2eleçon du Sinthome) l’exigence comme telle qui exige le trois faisant trou. Exiger c‘est penser « 3 ». (cf leçon 2  du Sinthome )

Penser bobo, aussi débiles que nous soyons dit Lacan, c ‘est  suivre un des ronds et se retrouver à en suivre un autre. Citons Lacan in leçon 7 de RSI : « ce que j'appellerai l'imbécillité typique, typique du mens, de l'humeur humaine, à l’endroit du réel qu’elle a pourtant à traiter ». 

A se trouver sur un rond comme la fourmi sur la bande de Moebius, voilà que je me retrouve sur un autre rond que celui où je ne suis plus… Le réel du réel, qui est le nœud comme nœud, pousse le « chercheur » dupe du réel à s’y croire fourmi alors que ses pattes sont déjà ailleurs !  Ecart d’écart oblige. Equivocité du signifiant dans la pratique de la séance. On croit comprendre , ne pas être à coté : trop tard, l’inconscient du lieu analytique me déloge de ma croyance et m’éjecte hors de ma certitude soit-disant établie.  Le dogmatisme guette, et ne pas le percevoir, le dogme arrive et se fait religion laïque certes , mais bien religion quand même. La psychanalyse prétendra alors être à l’origine du dire analysant, c ‘est, dira t-il inscrit dans le corpus, la grille de concepts du moment . 

 

Peut-on nouer corps/réalité/image ?  

La mise ou non en continuité des ronds implique, quant au Réel, ce que Lacan appelle ex-sistence : ce qui est hors du symbolique et hors de l’imaginaire , et apparaît alors l’ex-sistence d’erres. L’erre est la trace laissée dans l’eau par l’étrave d’un bateau, autant dire que ça dure peu.  Ici ce terme indique une zone afférente à l’entre-deux de trois ronds. Erres :  c’est ce qui jouxtent les entre-ronds. De telle sorte que c’est le trou qui aiguille, guide, vers un autre rond dans l’entre deux ronds qui fait aller dés lors dans un autre rond, et donc une autre erre. Ainsi  en est-il de  l’usage qu’ en  fait Lacan avec le 3 dans sa lecture d’« inhibition/symptôme/angoisse » ). 

Si le trou exige le 3, le trou subvertit l’originaire des discours religieux, scientifique, universitaire, du maître…et du roman familial du névrosé et de la psychanalyse. 

Le corps a une erre réelle/imaginaire. Comment situer l’erre symbolique du corps autrement que dans le croisement d’erres entre R et I dans l’affect d’angoisse par exemple ?

Le fantasme  c’est  le croisement imaginaire et symbolique , l’image qui se fait lettre comme l’idéogramme chinois par exemple? 

D‘où ceci : la réalité se supporte d’un manque de perception qui comme manque introduit le corps au registre du symbolique . Bref un donné sensible du corps prête à la supposition du Réel.

La trace se donne alors comment : exemple du Matiérisme en peinture. Comme si des morceaux de peinture telles des lettres étaient  jetées en l’air et retombent. Et au  cours de leurs chutes forment un lieu d’inscription, une ardoise, la toile du tableau sur quoi vont se former des traces. Et dans  ce mouvement, se produit une sorte  d’incorporation ( identification 1ere de Freud) grâce à un lieu surgi de ces chutes,  où se déposent les morceaux  de peinture  créant ainsi la toile du tableau en tant que telle.  Les croisements, les erres, les frottements des lettres en mouvement entre elles ne cessent pas de fonder un espace qui se perçoit comme surface alors que c’est de volume dont il s’agit, celui d’un corps. 

Mouvement : c’est dire que  du temps présent, de l’actuel,  se fonde sans cesse , créant un espace où s’agencent des lettres. Ecran de lettres formé à partir de ce jet de lettres précédent. Précédent : le temps revient, est ce religieux ?  : « Topologie et le temps » sont en lien, dit Lacan. 

 

-III-

DU  LÉGISLATIF  

Deux évènements politico-juridiques ont récemment interpellé la psychanalyse en France. ​L’amendement Accoyer de 2003 aboutissant à la création d’un titre de psychothérapeute par la loi du 9 août 2004 nommant la psychanalyse pour la 1ère fois dans une loi de santé publique à partir d’une intervention de l’Etat. 

​Et dernièrement la proposition de loi Fasquelles du 8 décembre 2016 visant à interdire la psychanalyse dans la prise en charge de l’autisme et qui s’est soldée par un rejet de la loi.

​L’amendement Accoyer avance que la psychanalyse est une psychothérapie, et au lieu de rester un débat interne à la communauté analytique cela est porté au législatif l’obligeant à réaffirmer par les instances ministérielles que sa conception du symptôme n’est pas celle de la psychothérapie.

Des divergences dans et entre les  associations sont apparues, depuis ce procès législatif amenant des associations à considérer la loi comme un abri ou au contraire comme un danger venant reposer La question centrale de l’analyse profane. Ces divergences ont tendance à récuser  le devenir de la laïenanalyse par une loi de santé publique qui transforme la psychanalyse en métier possible.

Que devient la laïen analyse si l’analyse en intention se trouve désarrimée de l’analyse en extension ? S’il n’y a plus une solution de continuité entre  du non droit définitivement inscrit dans du droit ?

« On a modifié le statut de l'autorité en psychanalyse en transformant l'autorité morale que les sociétés et associations ont toujours exercée sur la psychanalyse en un statut d'inscription dans la loi de la République ». (D. Lévy Cercle Freudien)

C’est la psychanalyse en tant que pratique de la cure qui s'expose sur la scène politique de la santé démobilisant le DESIR DE L’ANALYSTE et son rapport aux associations. 

Comment les effets du politique réorientent la demande d’analyse et comment la réponse apportée par l’analyste porte l’empreinte DU DESIR D’INSTITUTION traversé par le discours de la science et ses effets ?

Notamment a folie n’a plus dans la cité  le statut de la parole dans la culture, mais uniquement celui de maladie.

L’évolution progressive de la psychiatrie vers la santé mentale interroge le devenir de la psychanalyse quand son lien aux folies n’est plus porté par la psychiatrie.

La proposition de loi Fasquelles  écarte toute approche analytique des patients et de leur famille en s’encastrant de plein fouet dans le nouveau dispositif de santé mentale qui a vu la psychiatrie (et la psychologie) s’émanciper de sa dette envers la psychanalyse. 

A cette occasion, la plus grande partie des associations de psychanalystes et de psychiatrie ont su défendre l’hétérogène de la clinique que la proposition de loi visait à annuler. Elles  se sont opposés aux parlementaires qui voulaient rompre avec ces principes, en prenant parti dans des débats scientifiques d’une grande complexité, pour dériver vers des thérapeutiques d’État.

Sensibles aux arguments invoqués dans les différentes actions, bon nombre de députés n’ont pas  remettre en cause la liberté des médecins, ni la pédopsychiatrie ni la psychanalyse. Ni la liberté de prescription ni le libre choix des méthodes de soin.

Et la loi n’est pas passée du fait des effets de la psychanalyse en extension quand elle n’est pas désarrimée de la psychanalyse en intention…..

 

Voilà une rencontre pour s’opposer à ce que le champ juridique lui-même soit asservi aux logiques de la gestion biopolitique. 

Texte de Psychanalyse Actuelle établi par Marie-Noelle Godet, Valérie Marchand, Jean-Jacques Moscovitz

Paris ce 22 MAI 2017 

Dialogue à ouvrir sur le Un du politique

publié le 16 mai 2017 à 02:42 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 16 mai 2017 à 02:42 ]

Dialogue à ouvrir sur le Un du politique et une avancée vers le féminin du pouvoir

Par Jean-Jacques Moscovitz - Psychanalyste à Paris


Nous serait-il arrivé quelque chose ? Comme une interprétation de la réalité dont les repères ambiants ressemblaient jusqu’alors à un mouvement brownien réellement  faible et empreint de laxité, où plus rien pourtant ne bougeait, tout filait vers la chute du politique . Il fallait un coup de UN genre guide pour changer de perspectives d’aller droit vers le mur et le précipice. Profitons en pour que ce UN soit moins machiste, mieux orienté vers le féminin.

Quelque chose avec En Marche et Emmanuel Macron se produit qui nous détourne du triste visage de la République dans l’instrumentalisation de ses valeurs. Quelque chose prend un nouveau sentier, celui de la liberté d’espérer la venue, le retour en notre XXIème siècle, des valeurs d’accueil genre féminin au registre de l’art de gouverner, et quitter le genre macho…

Nous changeons de style dans la République.


Nous sommes passés en mai 2017 à un autre style de Présidence, Emmanuel Macron est tout seul aux commandes… comme il se doit selon notre Constitution. Peut-être irait-il jusqu’à imaginer que désormais une telle charge doit être occupée par une sorte de collège… de gauche, de droite et du centre….composée de trois présences faisant lien de gouvernance entre elles. Afin de remettre en œuvre ce point historique, ce point du début réel, ce point de l’origine de notre démocratie inscrite dans notre Etat moderne, cette suture que représente un chef d’Etat. En France, c’était un roi, et de nos jours un Président de la République. Un collège pourrait-il en faire l’affaire désormais…. ?

Il s’agirait d’un collège composé du chiffre trois, avec femme(s) et homme(s) … qui se joignent – la place tierce restant à définir à chaque fois. Sortir du UN et de ses turbulences et de ses triomphes et de ses impasses.

Refaire surgir la théorie connue du « Double corps du roi ». Double corps avec sa part éternelle, politique, constitutionnelle, celle qui marche au Louvre le 7 mai 2017 , et sa part fragile, mortelle, naturelle, personnalisée dans un homme, une femme, aujourd’hui un président, celui qui change de costume lorsqu’il a pris la pluie le 13 mai 2017 en montant à l’Arc de Triomphe rallumer la flamme du Soldat Inconnu.

Ernst Kantorowicz dans Les Deux Corps du roi  parle de la théologie politique médiévale dont procède « la personne et la charge royales ». Le roi possède un corps terrestre, tout en incarnant le corps politique, éternel, que réclame la communauté constituée par le royaume. D’où un aspect mystique, c’est l’onction du roi lors de son sacre qui l’instaure de droit divin. Eternelle métaphore comme le sont les constitutions de nos Etats modernes….vitaux pour notre survie de citoyen !

Aujourd’hui, les politologues, américains notamment, se penchent sur le fait que les lieux de pouvoir des Etats de Droit s’étant déplacés « au-dehors » pour laisser presque toute la place à l’ordre marchand capitaliste, politico-économique, ce double corps du roi, sa métaphore donc, s’est étendue aux conditions matérielles de la vie quotidienne, au point que la figure du « Corps Immortel » du roi risque de devenir elle-même un produit. A cela s’associe, ou en découle, la politique spectacle, le spectacle de ce qui incarne la suture de notre collectif, de notre vivre ensemble, en la personne du Président.

Cela ne peut pas se voir avec nos yeux, à la télé notamment, car il est impossible de mettre en continuité le fragile, trop humain, d’un chef, et ce qu’il incarne comme lieu du pouvoir, qui ne peut être visible même si on voulait l’appréhender au sens de sa personne physiquement vue.


Le Président, citoyen fragile et mortel comme tout le monde, recouvre de sa légitimité en tant que personne visible, la Constitution, immortelle, mais qui n’est pas une personne, restant donc invisible…


Un Président tel Sarkozy ne s’employant qu’à une politique spectacle si singulière soit-elle, indique sans le vouloir, l’impossible à montrer cet invisible mais surtout à en démonter en toute naïveté le mécanisme souterrain… par l’usage extravagant qu’il a fait de son intime, plus exactement de la part qu’il nous en donnait à voir.


Ce fut une crise de la souveraineté, de sa représentation dans nos Etats modernes, spécialement avec l’Europe en train de se construire. D’où Haro sur quiconque a du pouvoir et d’où sa marchandisation d’office ! Comme si la mise à mal de la souveraineté devenait systématique pour quiconque a le pouvoir. D’où la critique et la suspicion systématique de cynisme, au mieux d’opportunisme, de quiconque dirige. Pour Thomas L. Dumm, universitaire américain (1) : « dans une époque de moindre liberté politique, un président pour réussir doit être quelqu’un de pragmatique, un négociateur né. Mais tout échec le fera succomber à la tentation d’user de son pouvoir sans garantie, pour engager des « tactiques clandestines », jusqu’à tomber en disgrâce ».


A bon entendeur salut… ! L’intime suture ce manque de garantie du pouvoir. Mais un tel usage de l’intime, quelle que soit sa teneur et son ampleur, quiconque l’exhiberait risquerait d’accélérer sa disgrâce.


Comme si pour suivre encore Thomas L. Dumm : « la politique du cynisme est omniprésente dans la dernière période de l’ère moderne, ce qui demande un effort intensif de la part des Présidents en démocratie pour dissiper l’atmosphère de profonde suspicion entourant les activités de l’Etat dont ils ont la charge… Dans cette perspective, la pratique du sacrifice présidentiel est en déclin parce qu’il n’est plus nécessaire de sacrifier ce qui, déjà, de façon évidente, n’est plus »…


L’intime


Macron subira -t-il un tropisme américain dans sa pratique de gouvernement, cela nous concerne au plus haut point… ? Comme électeurs… qui se retrouveraient désormais en plein retour du totémisme présenté par Freud dans son ouvrage Totem et tabou. Il y décrit la place du père comme lien entre les fils qui vont s’employer à l’ériger en totem une fois tué pour en prendre les femmes…Encore du UN sans manque.

Nous y voilà : un tel intime cache-t-il un sacrifice symbolique que ferait un Président sur lui-même ? Usage de son intime et sacrifice se rejoindraient-ils ici ?

D’où cet appel à un tiers dans le schéma du « double corps du roi », d’un collège présidentiel, c’est une idée à creuser. Un tel collège obligerait à se demander si la belle et forte unité du masculin, celle qui enfin tolérerait quelque entame pour partager la souveraineté suprême avec deux autres partenaires, chacun présent à l’égal des deux autres et les trois formant un collège présidentiel... ! et si l’un se défait de sa place, les deux autres se défont  ipso facto….

La fonction du UN pourrait-elle partager son pouvoir avec un partenaire qui est en place de tiers privé. Intime, trop intime, et donc non égale à lui, semblait-il ?

Innovation en politique. Bien sur, chacun pense à celle qui est dans le mouvement du « corps du roi» à incarner le temps de la présence constitutionnelle, l’épouse de E.Macron. Un tiers médiateur, une 3e présence permettrait que chacun des trois fasse l’écart nécessaire pour ne pas se prendre pour le tout, le Un du tous, des trois ensemble, le UN tout seul en danger de tomber à chaque instant…

Et le « trois » composé uniquement de trois hommes… ?

On sait ce que les triumvirats ont produit, du sang et rien que du sang, quelle que soit l’époque…. Dans l’amour, le féminin de la femme féminise, humanise l’homme…. « Marié » avec la France, et marié avec sa compagne Brigitte, le président placé lui-même parmi  les trois, transformerait cela en un tout qui ne fasse pas UN mais construction de l’écart pour gouverner sans dire Je à tous moments …  lLe trois des chacuns des trois aux commandes. Utopie ?

Question : Les médias joueraient-ils le rôle du tiers? Non, car ce tiers-là n’est pas médiateur, il est tellement impersonnel que tout est réduit à l’information du prochain JT triomphal…et cheeze de la belle dame récitant son prumpteur et la météo.


Etre gouvernés par trois personnes inscrites en une seule présence,  évitant ni la fusion entre elles produite dans l’ambiance télévisuelle, fusion qui présage la rupture, son envers le plus proche. Une troisième personne à l’égal de chacun des deux réalise un nœud qui, à trois, tient…. Les psychanalystes déclinent cela à longueur d’écoute… Rien à voir avec le ménage à trois, à quatre etc. Ici, redisons le, ce qu’il faut peut-être analyser, c’est la suture de notre système politique, nos institutions, ce qui les fait tenir depuis plus de deux siècles, soit le Président de la République. Alors passons au trois places qui signent une présence féminine pour entamer le UN de quelques virgules et points de suspension…


Rien que ça, direz-vous!


S’asseoir dans un fauteuil de Président, c’est nécessairement s’offrir à la dialectique, la structure des « deux corps du Roi », de celui qui suture le lien du pouvoir, le sacré et le profane - aujourd’hui le privé et le public, l’intime et le politique. Le tiers est ce qui les différencie . L’EUROPE ?

Instaurer cet écart entre les deux donne à ce écart un pouvoir égal aux deux autres présences gouvernant : le corps et l’éternité de la fonction de gouverner. Cela nous fait sortir de ce faux semblant de croire à une continuité entre citoyens et pouvoir. Alors qu’aujourd’hui le pouvoir doit, structurellement, garder un espace où la transcendance laïque soit possible, ce jeu entre le concret et l’abstrait de la chose publique. Sinon, nous allons vers une société, une République de copains, aux favoritismes affichés ou non, et qui, monde de frères avides chacun d’être le seul qui compte, nous mène droit aux intégrismes en tous genres. Sinon à leurs excès et leurs tueries. Non :  du nouveau advient, la primauté d’une transcendance, celle qui se veut le propre du laïque.


Cohabitation égalitaire de droite, de gauche, du centre : du laïque, du politique et du religieux, du trois en acte de gouverner. Sortir, sans les renier, des relations entre les lieux du pouvoir spirituel et du pouvoir laïque mais en y inscrivant du tiers qui se laisse représenter par cette dimension du féminin, non pas seulement celui qui veut sa place dans notre monde en s’opposant au masculin pour s’affirmer, mais ce féminin de l’homme comme de la femme qui est de ce registre de l’être prenant le pas sur l’avoir. Avoir le pouvoir certes mais savoir s’en écarter, l’oublier sans l’effacer, d’où le retrouver indexé d’une teinte qui le marque de son absence possible….et acceptée à nouveau. Les psy disent :  le symboliser pour le perdre et le retrouver…


Ce n’est pas un triomphe du religieux, voire implicitement du divin, genre « tranquillou ». En tous cas ce tiers symbolique donne au pouvoir de combattre ces fous de dieu à qui il faut sans cesse faire entendre que la foi sans la raison - les chrétiens, eux, le savent enfin – conduit à des horreurs… Sans repentances…

Avec E.Macron la France a échappé d’être en Europe une « République en danger », le principe de laïcité y étant été menacé de fracture grave. Nous voilà au rendez-vous avec l’histoire pour la construire ensemble… si du trois est en fonction ….


A suivre …

A propos du film Belzec de Guillaume Moscovitz, un texte de François Ardeven

publié le 27 avr. 2017 à 09:27 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 5 mai 2017 à 17:32 ]


Chers amis,

Nous avons le plaisir et l'honneur de vous inviter à une séance exceptionnelle du séminaire 2016-2017

LA RESPONSABILITÉ EN QUESTION

Sous la direction de

Michel Gad Wolkowicz

Président de l’Association Internationale Inter-Universitaire et de l'Interdisciplinary Institute Schibboleth – Actualité de Freud –

Institut Supérieur Européen de Gestion

28, rue des Francs-Bourgeois, Paris (IV)

– ש –

13ème séance


Séance exceptionnelle
Schibboleth – Actualité de Freud – et Yom Ha Shoah 

BELZEC 
Projection-débat du film 

Guillaume Moscovitz : Présentation du film « BELZEC »

Jean-Jacques Moscovitz : « L'Enténèbrement »

Jeudi 4 mai 2017 de 20h30 à 23h00

Institut Supérieur Européen de Gestion
28, rue des Franc-Bourgeois, Paris (IV)

Sous la présidence de  Michel Gad Wolkowicz Professeur de Psychopathologie, Universités Paris-Sud, Tel Aviv, Glasgow ; psychanalyste, Association Psychanalytique de France ; Président de Schibboleth – Actualité de Freud – ; « Schibboleth et Yom Ha Shoah » et de Jean-Jacques Moscovitz Psychanalyste, Président Fondateur de Psychanalyse Actuelle et du Regard qui bat; Vice-Président de Schibboleth — Actualité de Freud —) : « L’enténèbrement »

Avec Guillaume Moscovitz  (Documentariste, cinéaste): Présentation

SYNOPSIS : Belzec est chronologiquement le premier camp d’extermination de l’action Reinhard, le plan nazi d’extermination des Juifs de Pologne occupée. Au moins 600 000 personnes y furent déportées et assassinées. Fin 1942, les nazis firent ouvrir les fosses communes où étaient enterrées les victimes et firent brûler les cadavres. Au printemps 1943, le camp fut intégralement détruit, presque un an avant le démantèlement des camps de Sobibor et de Treblinka, et des arbres furent plantés à son emplacement. Belzec illustre la volonté nazie d'effacer les traces de l'extermination des Juifs d’Europe. Effacement des corps, des noms et des lieux. Guillaume Moscovitz filme les séquelles de cet effacement. Presque oublié dans l’histoire de la Shoah. Le meurtre de masse industrialisé du peuple Juif par les nazis ne s'est pas arrêté aux meurtres des vies, il a continué avec la destruction des cadavres de ceux qui avaient été exterminés. Ce qu'on appelle aujourd'hui le négationnisme était déjà au principe même du meurtre nazi : l'effacement des traces de l'extermination faisait partie du plan d’anéantissement du peuple Juif, et de sa disparition de l'Histoire. En filmant les séquelles de cet effacement, le cinéaste montre la violence de notre présent : là où il n'y a que destruction, comment attester de ce qui a été ? Situé à la frontière Est de la Pologne, le camp de Belzec dont le nom provient de celui du petit village qui se trouve à proximité, a été le cadre de l’extermination de plus de 600 000 Juifs entre 1942 et 1943, année de sa destruction complète par les Nazis. Machine de mort, le camp de Belzec témoigne de la manière dont le régime hitlérien a effacé totalement toutes les traces de sa mécanique génocidaire. Effacement volontaire, négation de la vie comme de la mort de ces centaines de milliers de Juifs, la disparition de Belzec de l’Histoire est le point central et la force de ce film. En traitant de cette immatérialité, de cette non-existence de Belzec, Guillaume Moscovitz en recrée la réalité dans une entreprise qui dépasse la seule reconstitution historique. La réflexion qu’apporte Belzec sur la mémoire passe par la transmission de celle-ci de génération en génération. À cet égard, le parallèle entre le grand-père qui raconte ce qu’il a vu du camp et son petit-fils qui a aujourd’hui le même âge que son aïeul lors de ces événements, donne tout son sens à l’entreprise même du réalisateur qui entend lui-même nier l’effacement de Belzec en se faisant le relais de cette perpétuation de la mémoire. Belzec suit le principe du refus de comprendre, posé comme seule attitude possible et légitime face à la Shoah, refus de comprendre pour ne pas tenter d’expliquer l’absurde par la raison, pour ne pas rationaliser le mal absolu. Belzec, un lieu plombé par le « il n’y a rien à voir » – ni traces matérielles du fonctionnement du camp, ni survivants de la mort de masse – pose avec une particulière acuité la question du témoignage. Le récit de Braha Rauffmann, l’enfant cachée, exprime l’effet en elle des disparitions collectives. Ce n’est pas l’œil qui fait le témoin, mais le regard porté sur l’événement. La force de Guillaume Moscovitz est de réintroduire Belzec dans l’histoire, c’est-à-dire dans le temps. Le camp de Belzec par une recréation de la réalité du lieu qui émerge au cours du film et qui en reste la seule portée, est rendu à une certaine matérialité qui ne peut que faire ressurgir toute la folie de la haine instrumentalement rationalisée l’absurde irrationalité de la Shoah, tout en luttant efficacement contre toute forme de négationnisme, illustrant ainsi les propos de Primo Levi : « L’histoire du Reich millénaire peut être relue comme une guerre contre la mémoire, une falsification de la mémoire, une négation de la réalité allant jusqu’à la fuite définitive hors de la réalité ».

Le nombre de places étant limité et l’affluence très importante, il est conseillé de s’inscrire dès que possible. Nous vous remercions de diffuser auprès de ceux que cela intéresserait, et vous adressons nos cordiales salutations. 

> Informations, inscription, programme sur Schibboleth.fr secretariat@schibboleth.fr


Michel Gad Wolkowicz et les Comités Éditorial et Scientifique pour le Séminaire : 
Thibault Moreau, Jean-Jacques Moscovitz, Jacques Tarnéro, André Aboulkheir, Jacques Amar, Cyril Aslanov, Patrick Bantman, Michaël Bar Zvi, Pierre Benghozi, Jean-François Bensahel, Sylvie Benzaquen, Georges Bensoussan, Claude Birman, Pascal Bruckner, Danièle Brun, Évelyne Chauvet, Viviane Chetrit, Claudine Cohen, Marc Cohen, Daniel Dayan, Frédéric Encel, Eugène Enriquez, Simon Epstein, Marion Feldman, Georges Gachnochi, Yolanda Gampel, Michel Granek, Bernard Golse, Bernard Grelon, Serge Hefez, Christian Hoffmann, Joël Kotek, Michèle Lévy-Soussan, Didier Lippe, Émile H. Mallet, Éric Marty, Sylvie Méhaudel, David Mendelson, Lionel Naccache, Marc Nacht, Sophie Nizard, Marc-Alain Ouaknin, Michaël Prazan, Ann-Belinda Preis, Philippe Robert, Rachel Rosenblum, Marie-Hélène Routisseau, Jacques Rozenblum, André Senik, Daniel Sibony, Jean-Benjamin Stora, Sam Tyano, Henri Vacquin, Monette Vacquin, Philippe Val, Régine Waintrater, Eva Weil, Hélène Widlöcher, Simone Wiener, Jean-Pierre Winter, Jacques Wrobel, Daniel Zagury, Paul Zawadzki .



à propos du film Belzec, un texte de François Ardeven

Nicole Jaquot est décédée

publié le 27 avr. 2017 à 07:40 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 7 mai 2017 à 17:13 ]

Notre collègue et amie Nicole Jaquot est décédée le 23 avril. C'était une remarquable analyste d'enfant, elle a animé pendant dix-hui ans avec Fernand Niderman et moi-même un séminaire sur la clinique et la théorie de la psychanalyse avec les enfants. Elle a participé à un travail collectif et mené avec passion , qui a consisté à étudier l'enseignement de Lacan et a en tirer ce qui devait renouveler le travail avec les enfants. Formée par Jean Clavreul ; elle a été la secrétaire du C.E.R.F puis plus brièvement de Psychanalyse Actuelle où elle est entrée avec ses amis et compagnons de travail. Exerçant comme de nombreux analystes d'enfants à la fois en libéral et dans les institutions, elle a contribué à introduire la Psychanalyse dans les institutions . C'est en psychanalyste qu'elle recevait les parents amenant leur enfant aux consultations publiques et comme dans un courant important dans le champ de travail avec l'enfant , elle s'adressait à l'enfant le constituant d'emblée comme un sujet. C'était une femme courageuse , elle avait des idées justes sur l'environnement social. Elle était fille d'instituteurs lorrains résistants pendant la deuxième guerre mondiale.

Hommage a Nicole Jaquot décédée le 23 avril 2017


Notre amie, collègue, Nicole est morte dimanche 23 avril dernier à l'hôpital Cochin à 10h. 50, j'étais avec sa fille Aurélie auprès d'elle presque jusqu'à la fin.

Quarante années de vie et de travail où nous avons été extrêmement proche , elle avait comme moi une passion pour la psychanalyse et pour le travail de l'analyse avec les enfants.

J'ai rencontré Nicole après la mort de Jacques Lacan et après la dissolution de l'Ecole Freudienne dont nous étions membres toutes les deux.C'est plus tard quand je l'ai connue que j'ai appris qu'elle avait fait son analyse avec le Dr Jenny Aubry qui était aussi Chef de service de Pédiatrie et membre importante de l'Ecole Freudienne . Je ne connaissais pas Nicole pendant son analyse avec Jenny Aubry et pourtant j'étais moi-même interne puis chef de clinique dans les services où elle était la Patronne comme on disait à l'époque.

Quand nous nous sommes rencontrées , il y avait quelqu'un d'autre qui était là et qui faisait lien entre nous deux, c'était Fernand Niderman. Et nous étions toutes une petite bande de jeunes psychanalystes , d'amis et d'auditeurs enthousiastes du séminaire de Lacan.

Puis il y a eu la création de l'association Psychanalyse Actuelle Avec JJMoscovitz, Anna-Marie Houdebine, Michel Guibal et beaucoup d'autres amis et nous les avons très vite rejoints. La Rupture de l'Histoire et quelques signifiants majeurs amenés dans les débats par J.J Moscovitz, la mémoire des évènements de la deuxième guerre mondiale, étaient centraux pour chacun de nous trois, pour des raisons profondes différentes. Fernand était le fils d'un déporté mort à Auschwitz. Nicole avait des parents résistant et un père décoré qui avait été un combattant. Et moi je me sentais toujours « l'enfant cachée » ayant échappé par miracle.

Je voudrai parler là de celle qui a donné un sens à ce que nous avions vécu enfants, Anne lyse Stern déportée revenue d'Auschwitz qui a éclairé avec son récit de la grande Histoire qu'elle avait vécue notre histoire et notre traumatisme personnel. Elle a été très importante pour nous trois.

Pendant toutes ces années nous avons travaillé et progressé , appris, compris ensemble .Le séminaire « l'enfant ...le psychanalyste » appellation inventée par Nicole , s'est poursuivi jusqu'à la disparition de Fernand Niderman. Après ce n'était plus pareil.

Fernand , fils de prolo, érudit, psychanalyste , nous avons eu la chance de l'avoir toutes les deux pour discuter, commenter, lire tous ces auteurs qui avaient travaillés et écrits sur l'analyse des enfants. C'était un véritable pilpoul une étude des écrits et de la doctrine freudienne et lacanienne, une espèce de yeshiva laïque et athée.

Je reste seule pour témoigner de ce trio si différent, si proche, si amical que nous avons été.

Quand j'ai pris la direction du CMPP de Saint Mandé que nous avons nommé il y a quelques années CMPP de Saint-Mandé -Fernand Niderman , j'ai fait venir mes deux copains , parce que travailler avec les enfants qui venait là pour « guérir » c'était un vrai bonheur.

Quand Guy Sapriel a pris la relève au CMPP Nicole est restée avec lui.

Après cela nous avons continué dans le 5ème arrondissement , en libéral, pendant encore une bonne décennie . Mais je crois que peut-être l'âge venant il n'y avait plus le flamme exaltante pour transmettre l'analyse des enfants qui a été notre engagement pendant toutes ces années et qui a soutenu notre désir de travailler ensemble.

Il y a sans doute beaucoup d'autres choses dont je pourrai parler pour honorer Nicole Jaquot. Je le ferai peut-être plus tard.

Je dirai que c'était une femme formidable par son courage , sa droiture, son engagement dans ce qu'elle faisait avec les enfants qu'elle recevait, son gout pour la culture, les livres, les voyages à l'autre bout du monde, son amour pour sa fille , ses petits fils.

C'était dans la complexité de sa personnalité une belle et originale personne .

Elle a accompagné une partie très importante de ma vie.

Je vous rappelle les obsèques seront le 3 mai . à 9 heure30 au funerarium de l'hopital Cochin puis au cimetière du Père Lachaise salle Mauméjean à 11heure 30.

Maria Landau

Hommage à Michel Guibal

publié le 13 mars 2017 à 04:28 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 22 mai 2017 à 04:23 ]


            

Hommage au Monsieur Michel Guibal

Par Huo Datong

J’ai commencé à faire une analyse chez Michel Guibal en septembre 1987. Comme mon français est très mauvais, dans certains cas je narrive pas à trouve le juste mot français pour traduire le caractère chinois au quel que je pense. Il m’a demandé donc d’écrire le caractère sur le papier et d’expliquer la structure de ce caractère chinois et d’expliquer la signification des composants de ce caractère. Mais, dans beaucoup de cas, je ne comprends pas la cause de la construction de ces caractères chinois.

Cela m’a fait honte, parce que j’ai une formation de l’histoire chinoise et j’ai travail, en tant qu’historien, pendant cinq ans au Musée du palais impérial à Beijing. Cela m’a conduit à commencer à étudier l’histoire de l’écriture et sa structure.

Les plus anciens caractères chinois sont les pictogrammes. Ces pictogrammes ont une double fonction. Ils représentent le signifié et aussi le signifiant. C’est-à-dire le pictogramme est aussi le phonogramme.

Par une évolution, les pictogrammes sont devenus les idéophonogrammes. Ils comprennent principalement deux parties dont une partie qui est idéographique représente-le signifié et l’autre partie, phonographique représente le son et le signifiant.

La double structure de l’écriture chinoise peut nous aider à résoudre l’opposition qui se trouve entre la théorie de l’inconscient freudien et celle de l’inconscient lacanien. Car Freud insiste toujours que l’inconscient comporte seulement les représentations de chose, c’est-à-dire les signifiés ; tandis que Lacan pense toujours que l’inconscient est structuré comme un langage, c’est-à-dire l’inconscient comporte seulement les signifiants ou bien les représentations de mot.

Et la double structure de l’écriture chinoise nous conduire à penser que l’inconscient est deux dimensions (si on ajoute lémotion, il est trois dimensions) dont l’une dimension est la représentation de chose, le signifié, c’est la dimension freudienne, et l’autre, la représentation de mot, le signifiant, c’est la dimension lacanienne.

À partir de lannée 2000 il commence à venir régulièrement à Chengdu pour donner le séminaire ou bien pour organiser le colloqueIl fait aussi venir à Chengdu beaucoup de ses amisespsychanalyses françaisIl a fait tout ce qu’il est possible pour la diffusion de la psychanalyse en Chine pour le développement de la psychanalyse en Chine et pour létablissement de l école chinoise de la psychanalyse

Nous Centre psychanalytique de Chengdu comptons construire une tombe qui contient seulement ses effets personnels à Chengdu et publier un numéro spécial de Étude de la psychanalyse qui contient tous textes de ses séminaires qu’il a fait à Chengdu

Je souhaite le plus sincèrement qu'il repose en paix

Huo Datong - Centre psychanalytique de Chengdu


À Claude Guibal son épouse et leurs enfants et petits-enfants, aux amis de Psychanalyse Actuelle,

Michel Guibal est décédé à Paris ce vendredi matin 10 mars 2017 à la Maison Jeanne Garnier où Il était en "soins palliatifs".
IL ÉTAIT... Michel, Michel... Michel... des points de suspension, tu savais t'en servir. Ils sont à toi maintenant. Avec d'autres, on s'est suivis, toujours proches, jamais complices face à l'adversité du monde et de celle présente dans la psychanalyse surtout. Nous savons grâce à toi de quoi il s'agit désormais. Remonter le sens, le chemin du symptôme... aller contre, contre la masse compacte comme disait Freud...De Michel, sa manière, son originalité, son idée maîtresse c’était quand il le fallait, de désobéir sans détruire. Jamais. Désobéir aux injonctions des maîtres, celles et ceux qui se veulent tels entre psychanalystes. Et entre psychiatres, car venu de la psychiatrie asilaire il avait un lien privilégié à Henri Ey, pour beaucoup notre enseignant, c'était son appui dont tout récemment Il nous avait entretenu abondamment avec son talent de conteur. Ce fut la dernière fois en octobre 2016 qu'il fit son séminaire à la demande de certains d'entre nous. Il est venu à Psychanalyse Actuelle dès le début en 1988. Il voulait participer à cette aventure pour faire entendre comment "l'Europe nazifiée" nous avait abîmés. Et atteint les liens des gens de la parole, de celles et ceux pour qui parler engage. D'où sa critique des institutions analytiques, d'où son intense intérêt pour la passe, soit le passage du privé au public du témoignage d'un praticien qui a en lui l'exigence de dire ce passage à l’analyste. Sans relâche, Il questionne l'hétérogénéité de nos constructions d'associations pour praticiens de la psychanalyse. Ne jamais rester dans l'homogénéité trompeuse et ne pas prendre de risque et dès lors rester ignorants face aux novations de nouveaux venus. Et ce fut l’Inter ! L'INTER-ASSOCIATIF EUROPÉEN DE PSYCHANALYSE. L'I-AEP... Avec de formidables échanges sur le trait d'union entre inter redoublé de ce petit trait d'écrit pour faire vivre et lutter pour que la différence se maintienne et fasse acte de transmission.
Et ce fut la CHINE, sa rencontre avec Huo Datong à Chengdu, où Il se rend de très nombreuses fois pour transmettre la psychanalyse à la Freud et à la Lacan. Sans s'illustrer d'un quelconque esprit de conquête dont on est abreuvé en France dans la communauté des psys. Il y part la première fois avec dans sa valise le film SHOAH de Lanzmann qui est un des appuis de Psychanalyse Actuelle. Il le montre. C’est la rencontre immédiate sur la destructivité en acte en Chine. Et qui évoque tellement celle de l'Europe que le travail de transmission devient réciproque. Preuve en est : Michel Guibal désigne passeur Huo Datong son analysant. Voilà l'Intelligence de la position de Michel où il agit son savoir d'analyste pour ouvrir de nouvelles voies pour transmettre nos enjeux de praticiens de l’inconscient. Il était aussi fin cuisinier de mets de son coin de France qu'il aimait tant, le Gers le pays de ses parents, d'où il tirait sans bruits sa force de vivre.
Michel tu nous quittes, mon ami, mon grand ami ...

Jean-Jacques Moscovitz


J’ai rencontré Michel Guibal il y a très longtemps et j’ai trouvé un Maître , oui, j’ai été pendant toutes ses années son élève , j’ai été fidèle à tous ses séminaires,  semaine après semaine , émerveillée par son érudition, pas toujours sur la psychanalyse mais sur des savants théologiens du moyen-âge , sur des sages chinois et aussi sur des petites questions minuscules , une phrase ,un mot, d’un séminaire de Lacan dont il parlait pendant plusieurs séances, mettant Lacan au niveau de ces sages chinois ou des théologiens .Il cherchait des vieux livres dans les librairies du quartier latin. On disait qu’il se levait très tôt pour lire et travailler sur ses documents. Il échangeait longuement avec Henri Fontana sur tel ou tel point de la pensée d’un obscur penseur (pour nous) du corpus chrétien. Cette construction de la pensée et du langage m’a permis de m’assurer et de comprendre, ce qui est pour les humains le « monde" qui nous entoure et nous fait vivre dans la culture, dans l’histoire, dans la sublimation. Il a été un passeur. Il nous a transmis l’obligation éthique d’en faire autant et de poursuivre sur ce chemin.

Maria Landau


Alors Michel s'en est allé...
Tristesse de ne plus traîner à ses côtés en devisant jusqu'au café, en sortant des débats et séminaires, jouer ensemble avec pétillance et tendresse aux plaisirs de l'esprit et au cocasse des situations. Longtemps je t'ai côtoyé en silence sur les bancs du "Cheminaire " de Lucien Kokh, où je te remarquais en sandales par tous les temps, avant qu'on se retrouve atteler à Psychanalyse Actuelle autour des mêmes enjeux, toi réel aventurier de la parole, qui nous convia à t'accompagner en Chine pour y poser les premières pierres de la pratique de la psychanalyse, et du premier groupe d'analystes chinois, qui se chercha avec toi et nous lors de ce premier colloque, un nom qui les représente. Tu y as initié la création de cette trame collective, de transmission de l'esprit de la psychanalyse ; moment historique très émouvant pour moi.
De retour à Paris ni une ni deux, tu œuvres pour faire entrer l'association chinoise de Chengdu à l'Inter- associatif européen de psychanalyse ! ne craignant pas de semer le trouble.
On peut dire Michel, que tu étais "un passeur "au sens où on en parle dans le milieu du jazz, pour un musicien qui ouvre une autre voix.
Tu vas nous manquer si souvent.

Barbara Didier-Hazan
"Tu ne parles pas le français, je ne parle pas le chinois" alors causons !
Vous dites "malaise dans la civilisation" Michel Guibal dit Détresse dans la civilisation, et avec votre malaise vous ne le tirerez pas dans votre gouffre de déni et de maquillage des enjeux de toute psychanalyse singulière.
Oui Michel, détresse, et Détresse aussi du corps (et pas malaise dans le corps). Mais avec toi le souffle de l'esprit a tenu et ne s’est pas fait engloutir. Tenu jusqu'à l 'ultime "bout du bout du monde".
Michel instaure des décalages : détresse-malaise, corps-esprit, là où ils ont LIEU D'ÊTRE. Ce lieu d'être entre le parleur et l 'entendeur, un ESPACE-CHANCE pour une parole OSÉE afin de s'extirper du chaos crée par les connivences, les bientendus, le bon sens commun. Pour Guibal c'est non une fois pour toutes aux électrochocs maquillés en fée électrique, pas si loin d'une chaise électrique homéopathique.
Michel et son sourire de bienvenue à l 'Égaré, à l’hérétique, à qui entend des voix. Ses protocoles hors norme, invraisemblables, me faisaient rire et il aimait ce rire qui était pour lui la preuve de ne pas être tout à fait barjot. Simplement il tenait par-dessus tout à SE SURPRENDRE lui-même encore et toujours. C'est ainsi, cet homme n'avait PAS PEUR de lui. Faire de la vie une épopée, ouvrir ouvrir ouvrir, cela avec toi n'était pas une chimère. Ce bout du bout du monde que tu chantais hier en un duo inouï avec Henri Fontana, c 'est ce que tu proposais à chaque rencontre. Ta grande délicatesse nous facilitait le parcours. Évidemment les conformistes les conseils de l 'ordre, les experts et les tristes sires n'étaient pas à la fête !
Adieu Michel Guibal.

Éric Didier

Ici des extraits de l'article de Pierre Haski paru en mai 2004 dans Libération : "En Chine, le divan n'est plus un rêve"

Pour Michel Guibal, par Élisabeth Roudinesco
L'Hommage à Michel Guibal sur le site Lacan et le monde chinois
En 1980, la Dissolution ayant été «décrétée»par«Un Seul», les Psychanalystes qui n’ont pas rejoint JA Miller et la Cause Freudienne- devenue Ecole de la Cause, créent une « Association » temporaire, «Entre TEMPS» Co-dirigée par M. Monnet et S. Ginestet .Celle-ci un  local est loué à qui veut faire séminaire et essentiellement édite 1« Bulletin » où ils peuvent continuer à transmettre leur travail.

Cet « Entre Temps « qui « aurait fait son temps » se dissout en Septembre 1982..

Certains désignés (humoristiquement voire ironiquement) comme «comité occulte» créent, alors, une Association selon le modèle idéal voulu par Michel Guibal : une Fédération -dite alors « Fédération des Ateliers de Psychanalyse»: Fédération de 3 Collectifs : 

A-) Le Collectif des Evénements Psychanalyse(C E P ): les Cofondateurs sont et seront de 8 à 9 ( F Hofstein, R.Zygouris, P. Lévy, P. Delaunay, L. Mélèse, H Yankélévitch, D. YanKélévitch ...et Michel GUIBAL.... Ce Collectif prend l’initiative de Colloques , à 1 rythme intense (1 à 2 par an ), les exposés et débats sont publiés dans la collection dite
«L’ Imparfait»(clin d’œil de l’histoire à venir:le n°2 ,réplique au n° 1 l’Étranger, porte en page de couverture des idéogrammes chinois !!!)

: B) Le Collectif de rédaction d’un Journal « Espaces »dont chaque numéro propose 1 thème de réflexion (cf« Le Monde Intérieur »de 1987 le dernier N° ?)

:C) Le Collectif « Ateliers de Psychanalyse », le seul qui se maintiendra (protégé par le statut d’Association Loi 1901 ?) et gardera le nom initial

Chacun de ces 3 collectifs était indépendants ,statutairement parlant, mais...le Signifiant »Dissolution » poursuit son « travail » en sous- oeuvre...(dissolution du C.E.P et d’ESPACES)
Michel GUIBAL démissionne du C.E.P. et rejoint "Psychanalyse Actuelle" , non sans avoir tenté une « fédération » des Associations Psychanalytiques (françaises ?) ayant pour nom « Passerelle».

NB: dernier message écrit de Michel Guibal (à CG): «La bonne nouvelle est que chaque Un a la même structure que la nature ou que dieu, que nous avons tout en nous pour être parfaitement heureux » (25/12/2016)

Catherine Guillaume

Je savais que cela devait arriver. Je suis très touché par la mort de Michel Guibal. Ce fut pour moi l’une de mes rencontres à l’Inter, qui participait à ce que je me rende à ces coordinations avec une attente que quelque chose se passe. À chaque fois qu’il prenait la parole, cela faisait événement, cela me déplaçait, m’ouvrait à de l’in-entendu. Et puis son style, toujours à lever un lièvre, malicieux avec son regard brillant. Son éthique, sa rigueur aussi, quelqu’un en qui j’avais confiance à-priori … et à postériori aussi ! Un homme honnête assurément.
Cela faisait un moment qu’il me manquait à l’Inter et qu’en même temps quelque chose de lui me poussait à maintenir une valeur à ce que je disais, à ne pas céder sur son désir d’analyste. Il était de ces figures marquantes qui m’accompagnent d’une certaine façon. Bref, quelqu’un qui m’aura marqué et continuera par sa présence.
L’annonce de sa mort me rend triste. Bon courage à ses collègues de Psychanalyse Actuelle et à ses proches.

Radjou Soundaramourty


A ce tantôt, Michel ?
Tu ne te laisses pas quitter comme ça toi, prince Yoda, maître en école buissonnière et sonneur de cloches de la torpeur dogmatique.
Père outre-maître et outremer, dodelines-tu du chef avec malice pour faire accueil à la part nomade des gens ?
Où es-tu allé chercher tous ces ailleurs que tu nous a donnés pour ouvrir les fenêtre au plaisir de penser ?
Et ce flair redoutable qui te rendait si vif à saisir nos émotions ? Ainsi quand tu m’as dit, parlant de Michel Hessel à lui même de ton lit d’hôpital : « celui-là il fait rire tout le monde, mais il rigole pas toujours ».
Tu as porté si haut la vérité qu’on n’achète pas plus l’amour d’un enfant que celui de Dieu !!! D’où nous ramènes tu cela ? Est-ce que c’est parce que tu es né plusieurs fois ? Tu as ramené d’Orient graphies et accents qui ouvrent à la glisse de l’enfance. Or qui ouvre glisse brise-glace.
Amour bougon et vanité cul par dessus tête : idées au gramme et clins d’œil au kilo.
Michel ! Michel ! Tu boutes et tu boîtes la disgrâce hors de l’âme… ça fait de l’air. Merci d’être dans mon cœur.

Michel Hessel

Caro Michel, Gentilissimo Guibal, Grazie, grazie per essermi stato amico e ultimo supervisore, mi hai concesso due incontri dove ci siamo visti nel tuo studio che era la tua struttura analitica e etica. Grazie ancora per averti conosciuto e per essermi stato di orientamento. Con molto affetto

Callegari Giovanni


C'est avec une très grande tristesse que nous, membres du GEPG, avons appris la mort de Michel Guibal, pour tout ceux de notre association, et ils sont nombreux, qui avaient eu la chance de croiser sa route à l'I-AEP ou ailleurs, il représentait une force vive de la psychanalyse, ouvert au monde, à ses bruits, il savait nous alerter, nous faire sortir du ronronnement, de nos petites habitudes, il nous délogeait avec humour souvent mais aussi avec une rudesse nécessaire, nous poussait à nous remettre toujours et toujours à la tâche. Il nous manquera beaucoup mais nous essayerons de garder, chacun comme il le pourra, du mouvement dans notre travail avec cette rigueur éthique qui le caractérisait, auprès de nos analysants et de nos collègues. 
Nous te chargeons, cher Jean-Jacques, de transmettre à sa femme, ses enfants, petits-enfants, à tous les membres de Psychanalyse Actuelle, ainsi qu’à ses nombreux amis, ce message et le témoignage de notre profonde amitié.

Anne-Marie Anchisi pour le GEPG

Nous sommes très touchés pour cette disparition. Nous nous souvenons les jours avec lui à l’Inter et ici à Turin.
Nous lui remercions pour la grand questionnement que il a introduit dans nos rencontres.
Toutes nos condoléances.

Annalisa Zacchetti, Stefania Guido, Giovanni Callegari, Franco Quesito
Oui, Michel Guibal nous manquera. Il était, pour moi, l'homme du mot d'esprit, toujours prompt, dans nos rencontres, à faire exister l'inconscient.
Tristesses.

Valérie Marchand
À sa famille, chers collègues, chers membres de Psychanalyse Actuelle
Nous avons été touchées par l'annonce de cette triste nouvelle. Il nous a fallu un temps pour accuser le coup et parler de ce que Michel a pu nous apporter lors de nos rencontres à l'Inter.
Sa présence attentive, les questionnements qu'il introduisait "mine de rien" ne l'étaient jamais au hasard, pour faire avancer les débats. Il savait nous communiquer son expérience d'analyste et de la vie en général. A notre dernière rencontre à la coordination de novembre, il a abordé avec un tact et une simplicité remarquable une question très délicate : celle de sa propre mort dans le travail avec les patients. Nous n'entendrons plus sa petite phrase : "Alors, Les Antilles, comment ça va chez vous ?". Elle nous manquera.

Josiane Desroses. Marie-José Corentin-Vigon

à Claude Guibal 
Chère Claude,
Je crois que je suis le dernier de IAEP pour te faire mes condoléances, mais surement pas d’autant moins sincères. Pas de paroles pour cette perte annoncée, et autant crainte. Il y a peu de temps, en sentant venir ce nuage noir, je voulais absolument être sujet de sa transmission directe dans le fameux face-à-face à ‘La Rotonde’, qui a échoué, mais que toi tu as sauvé. C’était une mémorable soirée que je n’oublie pas, comme on ne peut pas oublier tous ces moments fructueux de ses interventions, dont je me rappelle particulièrement son insistance sur le ‘Kairos’, qui était au début du changement et de la nouvelle vie de l’IAEP. Chère Claude, je pense à toi, et je me joins au cœur des délégués de l’IAEP pour chanter les louanges de ce qu’il a signifié pour notre Inter…
À bientôt,

Leo Ruelens 

Toutes mes condoléances et le témoignage de ma sympathie pour ceux qui ont travaillé et aimé Michel Guibal à l'inter.
Pour moi aussi ce fut une belle rencontre.

Jacques Aubry
Je suis touché par cette disparition .J’ai eu des moments importants avec lui.
Il m’a autant apporté de réponses que de questions…et de l’inattendu
Merci à ceux qui ont envoyé des photos, cela apaise un peu.
 
Pierre Smet
Merci pour ces photos et particulièrement celle ci qui me rappelle comment j'ai rencontré Michel Guibal lors d'une de mes rencontres avec Psychanalyse Actuelle et avec Jean Jacques. C'était il y a des années...
Ainsi Michel s'en va avec cette élégance qu'il a toujours eu. Cette élégance de la pensée, de l'allure aussi, qui ne cède sur rien d'essentiel pour lui dans son engagement dans la psychanalyse. Un style...
Je suis si triste de sa disparition et aussi, j'ose le dire, soulagée pour lui qu'il ne souffre plus.
Nos échanges avant et après mon voyage en Chine m'ont permis de re-découvrir cette élégance et cette acuité qui me manquent, qui nous manquent déjà...
J'adresse à ses proches à l'Inter toute mon affection.

Simone Molina

La mort de Michel Guibal me plonge dans une profonde tristesse.

Anne Santagostini

Toutes mes condoléances aussi de la part de notre association EBP/BSP. Ce décès de Michel, même qu’on devrait s’y attendre, ne peut que nous faire beaucoup de peine. Il laisse un grand vide dans l’Inter pour ces prises de position mais dans ces rencontres ‘I-aep’ c’était aussi un compagnon très chaleureux qui manquera énormément. 
Amicalement,

Karel Lambers

Merci Michel de ta façon inhabituelle, très directe et subversive, de parler. Tu t'embarrassais peu de ce qui est convenu, de ce qui est conventionnel et éteint, au sujet de la psychanalyse. Tu pouvais donc encore étonner avec tes créations de pensée. Merci aussi de ton regard et de tous tes mots chaleureux, qui disaient le plaisir à travailler et penser ensemble, à Psychanalyse actuelle, à l'inter-associatif, au cinéma, dans les cafés. Merci d'avoir été si vif et si vivant, malgré la maladie. Triste...

Jeanne-Claire Adida

À Claude Guibal, ses enfants et nos amis de Psychanalyse Actuelle,
Nous avons été bouleversés par la nouvelle du deuil qui vous frappe si douloureusement. La disparition de Michel laissera un grand vide dans nos cœurs. Bien que nous n'ayons pas connu Michel aussi personnellement que beaucoup parmi vous, en tant qu'un des fondateurs de l'Inter il nous a légué quelque chose qui a eu une influence permanente sur le fonctionnement de notre association. En ceci, nous avons eu une vraie rencontre avec Michel.
Permettez-nous de vous exprimer notre profonde sympathie et nos plus sincères condoléances.

Dries Roelandts, David Schrans, Jean-Pierre Van Eeckhout au nom du Gezelschap voor Psychoanalyse en Psychotherapie
à Claude Guibal
Chère Claude,
J’ai appris avec vive douleur le décès de Michel par Zhang Tao, lors d’un dîner impromptu avec celui-ci, à Paris le samedi dernier.
Comme mû par un pressentiment, juste après la sortie de la coordination I-AEP du 5 février dernier, il me fallait impérativement rendre visite à Michel à La Maison médicale. C’est ainsi que nous nous y sommes rencontrés, à trois. J’estime avoir eu la très grande chance de pouvoir lui faire Adieu, et ce après notre long entretien en ta présence que je n’oublierai jamais. Ce qui m’a frappé, c’est qu’il dit qu’il s’intéressait pour la première fois à l’intégralité des discours faits par les hommes politiques en campagne électorale française actuelle. Cela nous montre bien son souci quant à la politique au sens noble, et non politicienne, en cours. Et en particulier à l’état d’une « Europe nazifiée », comme l’a mentionné Jean-Jacques Moscovitz dans son message en hommage à Michel.
Je me souviens d’une réunion fébrile et agitée à l’Inter, à l'issue de laquelle chacun des délégués devait voter « oui » ou « non » avec justification raisonnée pour la décision de l’Inter de se constituer association Loi 1901.
J’avais voté « non » initialement, ce qui avait levé un certain tollé parmi les partisans du « oui ». Mon idée était et persiste à être, c’est que toute « institution » (institution entendue au sens de l’établissement, selon Jean Oury, par exemple, pour ne citer que lui) contrevient à la psychanalyse. À moins que ce soit une « institution », chère à Oury qui ne cessait de l’élaborer et de la travailler concrètement, sans relâche, au sein de la clinique de La Borde.
En clair, cette institution-là se doit à être ré-inventée à tout instant. Sinon, comme l’a déjà mis en garde Lacan, la psychanalyse sera enterrée. (D’ailleurs, comme je l’ai énoncé - lors de mon bref exposé « devenir psychanalyste-itinéraire » toujours au pied-levé au séminaire I-AEP, organisé par Sotto La Mole à Ravenne en mai 2013 - comme mot de la fin : « Ce qu’il faudrait réinventer en psychanalyse, je propose que ce soit plutôt le dispositif même d’ « être ensemble » des psychanalystes. Sinon, nous serons bel et bien les fossoyeurs même de la psychanalyse. » (Cfr. « Devenir psychanalyste…et le rester », Ed. ETS 2014, p.157).) Et puis, virement de bord de ma part, quand j’avais voté « oui ». Ce, précisément à la suite de l’arrivée de Michel qui avait argumenté pour un « oui ».
Quelqu’un avait même pointé, en rigolade, ma « déclaration d’amour » publique envers Michel (alors qu’il n’y était pas encore), dans ma décision de voter « oui » enfin. Oui, je l’ai fait, parce que c’était Michel.
Par après, il avait à plusieurs reprises émis quelque réserve, voire réticence, toujours à demi-mot, par rapport à ce qui s’est tramé dans le fonctionnement effectif de l’I-AEP nouvellement institué.
Je lui dois une grosse chandelle quant à la découverte de la Chine, par la psychanalyse interposée, grâce précisément à son ex-analysant qu’est Huo Datong, devenu le fondateur de la première institution lacanienne en Chine.
À Cheng Du, tous les participants chinois aux colloques organisés par ce dernier (j’y étais en 2010 et en 2012) le prenaient, selon mon avis, pour le Maître, alors qu’il avait fait tout, sauf un maître, en particulier, dans ses prises de paroles, toujours extra-ordinairement singulières, soit durant les colloques, soit dans des moments informels avec ceux-là. 
Ce que je retiens de Michel, déjà lors de la toute première fois en 2006 quand nous, délégués d’Acte Psychanalytiques, nous nous rendions à Paris pour poser notre demande d’admission à l’Inter, c’était son insistance sur l’Inter, sur le trait d’union, à ne pas entendre comme « international », à ne pas prendre l’I-AEP comme une supra-association. C’est justement cela même qui m’avait marqué et m’intéresse au plus haut point. Le précieux legs que je reçois de Michel, c’est bien ce trait là. Michel, je t'en suis profondément reconnaissant. Mais aussi pour tout le reste..., trop long pour pouvoir être énuméré ici.
Chère Claude, je ne sais que te dire dans un moment pareil. Je te demande simplement de croire en ma profonde sympathie ainsi que de mon souhait de partage, si c’était possible, de votre douleur, à toi et à tes proches.
À la très prochaine fois,
Lê 
Joseph-Lê Ta Van

à Claude Guibal 
Claude,
Pourrions-nous partager un peu de ta douleur ? Michel nous manque.
Il restera pour moi une étoile, un guide pour une rigueur éthique, sans concession.
Que de délicieux moments partagés avec lui, son regard interrogatif, son ouverture, son accueil à l'autre.
Un beau papillon de la psychanalyse s'est envolé.
Mes collègues des CCAF me sont associés à partager ta peine en ces jours bien difficiles.

Martine Lesbats-Aimedieu

Cher Michel,
À l’heure qu’il est, quatre jours après l’annonce de ton décès, et alors que tu t’achemines, en ton dernier voyage, au pays de tes ancêtres, vers un repos (Requiem, n’est-ce pas) tellement mérité, je m’aperçois, dans tous les hommages que t’adressent jour après jour les amis et les collègues, que personne ne relève à quel point tu n’as jamais eu peur ni de dire ni, au besoin, de faire. A fortiori, donc, de mourir.
Comme tu sais, à notre époque, cela n’est vraiment plus de mise, et tout ce qui peut être tu, vaut mieux que ce qui pourrait être dit, surtout s’il s’agit des choses ayant trait à ce qui nous concerne de si près pourtant : la mort, et ce qui permet d’affirmer la vie jusque dans la mort : le sexe donc.
Tu auras tout fait justement pour que nous sortions de cette pusillanimité boudeuse où Lacan a laissé les psychanalystes qui, croyant se réclamer de son héritage, nettoient son Séminaire jusqu’à l’os des mathèmes et restent, ne se parlant donc plus vraiment, encore complètement dispersés et divisés, en ne cessant d’exacerber entre eux les inimitiés et le manque d’égards ?
Comment peuvent-ils ne pas voir que l’Inter-Associatif que nous avons fondé ensemble à l’époque où tu étais encore à la Fédération des Ateliers et où Psychanalyse actuelle n’avait pas vu le jour, que c’était précisément pour surmonter la profonde inimitié qui sévissait encore entre nous, que nous avons pensé devoir farouchement lutter contre une certaine sauvagerie et le profond manque d’élégance où nous étions plongés par le cynique « Diviser pour régner » dont nous étions les victimes trop peu averties, ou pire, consentantes ?
C’est à cette exquise politesse, à cette humaine déférence, dont Lacan était par ailleurs tout à fait capable avec ses intimes, que tu as formé ton monde et retransmis une certaine exigence éthique à l’inter-associatif, avec ta gouaille si particulière et tout l’humour de ton innée gentillesse, je voudrais ici le rappeler d’abord.
Mais je voudrais surtout insister sur le fait que cela n’a pas cessé d’être un vrai combat et que, si tu as enfin pu mériter le repos, c’est à l’issue d’une vie entière de lutte contre la chiennerie de la vie certes, comme pour nous tous, mais d’abord, exemplairement, contre la maladie, mais aussi contre l’incompréhension entre les hommes et les femmes, contre l’impudence des nantis – et il y en avait parmi nous des flopées ! – envers les moins bien lotis, contre le dogmatisme des cliniciens de la structure envers les mal aimés qui avaient cru devoir sortir de leurs gonds ou péter des plombs afin de se faire entendre, enfin et surtout contre les bien assis dans leur fauteuil de psychanalystes, indifférents en matière de politique et remarquablement oublieux des horreurs des camps.
Quel immense combattant tu auras été ! Et quelle énorme capacité de colère rentrée tu pouvais développer ou réserver pour qu’elle éclate à bon escient le moment (bien) venu. Comme les enfants qui n’oublient jamais une injustice qu’ils ont subie, je voudrais saisir l’occasion que me donne ta mort pour souligner à quel point tu auras su te montrer fidèle, et en théorie et en amitié (c’était presque du même ordre pour toi…). Je ne t’ai jamais vu, comme tant d’autres autour de nous, retourner ta veste ou revenir sur un parti pris.
J’en veux pour exemple ce point de désaccord que nous avions à propos de la désignation des passeurs, qui te faisait penser que l’analyste qui nommait son analysant était un donneur, au pire sens de ce mot. Et force m’est de reconnaître que pour mener à bien une alliance entre mon association et la tienne, à propos d’une passe que nous voulions depuis si longtemps inter-associative, j’ai bien dû accepter de faire changer nos statuts et d’admettre qu’y figure l’option que le passant pouvait aussi bien désigner lui-même ses passeurs, ce qui était la seule possibilité admissible à tes yeux.
Je dois avouer que l’étranger que je continue de me croire en France n’a pas voulu te suivre dans ton odyssée chinoise. Comment te le dire ? Cette civilisation si ancienne me paraissait être le comble du non-exotique et, tant qu’à devoir partir pour exporter la psychanalyse dans un ailleurs qui ne la connaîtrait pas, je préférais encore me rendre dans un pays où le fascisme l’avait rayée de la carte, pour essayer de voir comment elle pourrait renaître : tu le sais, en Espagne, mais aussi en Allemagne ou en Italie, il y a encore un vrai combat à mener.
Peut-être allais-tu en Chine, aussi et d’abord, pour greffer la psychanalyse sur les blessures mêmes dont avait pâti un pays à peine sorti d’une soi-disant « révolution culturelle », qui avait taillé dans le vif aux racines mêmes de l’humain.
Mais je pense que tu y as aussi trouvé un accueil qui te reposait un peu du combat, devenu presque trop insipide à tes yeux, à mener en France même contre des psychanalystes se montrant de moins en moins pas-clercs, comme je propose de traduire le lien de Freud, donc peu clairs et pactisant ainsi ouvertement avec les forces de la réaction capitaliste, si nécessiteuse de psychothérapie, ou avec le conformisme technologique qui demande des résultats immédiats et visiblement lisibles.
Et puis la sagesse et la médecine chinoise sont elles-mêmes parvenues, d’abord à prolonger ta vie même, avec je ne sais quelle horrible et mirifique décoction, mais surtout à rendre ton intelligence, déjà si aiguë, encore plus subtile, se frottant comme elle a dû le faire aux délicatesses et joies ardues de la calligraphie et des idéogrammes.
Je ne doute pas que tes textes seront sans doute d’abord traduits en cette langue, réservant ta pensée à l’avenir qui se dessine là-bas et au sel de leur intelligence, avant même de paraître dans la langue et la terre de tes aïeux : quelle jolie révérence tu nous fais là, à nous autres qui ne t’avons sans doute pas assez mérité.
Mais nous sommes encore quelques-uns qui peuvent savoir qu’ils n’ont pas oublié quelle leçon tu voulais nous transmettre et qui tiendront à cœur de poursuivre ce travail qui ne voulait pas faire œuvre, pour rester au plus près de ceux, les fous, qui vivent dans l’absence de cette œuvre même.
Au revoir, Michel.

Jacques Nassif

Douleur de vivre dans un corps,
qu'un jour parvient à nous quitter.
Qu'est-ce qui reste alors?
des mots imbibés de vérité subtile,
le regard avisé,
reflétant la chaleur de la pensée.
Ton sourire franc conviait la proximité.
Tu te savais aimé,
sagesse d'une présence,
qui ne mourra pas.
Quel bonheur Michel de t'avoir rencontré!

Rencontre avec Eran Rolnik

publié le 23 févr. 2017 à 06:23 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 23 févr. 2017 à 06:30 ]

Dimanche 26 Février à 14H30

Maison de la culture yiddish - Bibliothèque Medem

29, rue du Château d'Eau - 75010 Paris

PAF Maison du Yiddish : 5€


Freud à Jérusalem
De Eran Rolnik publié aux Éditions de l'Antilope

Rencontre avec Eran Rolnik

Discutants : Jean Jacques Moscovitz, Psychiatre-Psychanalyste, David Rofe-Sarfati, Psychanalyste.


Cet essai historique traite de l’introduction de la psychanalyse en Palestine avant la création de l’État d’Israël. L’auteur aborde - la confrontation en Palestine d’une science et d’une idéologie, la psychanalyse et le sionisme, tous deux fruits de la Vienne fin de siècle ; le rapport de Freud avec l’idée nationale juive. Des archives inédites montrent sa détermination à éviter que sa théorie soit présentée comme une « science juive » ; l’influence de la psychanalyse dans le système éducatif collectiviste des kibboutz -  le souhait des intellectuels réfugiés d’Allemagne et d’Autriche de maintenir, au Moyen-Orient, l’esprit européen.


Ce livre constitue une recherche originale et inspirée sur l'histoire de la psychanalyse Eran y montre comment une théorie philosophique aux ambitions universelle centrée sur l'individu peut apporter une contribution déterminante à la compréhension d'une société en lutte pour son existence (A B Yehoshua)


Eran Rolnik est né en 1965 à Tel-Aviv, où il vit. Il est psychiatre, psychanalyste et historien. Membre de la société psychanalytique d’Israël, il enseigne à l’université de Tel-Aviv et à l’institut Max Eitingon de psychanalyse de Jérusalem. Il est l’auteur de nombreux articles publiés dans des revues de psychanalyse et d’histoire. Il a traduit plusieurs textes de Sigmund Freud en hébreu.

Il publie régulièrement des articles dans la presse pour exprimer son point de vue de psychanalyste concernant la société et la politique israéliennes contemporaines.


Commentaires pour le débat

Freud à Jérusalem, le livre de Eran Rolnik psychiatre, psychanalyste n’est pas une chronique d’un voyage qui n’a jamais eu lieu de Freud à Jérusalem mais l’histoire du mouvement analytique et de l’intégration au prix de quelques distorsions du freudisme dans le corpus politique en Palestine d’abord au sein du yishouv puis en Israël. Et l’on y découvre que la psychanalyse est intégrée très tôt dans le viatique de premières implantations malgré Freud. On y découvre un Eitingon proche de Freud et ses allers-retours entre la Mitteleuropa et la Palestine pour implanter la psychanalyse et faire reconnaitre la Société psychanalytique de Palestine par IPA...

L’auteur tente un rapprochement entre sionisme, socialisme et psychanalyse, trois inventions juives investies dans une même utopie à régler le problème pathologique de l’âme juive et politique du peuple juif au début de ce 20eme siècle qui inventera la solution finale.  Il nous raconte les échanges complexes entre la psychanalyse comme un individualisme et le sionisme comme un collectivisme, avec en point de capiton cet universel que Freud pourchasse.

L’ouvrage est truffé d’anecdotes, de portraits d’hommes et de femmes ; il donne à voir sous un angle nouveau l’enthousiasme naïf mais si contributif des premiers sionistes, et ce qui est index aujourd’hui la clinique en Israël

David Rofe-Sarfati (Psychanalyste)

 

L'ouvrage d'Eran Rolnik nous éclaire cliniquement et poétiquement sur le lien entre sujet et collectif, intime et politique, et aussi entre psychanalyse et sionisme dans l'entre-deux-guerres. Et ainsi sur ce qui suit une fois l'État d'Israël instauré : comment par exemple la Knesset va définir le juif en tant que citoyen, sinon sur "la foi de sa déclaration". Soit encore sur l'intime selon des lois de la parole et du symbolique alors qu’après, l'intime doit suivre des lois plus globales, moins libres. Et donc plus ou moins fixées. C’est ce passage entre le symbolique de la parole (centrée sur un manque très créatif) et le politique (qui réclame des certitudes) que l'ouvrage nous place de façon innovante. C’est le dilemme d’où la pensée juive sioniste et diasporique, et la pensée psychanalytique y trouvent de nouveaux enjeux et leur richesse.

Jean-Jacques Moscovitz (Psychiatre Psychanalyste PARIS)

1-10 of 88