ACTUEL ET NOVATIONS - LE BLOG DE PSYCHANALYSE ACTUELLE

Manifeste du 1er août 2019 Rio De Janeiro / Nota de repùdio

publié le 16 sept. 2019 à 07:05 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 16 sept. 2019 à 10:22 ]

CONVERGENCIA
FUNCIÓN INFORMACIÓN Y DIFUSIÓN

Prezados colegas - As seguintes instituições da CER - Brasil apoiam a nota de repùdio : - Appoa - Laço Analítico - Maiêutica - Florianópolis - Praxis Lacaniana

MANIFESTE DE CONDAMNATION ET DE REJET

Nous, les Psychanalystes unis pour la démocratie, condamnons les déclarations inhumaines, infâmes et indignes de Jair Bolsonaro. L’actuel président de la République attaque la vérité historique, incite à la haine et à la violence, offense et méprise des citoyens qui se sont battus et se battent toujours pour la démocratie au Brésil.
Et il ne fait pas autrement envers les plus démunis, les femmes, les Noirs, les Autochtones, les LGBTQ+ pour atteindre le comble de l’inacceptable, l’obscène vilipendage de la mémoire d’un militant de l’AP (Action populaire) torturé et assassiné dans les geôles de la dictature militaire.
L’actuel président s’avoue complice de ce crime d’État et se rend en l'occurrence coupable d’un autre crime : l’occultation et l’omission de la vérité historique ( il « sait très bien » comment cette mort a eu lieu), son devoir étant de la rendre publique et de faire punir les criminels au lieu de s’associer à eux. Et voilà que nous apprenons qu’il a destitué le président et trois autres membres de la CSMDP) (Commission spéciale sur les morts et disparus politiques) pour y placer ses pions.
Avec les preuves récemment diffusées des illégalités commises pour le faire élire à la fonction suprême de la République et face aux dangers auxquels est exposée notre démocratie avec les menaces aux libertés garanties par la Constitution, il devient clair que Jair Bolsonaro ne mérite pas d’être le président de tous les Brésiliens compte tenu de son biais partisan, de son absence d’engagement avec la vérité, de son manque d’éthique et de sa cruauté.
Ce qui nous humanise est la vérité historique qui nous insère dans une langue, une culture, une classe sociale, une nation, une histoire et une ligne transgénérationnelle entre nos parents et nos enfants ; ce sont les affects et les pulsions dans les liens sociaux, lesquels nous permettent de promouvoir des institutions garantes d’un pacte social de coexistence où l’autre ne peut être réduit à un objet, abusé ou éliminé ; c’est la liberté individuelle de vivre ses propres choix et de manifester ses opinions et leur potentiel de création et de transformation dans la diversité qui fait de chacun un être singulier.
Nous condamnons tous les actes et toutes les déclarations qui mettent en péril ce qui nous humanise. Nous rejetons le projet en cours de l’actuel gouvernement du Brésil qui va à l’encontre du lien social civilisé et démocratique et promeut la barbarie sociale. Nous condamnons cette necropolitique mue par la pulsion de mort avec ses conséquences dévastatrices pour l’individu, la société, la culture et l’environnement.

Rio de Janeiro, 1er août 2019


NOTA DE REPUDIO

Nosotros, Psicoanalistas Unidos por la Democracia, repudiamos las declaraciones inhumanas, infames e indignas de Jair Bolsonaro. El actual presidente de la República ataca a la verdad histórica, promueve la incitación al odio y la violencia, falta al respeto y desprecia a los ciudadanos que vienen luchando por la democracia en Brasil. Es lo mismo que viene haciendo con los menos favorecidos, las mujeres, los negros, los indios, la comunidad LGBTQ+, culminando con la inaceptable y obscena denigración a la memoria de un joven militante de Acción Popular, torturado y muerto en los centros clandestinos de detención de la dictadura militar.
El actual presidente se confiesa cómplice de ese crimen de Estado, e incidentalmente incurre en otro: el de ocultamiento y omisión de la verdad histórica (él “sabe muy bien” como sucedió esa muerte), ya que sería su obligación tornarla pública y hacer que los criminales fuesen castigados, en lugar de asociarse a ellos. Y hoy leemos que desplazó de sus cargos al presidente y a 3 miembros de la Comisión especial de Muertos y Desaparecidos Políticos, para ubicar a sus correligionarios.
Con las recientes pruebas de ilegalidades cometidas para elegirlo para el mayor cargo de la República, y los riesgos que viene sufriendo nuestra democracia con amenazas a las libertades garantizadas por la constitución, queda claro que Jair Bolsonaro no está a la altura del cargo de presidente de todos los brasileros por su parcialidad partidaria, falta de compromiso con la verdad, falta de ética y deshumanismo.
Lo que nos humaniza es la verdad histórica que nos inserta en una lengua, una cultura, una clase social, una nación, una historia y una línea transgeneracional entre nuestros padres y nuestros hijos; son los afectos y las pulsiones dentro de los lazos sociales, los cuales nos permiten promover instituciones que garanticen el pacto social y la convivencia con el otro, sin hacer de él un objeto a ser abusado o eliminado; es la libertad de cada ser humano de vivir sus elecciones y manifestar sus opiniones con sus potencialidades creativas y transformadoras en la diversidad, que hace –de cada uno-, un ser singular.
Repudiamos todos los actos y declaraciones que ataquen o pongan en riesgo aquello que nos humaniza. Repudiamos el proyecto en curso del actual gobierno de Brasil, que opera en contramano del lazo social civilizado y democrático promoviendo la barbarie social. Repudiamos esa necropolítica movida por la pulsión de muerte con sus consecuencias devastadoras para el individuo, la sociedad, la cultura y el medio ambiente.
Rio de Janeiro, 1 de agosto de 2019


LETTER OF CONDEMNATION

We, Psychoanalysts United for Democracy, condemn the inhuman, shameful, undignified declarations of Jair Bolsonaro. The current President of the Republic denies historical facts, incites hatred and violence, and denigrates and disrespects citizens who campaign for democracy in Brazil. He has been doing likewise with the most vulnerable members of society—women, African Brazilians, indigenous peoples, and the LGBTQ+ community—culminating in an obscene and totally unacceptable vilification of the memory of a young activist tortured and murdered by the military regime.
The current occupant of the presidency admits complicity in this crime against society and in doing so commits the further crime of obstructing justice and withholding the truth. If he “knows very well” how this young man died, he should make this knowledge public and help bring the criminals to justice, rather than siding with them. Furthermore, we now hear that the Brazilian President has dismissed the chairperson and three other members of the Special Commission on Political Deaths and Disappearances and replaced them with his political allies.
With recent proof of illegal acts committed to elect him to the highest office in the land and threats to our democracy and freedoms guaranteed by the constitution, it is clear that Jair Bolsonaro is unworthy of the office of president of all Brazilians, on account of his partisan bias, dishonesty, and lack of ethics and humanity.
We are made human by the historical truth that embeds us in a language, a culture, a social class, a nation, a history and a cross-generational link between our parents and our children. These are the feelings and drives that enable us to create social institutions that undergird the social contract and social relations with others that do not turn them into objects to be abused or eliminated. Herein lies the freedom, with which each and every human being is endowed, to live one’s own life as one see fit and to express opinions that draw on the diversity and transformative creative potential that makes each one unique.
We condemn any act or declaration that assails our humanity or puts it at risk. We condemn the current Brazilian government’s barbarous project, which violates all civilized and democratic social norms. We condemn this necro-politics driven by the death drive and its devastating consequences for individuals, society, culture and the environment.
Rio de Janeiro, August 1st 2019


NOTA DE REPÚDIO

Nós, Psicanalistas Unidos pela Democracia, repudiamos as declarações desumanas, infames e indignas de Jair Bolsonaro. O atual presidente da República ataca a verdade histórica, promove a incitação ao ódio e a violência, desrespeita e despreza cidadãos que vêm lutando pela democracia no Brasil. É o mesmo que ele vem fazendo com os menos favorecidos, as mulheres, os negros, os índios, os LGBTQ+, culminando com o inaceitável e obsceno vilipêndio à memória de um jovem militante da Ação Popular torturado e morto nos porões da ditadura militar.
O atual presidente confessa-se cúmplice desse crime de Estado e incidentalmente incorre em outro: o de ocultação e omissão da verdade histórica (ele “sabe muito bem” como ocorreu essa morte), pois seria sua obrigação torná-la pública e fazer com que os criminosos fossem punidos, ao invés de associar-se a eles. E hoje lemos que ele exonerou a presidente e mais 3 membros da Comissão Especial de Mortos e Desaparecidos Políticos para colocar seus correligionários.
Com as recentes provas de ilegalidades cometidas para elegê-lo ao cargo maior da República, e os riscos que nossa democracia vem sofrendo com ameaças às liberdades garantidas pela constituição, fica claro que Jair Bolsonaro não faz jus ao cargo de presidente de todos os brasileiros por sua parcialidade partidária, descompromisso com a verdade, falta de ética e desumanidade.
O que nos humaniza é a verdade histórica que nos insere em uma língua, uma cultura, uma classe social, uma nação, uma história e uma linha transgeracional entre nossos pais e nossos filhos; são os afetos e as pulsões dentro dos laços sociais, os quais nos permitem promover instituições que garantam o pacto social e a convivência com o outro sem fazer dele um objeto a ser abusado ou eliminado; é a liberdade de cada ser humano de viver suas escolhas e manifestar suas opiniões com suas potencialidades criativas e transformadoras na diversidade que faz, de cada um, um ser singular.
Repudiamos todos os atos e declarações que ataquem ou coloquem em risco aquilo que nos humaniza. Repudiamos o projeto em curso do atual governo do Brasil que opera na contra-mão do laço social civilizado e democrático promovendo a barbárie social. Repudiamos essa necropolítica movida pela pulsão de morte com suas consequências devastadoras para o indivíduo, a sociedade, a cultura e o meio ambiente.
Rio de Janeiro, 1 de agosto de 2019

Colloque International Schibboleth 30 octobre et 1er novembre 2019 : " L'identité en Question"

publié le 13 sept. 2019 à 03:54 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 13 sept. 2019 à 03:59 ]


J-J Moscovitz présentera "Violences en cours" à Marseille le samedi 28 septembre 2019

publié le 10 sept. 2019 à 16:33 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 10 sept. 2019 à 16:34 ]


Colloque Convergencia - Paris 2019 - "Crise dans la culture"

publié le 10 sept. 2019 à 15:56 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 10 sept. 2019 à 16:34 ]


Conférence débat de Maria Eunice Santos

publié le 9 sept. 2019 à 07:58 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 15 sept. 2019 à 09:17 ]

Conférence débat de Maria Eunice Santos, Psychanalyste et psychologue à Salvador de Bahia
Sur l'Actuel au Brésil. Argument de l’auteure : « Je veux parler sur l'attente… »

Enregistré le mercredi 29 mai 2019 au séminaire de Psychanalyse Actuelle à l'ENS Paris

Au nom du père. Renoir en héritage

publié le 30 août 2019 à 00:37 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 30 août 2019 à 00:38 ]

Bernard Eisenschitz, historien du cinéma et Jean-Jacques Moscovitz, psychanalyste - Modération : Marcos Uzal, musée d'Orsay

Le film « Le jeune Ahmed » réalisé par les frères Dardenne est dans les enjeux de l'ouvrage " Violences en cours "

publié le 27 juin 2019 à 04:43 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 27 juin 2019 à 05:00 ]

Le film « Le jeune Ahmed » réalisé par les frères Dardenne est dans les enjeux de l'ouvrage " Violences en cours "

Projection au Regard Qui Bat le vendredi 28 juin 2019

https://www.amazon.fr/VIOLENCES-EN-COURS-Jean-Jacques-Moscovitz/dp/2749255481

« Violence, psychanalyse, cinéma » est l’objet de cet ouvrage éd Ères 2017


L’art ici fait lien entre deux pratiques de discours, l’un psychanalytique par l’expérience de la parole de sujet, et l’autre par les images qui bougent et parlent. Une rencontre est ainsi possible.

Pratiques de la psychanalyse et du cinéma sont liées par une 3e pratique, celle du politique pour faire face au vacarme du monde. Entre art et psychanalyse, surgit l’effet de scandale propre au sujet de l’inconscient contre le danger d’affadissement de ces discours eux-mêmes. Danger de chute de la spécificité singulière à chacun des trois.

L’Art supplée aux défaillances d’énonciation, de prise sur le réel. Dès lors l’art par sa puissance de faire énigme devient index de ce réel, là le discours analytique y trouve sa part d’énigme à résoudre, et où surgit le semblant de sens toujours sans limite et l’illusion que le cinéaste nous montre en nous créant spectateur.

L’artiste en effet sait surpasser le refoulement pour faire des allers-retours non sans angoisse entre les registres du conscient et de l’inconscient qui chez lui sont le lieu d’un refoulement Q mou, contrairement au névrosé qui souvent ne peut facilement y parvenir sans l’artiste. Qui lui sait non sans symptôme oublier son conflit névrotique privé pour provoquer la surprise chez lui comme chez chacun par son acte de création.

Ainsi cinéma, art et psychanalyse s’allient pour qu’intime et désir de l’humain donnent toute leur mesure dans notre vie quotidienne. Le désarroi dans la civilisation leur fait obstacle par des effets sur notre subjectivité et des silences au niveau collectif, dans des guerres exterminatrices au Moyen-Orient et leurs conséquences de violence en France et dans le monde.

« Le Malaise/Détresse dans notre civilisation » est un texte de Freud, il désigne le signifiant d’un idéal de bonheur tant souhaité, qui pourtant se marque au niveau individuel d’être structuré par un manque inhérent au fait de parler, et au registre politique par des États tyrans qui dépeuplent l’humanité.

Cet ouvrage tente alors de savoir comment la violence modifie la pratique de la psychanalyse et appelle à en préciser les limites voire l’(in)efficacité. La violence se transforme-t-elle en discours en libérant notre Moi, ou au contraire, reste-t-elle dans des stagnations de jouissances destructrices actives, qui, demeurant souterraines, non dévoilées, ont des conséquences cachées et des atteintes graves à la civilisation. au « progrès de l’esprit » selon Freud, aussi bien de la vie psychique que celle au jour le jour.

Là se pose un postulat propre à la pensée et à la vie de l’esprit et Freud avance que l’incomplétude narcissique de l’humain trouve sa solution de deux façons : soit par la barbarie, où le comblement de son incomplétude s’effectue par les armes et le meurtre, soit par le droit et donc la parole, c’est la civilisation que Freud oppose à la barbarie. Nous voilà dans le politique où pointe l’intime au risque de l’extrême de la violence entre sujet et collectif : comment se regardent-ils l’un l’autre ? Et ce pour donner à l’intime sa chance de vivre, voire de survivre, de ne pas mourir ? Le cinéma ici nous enseigne et nous interroge sans cesse. Il s’agira ici de films, pour la plupart projetés et débattus dans une activité nommée le Regard qui bat… C’est une activité régulière de projections de films suivies de débats, que nous n’hésitons pas à qualifier de clinique psychanalytique entre sujet et collectif, entre intime et extrême, en France et ailleurs face à la violence jihadiste. Cette violence n’est pas sans évoquer les horreurs du siècle passé.

Cet ouvrage nous les fait percevoir, rencontrer pour en mesurer les effets sur chacun de nous, dans notre vie quotidienne, dans notre pratique de la psychanalyse, de la psychothérapie, de la médecine, de l’art, du cinéma… Et dans notre présence de spectateur, comme témoin actif de l’actuel. Des textes critiques sur les effets actuels du contemporain sur notre subjectivité nous orientent aussi : le complotisme, le tatouage, le transhumanisme, le genre sexué, l’état du politique… où la violence est une atteinte à l’apparentement à l’enfance, au langage et à la filiation.

Voilà notre actuel que nous construisons au plus loin qu’il est possible, des textes et des films nous y conduisent pour donner toute leur place à l’intime et au désir.

Jean-Jacques Moscovitz


Luc Dardenne présente "Le Jeune Ahmed" au Regard Qui Bat le 28 juin 2019 à 20 heures

publié le 5 juin 2019 à 09:35 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 11 juin 2019 à 16:20 ]

PROJECTION SUIVIE D'UN DÉBAT 

Vendredi 28 juin 2019 à 20H

Cinéma Beau Regard

22, Rue Guillaume Apollinaire 75006 Paris
(Ex Cinéma Etoile Saint-Germain-des-Près)
LE JEUNE AHMED
réalisé par Jean-Pierre et Luc Dardenne - Belgique - 2019 

La projection, en présence de notre invité Luc Dardenne, sera suivie d'un débat
Débat animé par : Jean-Jacques Moscovitz, Fred Siksou, Vannina Micheli-Rechtman, Simone Wiener, Laura Koffler, Guillaume Moscovitz

synopsis : Marqués par les attentats, Jean-Pierre et Luc Dardenne s’intéressent dans ce nouveau long métrage au complexe personnage d’Ahmed, un garçon mystérieux de 13 ans qui, au nom de ses convictions religieuses, est déterminé à commettre un meurtre. Séduit par Youssouf, l’imam de la mosquée qu’il fréquente, l’adolescent va rapidement plonger dans le fanatisme religieux et refuser de « s’ouvrir à la vie » comme tous les adolescents de son âge. Aveuglé par ses idéaux de pureté, Ahmed devient inaccessible, et fermé à toute aide extérieure, y compris celle de sa famille et de ses proches. Centré sur ce personnage qui s’enfonce dans une folie meurtrière, le film évoque les tentatives vaines de son entourage de le ramener à la raison.

l’avant-propos de Jean-Jacques Moscovitz : ... « la jolie Louise taquine Ahmed amoureusement avec un brin d’herbe, lui n’en peut mais devant ce cadeau du ciel… Un magnifique élan d’amour adolescente leur arrive, regard à regard, où se profilent sourires… Promesse. La jeunesse triomphe. Mais il ne peut aller plus loin si elle ne veut pas devenir musulmane. Nous sommes dans un monde laïque, une laïcité postchrétienne qui, politiquement, est la nôtre. En France en Belgique et ailleurs. Peut-on parler de religion musulmane alors qu’il s’agit plutôt d’un mode de vie qui peut s’exacerber, se radicaliser. Dès lors ce mode d’être bouscule nos repères occidentaux. Ce n’est pas une religion avec une hiérarchie rigoureuse comme le christianisme acceptant un écart entre croyance et vie citoyenne. Le mode d’être musulman une fois exacerbé n’est plus seulement fondé par un texte, un tapis, un livre de prière, il cherche aussi l’apostat pour l’égorger. Nous sommes dès lors face à un impossible à traiter. Avec le style, la simplicité du film de Jean-Pierre et Luc Dardenne, « Le jeune Ahmed » nous met face à un tel impossible à résoudre, allant jusqu’à l’irréparable. Le héros se prépare en fixant ses lunettes, en fermant bien son blouson pour combattre sans recul Inès son professeur de français. Elle qui propose d’apprendre aux élèves l’arabe du quotidien à côté de celui du Coran. Mais notre loi commune ne convient pas à Ahmed, il fera la loi lui-même, il rendra justice en étant prêt à tuer l’apostat. C’est là une fracture avec son mode de vie dans une action quasiment de guerre. Le cinéma est-il mieux placé pour que chacun se laisse questionner par le radicalisme arabo-musulman chez certains ados ? Ahmed offre des mouchoirs à sa mère pleurant pour la consoler du fait du risque qu’il passe à l’acte meurtrier, comme s’il allait accepter enfin de reculer devant le pire qui le guette... En vain. Que se produit-il alors dans cette fracture où mort et vie s’équivalent ? et qui aboutit à cette captation d’Ahmed et d’autres ados ? En fusionnant mort et vie, ils reviendraient au stade le plus archaïque d’indivision entre naissance de la vie et la non-vie, en les rembobinant (terme de cinéma...) vers le temps originaire où s’instaure l’écart à peine survenu entre vie et non vie. Voilà un des enjeux où ce film place le spectateur face à notre actuel » ...

La transmission en question(s) - Colloque International les 5-6-7 mai 2019 - Jean-Jacques Moscovitz interviendra sur "La transmission dans la langue : mémoire, histoire, littérature, art et cinéma"

publié le 17 avr. 2019 à 07:37 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 18 avr. 2019 à 06:58 ]

COLLOQUE INTERNATIONAL - LA TRANSMISSION EN QUESTION(S)

En hommage à l’œuvre et à la pensée de deux grands penseurs juifs français et israéliens
Michaël Bar Zvi & à Raphaël Draï

5-6-7 mai 2019 à TEL AVIV

Sous la direction de Michel Gad Wolkowicz

Prof. ass. de Psychopathologie - président de l’Association Internationale Inter-Universitaire Schibboleth – Actualité de Freud – מכון אינטר-דיסציפלינרי שיבולת , נוכחותו של פרויד

et de Sam Tyano 

Professeur de psychiatrie - Président d’Honneur de The Interdisciplinary Institute Schibboleth – Presence of Freud – Université de Tel Aviv

En partenariat avec les fondations Adelis & France Israël AkademIn PressFréquence Tel Aviv

Comité d’organisation : Michel Gad Wolkowicz, Sam Tyano, Colette Leinman, Jean-Louis Repelski, Thibault Moreau, Jocelyn Hattab, Richard Rossin, Michel Granek

Comité scientifique : Michel Gad Wolkowicz, Sam Tyano, Michel Granek, Richard Rossin, Ilan Treves, Viviane Chetrit-Vatine, Françoise Ouzan, Colette Leinman, Gisèle Vered, Jean-Jacques Moscovitz, Jean-Pierre Winter, Cyril Aslanov, Philippe Val, Monette Vacquin, Jocelyn Hattab, Simon Epstein, Patrick Bantman, Marc Cohen, Ofer Lellouche, David Mendelson, Claude Birman, Michel Gurfinkiel, Jean-Louis Repelski, Marcel Chetrit, Michaël Prazan, Pascal Bruckner, Éric Marty, Georges Bensoussan

PROGRAMME PRÉVISIONNEL

[intervenants pressentis, sous certaines réserves de confirmation]

Dimanche 5 Mai

9h00 — accueil

10h00 — ouvertures

• Rebecca Boukhris [Adélis pour la recherche, l’éducation et la transmission]
• Muriel Haïm [La Fondation France-Israël : pour l’échange et la transmission]
• Richard Prasquier [le Keren Hayesod : Institution et transmission]
• Michel Gad Wolkowicz [Le nom de personne – Transmission de la haine, haine de la transmission / The transmission of hatred, the hatred of transmission] 
• Michaël Worbs [Défendre la paix dans l’esprit des hommes – Freud à l’UNESCO — Histoire et rôle de l’Unesco dans l’éducation, la culture, et la transmission] 
• Sam Tyano […]

11h30 — introductions

• Pascal Bruckner [La modernité ou la transmission interrompue] 
• Éric Marty [1950-1980, les Modernes et la transmission symbolique]
• Philippe Val [Athènes et Jérusalem, sources de la démocratie. Cachez cette identité que nous ne saurions voir. — Tu finiras clochard comme ton Zola —] 

13h00 — pause déjeuner 

14h30 — session 1

Le sionisme, paradigme d’une éthique politique de la transmission vs transmission de la haine / haine de la transmission   

présidents
• Pascal Bruckner
• Marc Cohen 

intervenants & discutants 
• Simon Epstein [Un peuple face à son malheur : la transmission trans-génerationnelle du souvenir des éruptions antijuives, du Moyen-Âge à nos jours] 
• Georges Bensoussan [Transmission, « devoir de mémoire » et ordre social : un équilibre difficile] 
• Michal Govrin [Mémoire et responsabilité – La transmission de la mémoire de la Shoah : la Hagada pour Yom HaShoah, Hitkansut]
• Richard Rossin [Transmission, judaïsme, sionisme, Éléments de démontage] 
• Jacques Tarnero [« Zakhor » confisqué : les pièges institutionnels du « devoir de mémoire »]
• 
Alexandra Laignel-Lavastine [« Jeunes Juifs de l’Est à Paris après 1945 : une génération intellectuelle pour « six millions de morts en héritage », à travers les Mémoires inédites de Serge Moscovici »]

17h00 — session 2

La passeuse des Aubrais 

projection-débat en présence de l’auteur, Michaël Prazan

table ronde
• Philippe Val • Éva Weil • Pascal Bruckner • Éric Marty • Sam Tyano • Georges Bensoussan • Évelyne Chauvet • Viviane Vatine-Chetrit • Bernard Golse • Jean-Jacques Moscovitz • Jean-Pierre Winter • Patrick Bantman • Michel Gad Wolkowicz

20h00 — Dîner (s’inscrire au préalable auprès de contact@schibboleth)

ש

Lundi 6 Mai

9h00-13h30 — session 3

A. Transmission, tradition / « Judaïsme terminable, judaïsme interminable » ? – « Et tu choisiras la vie »

présidents
• Michaël Prazan 
• Georges Bensoussan 

intervenants & discutants
• Marc-Alain Ouaknin [La lecture, de Freud — Le « complexe du chapeau »] 
• Cyril Aslanov [La place de la compétence linguistique dans la transmission de l’identité juive] 
• Daniel Sibony [Transmission inconsciente et transmission d’inconscient]
• Francine Kaufmann [La transmission de l’identité juive dans les romans d’André Schwarz-Bart]
• Michel Gurfinkiel […]
• Georges-Elia Sarfati [Transmission, symbolisation/dé-symbolisation : À partir d’Israël]

B. La « Sortie d’Égypte » et les « Topiques Sinaïtiques », paradigmes de la liberté responsable et de la transmission. Du sujet collectif au peuple, sujet politique ?

Projection du film de la conférence de Raphaël Draï  tenue au Colloque de Schibboleth – Actualité de Freud – à l’Université de Tel Aviv, Présence de la Shoah et d’Israël dans la pensée contemporaine (cf. l’ouvrage homonyme paru en 2013, chez In Press)
« Sur une proposition inattendue de Charles Baudelaire relative à  » l’extermination de la race juive « . Contribution à la notion de  » transfert antijuif héréditaire  »  »

présidents
• Marc-Alain Ouaknin
• Philippe Val

discutants
Jean-Louis Repelski

intervenants

• Daniel Epstein [En quoi cette nuit diffère-t- elle…]
• Thibault Moreau [Héritage, transfert, mémoire. Ce qui se reçoit, s’élabore, se transmet – avec qui ?]
• Claude Birman [La transmission, alliance des générations]
 Rony Klein [Le sionisme et la crise de la transmission juive]

13h30 — Pause déjeuner

14h30-18h30 — session 4

A. Construction de l’enfant, de l’adolescent, attachement, symbolisation, identification, relation d’objet, individuation, subjectivation

présidents
• Sam Tyano
• Jean-Pierre Winter 

intervenants & discutants
• Bernard Golse [La transmission à double sens – maman/bébé, bébé/maman] 
• Miri Keren [Les devenirs des projections parentales, le « bébé clinique »] 
• Jocelyn Hattab  [J’entends un enfant]
• Simone Wiener [Les séparations symboliques]

B. Psychopathologie. Le sujet face au réel, et dans la transmission / La transmission dans la psychanalyse, et la responsabilité généalogique de l’analyste – « Psychanalyse avec fin, psychanalyse sans fin » ?

présidents
• 
Bernard Golse
• Ilan Trèves

intervenants & discutants
• Michel Granek [Nos ancêtres les Gaulois] 
• Jean-Pierre Winter [Transmettre, ou pas – L’avenir du père] 
• Gisèle Vered [Pères-versions ; transmissions conscientes et inconscientes de nouveaux modèles ?] 
• Jean-Jacques Moscovitz [La transmission entre acte de savoir et de non savoir, quelles conséquences ?] 
• Évelyne Chauvet [L’analyste-passeur : transmission et identité, l’histoire à l’œuvre]
• Monette Vacquin [Transmettre ou muter – Des formes contemporaines du « Qui suis-je ? » et de sa transmission]

19h30 — Apéritif-Cocktail

20h30 — session 5

projection suivie d’un débat autour du film Michaël Bar Zvi, l’ami, le Mensch et le sionisme 

en présence de la réalisatrice, Élisabeth Lenchener

table ronde
Michel Gad Wolkowicz • Éva Weil • Évelyne Chauvet • Simon Epstein  Thibault Moreau • Michel Gurfinkiel • Patrick Bantman • Yaël Hirsch • Richard Prasquier • Richard Rossin • Olivier Véron • Franklin Rausky

ש

Mardi 7 Mai

9h00-13h00 — session 6

A. Nouvelles parentalités, idéologie du neutre et théorie du genre, transhumanisme et transmission

présidents
• Éric Marty
• Michel Granek 

intervenants & discutants
• Viviane Chetrit-Vatine [Les origines et la transmission de l’éthique comme responsabilité pour l’autre au regard des constellations familiales contemporaines]
• Lysiane Lamantowicz [No name — Transmission et théories du complot]
• Charlotte Dudkiewicz-Sibony [Que m’a transmis mon père, rescapé d’Auschwitz à 41 ans ?]
• Ouriel Rosenblum [L’homme transsexuel, sa femme, leur enfant et le psychanalyste — Un premier corps qui se transforme, pour aller à la rencontre de ce premier corps, afin de fabriquer un nouveau corps…]

B. Transmission transgénérationnelle – cultures, religions, idéologies, droit, gérontologie, trauma, humour…

présidentes
• Évelyne Chauvet
• Monette Vacquin
• PatrickBantman

intervenants & discutants
• Marc Cohen [Que nous apprend le midrash sur la  transmission des biens matériels et spirituels d’ABRAHAM à la postérité]
• Patrick Bantman [Rester vivant malgré la douleur — De la transmission intergénérationnelle des traumatismes]
• Israël B. Feldman [Transmission transgénérationnelle du trauma par les victimes et par les agresseurs]
• Muriel Katz [De l’absence de traces à la trace des absents. Un travail polyphonique d’historicisation après la Shoah]
• Yaël Hirsch [Quelle tradition transmet-on ? Penser une forme et un contenu qui fondent le vivre ensemble sans le figer]
• Rachel Rosenblum [Retour sur les lieux du trauma – quand le voyage se substitue à l’interprétation]
• Jacques Amar [Déshériter : une question de droit mais pas seulement]

13h00 — Pause déjeuner

14h30-16h30 — session 7

La transmission dans la langue : mémoire, histoire, littérature, art et cinéma

présidents
• Cyril Aslanov
• Jean-Jacques Moscovitz

intervenants & discutants
• Françoise Ouzan [Les rescapés de la Shoah et la transmission des valeurs juives]
• Yehuda Moraly [La représentation du rapport maître-élève dans le cinema, le théâtre occidental et dans l’univers juif]
• Daniel Dayan [Pour un déminage conceptuel. Comment l’invocation du « respect de l’autre » permet-elle de rendre inaudibles les notions censées permettre la transmission éthique]
• Michèle Tauber [Le yiddish, langue de la transmission dans l’œuvre d’Aharon Appelfeld]
• Colette Leinman [Transmission de l’expérience de l’exil ou de la représentation de l’utopie chez les artistes juifs et israéliens]
• Ofer Lellouche & Michel Gad Wolkowicz [Le veau d’or & la Gradiva : de la chose au verbe]
• Olivier Véron [Politique et métaphysique de la langue chez Michaël  Bar-Zvi et Pierre Boutang]
• 
Guta Tyrangiel Benezra [ Vrai…ment ! Récit de l’enfance sous la terreur]

16h30 — propos conclusifs

• Michel Gad Wolkowicz
• Sam Tyano

17h — clôture du colloque

YOM HA ZIKARON (Jour et cérémonies du souvenir)

ש

Argument

La transmission est au cœur de tous les discours, il y est question de mémoire, d’histoire, de valeurs, de savoirs ; le terme est le plus souvent utilisé en slogan -fétiche ou -relique, une affirmation ayant alors sens de dénégation. Pour autant, elle est au centre d’une clinique du contemporain, se manifestant en symptômes que nous nous proposons de décrypter et d’analyser, en croisant les regards et les réflexions issus des différentes disciplines et de diverses filiations et généalogies de pensées. Tel le registre du Symbolique, la transmission, qui est d’abord un processus, psychique, une décision, une éthique politique et culturelle, avant de représenter des contenus, est essentiellement abordable en négatif, au travers ses échecs, ses avatars, ses formations pathologiques, individuelles et collectives.

Problématiques anorexiques, addictives, états paranoïaques apathiquement pervers marqués par le déni, le clivage, la projection, idéologies totalitaires et génocidaires intriquant délires de foule de filiation et d’auto-engendrement, fantasmes d’immortalité, reproduction du même, de l’identique, universalisme du générique, du quelconque, du « on », de l’indifférencié, rejet de l’altérité, paranoïa de masse compacte, anti-judaïsme et antisionisme dont la transmission de la haine manifeste et agit la haine de la transmission en tant que la transmission est ce qui nous échappe, ce qui en est en même temps la condition. Il s’agirait alors d’interroger la transmission, en creux, la langue sous la langue, dans l’entre-deux, des sexes, des générations, comme processus infini engageant symbolisation, métaphorisation, conflictalisation des identifications et des idéaux, individuation, subjectivation, qui ouvre à la circulation des signifiants et des représentations, à l’inconnu, au champ du fantasme et du transfert, à l’indéfini de la pensée.

La sortie d’Égypte est le récit fondateur de l’invention de la liberté (R. Draï), du passage jusqu’à l’Alliancela Parole en dix Paroles du Sinaï engageant l’éthique de responsabilité, de l’élection, de l’exigence l’élévation intellectuelle, au détriment de la domination de la sensorialité et de la perception immédiate, et de la transmission: une liberté responsable. Mais sommes-nous, et nous tous, sortis d’Egypte ? Quel serait le sens de cette décision prise et mise en oeuvre suite à la menace de meurtre de la part du Pharaon sur les Bn’ai (enfants) d’Israël ? Et en quoi consiste cette sortie? Ce passage ? Le poros ? Comment penser alors transmission en tant que transmission de la transmission, tradition, et création ?

Groucho Marx demandait « Pourquoi ferait-il quelque chose pour les générations suivantes, car qu’ont-elles fait pour lui?« , disant sous la forme de l’humour la responsabilité réciproque, l’ambivalence et le libre-arbitre, participant du processus de la transmission

Comment se construit un sujet, un peuple, « la psychologie individuelle étant d’abord une psychologie sociale », selon Freud qui avançait qu’ »on peut analyser un peuple comme on analyse un individu »? De l’enfant, l’adolescent, au sujet collectif, politique, assumant un travail de culture intriqué à une éthique de vérité, historique, scientifique et psychique, de progrès de l’esprit, et aux avatars de la filiation. Et qu’en est il des transmissions brisées et/ou enkystées, de par les pathologies, les traumatismes trans-générationnels, les génocides et massacres de masse, les deuils impossibles ? Comment remonter, décrypter, analyser les généalogies des cultures qui se crispent, se figent dans le cours de leur histoire dans l’envie, le mimétisme, la projection, la haine mortifère associée à une identité mortifiée et honteuse, investissant alors dans la destruction plutôt que dans le développement, la création et la transmission, passant par la structuration oedipienne, et l’assomption de la dette et de la castration ?

Nous constatons particulièrement aujourd’hui combien, lorsque les Institutions défaillent dans leur fonction de garantes du Symboliquedes référents anthropologiques civilisationnels, le Droit, l’Histoire, les Commandements, ainsi les interdits de l’inceste, du meurtre, du vol, du mensonge, la nomination de la réalité, elles alimentent et valident les délires collectifs, le négationnisme et le révisionnisme, et ainsi la violence et les passages à l’acte. Certaines problématiques s’avèrent particulièrement symptomatiques de troubles des processus d’identification, de filiation et de transmission. L’intégrisme idéologique ou religieux, les utopies entretenant la jouissance du sans-limites, l’appui tant sur un subjectivisme absolu que sur une rationalité instrumentale tout aussi absolue, sur une weltanschauung par trop totalisante, globalisante et synthétisante, dans un dogmatisme et la désubstancialisation du Réel, participent d’une psychologie de masse compacte, à l’encontre d’un travail de culture, la kulturarbeit cher à Freud, d’un universel du singulier intriqué à un processus de subjectivation et d’une responsabilité de pensée et d’action, singulière et collective, du  » Et tu choisiras la vie« , de l’humour en tant que paradigme de la pensée et de la disposition interne de Mensch.

L’antisémitisme est une paranoïa apathiquement perverse, un délire grégaire, une psychose de foule, sans vérité ni langage, requérant un amour radical des certitudes et l’ assurance d’une représentation de complétude narcissique, à quoi la transmission tordue, d’angoisse ou de rire, dont le Judaïsme renvoie une image en miroir, est insupportable en tant qu’elle engage l’assomption de la différenciation, et ainsi de l’incomplétude, du manque, aux sources d’un travail de symbolisation et de sublimation, et la responsabilité à combattre le destin, y compris celui qu’on s’était fait. 

Qu’en est-il de l’articulation de l’inconscient avec le langage, le désir et la Loi ? Qu’en serait-il d’un Totem sans tabous, une culture du narcissisme et du fantasme d’omnipotence, qui marquerait le déclin de l’Oedipe et de la conflictualisation psychique qu’il structure et qui est au fondement de la pensée ? Que produirait aujourd’hui la théorie du neutre et l’idéologie du genre annihilant à la fois l’invention du Père et la figure du féminin, dans la continuité du déconstructivisme, du relativisme culturel, de l’universalisme en vogue, précisément au nom d’un droit à la différence, à l’égalitarisme?

La psychopathologie, une clinique du contemporain et de ses symptômes, l’héritage de Raphaël Draï et celui de Michaël Bar Zvideux des grands penseurs juifs contemporains, à la fois français et israéliens, nos amis chers récemment disparus mais qui continueront à nous accompagner de près dans la réflexion des problématiques fondamentales comme cela a été le cas des dizaines d’années, deux « grands-hommes », des Mann, à qui nous rendons hommage, dont l’existant-Mensch, la pensée et l’oeuvre, étayent singulièrement à partir de cette thématique de la transmission, notre démarche, des ouvrages comme L’Homme Moïse et la religion monothéiste de Freud, des oeuvres, Aharon Appelfeld, Celan, Romain Gary, Perec, Modiano, Schwartzbart, Marquez, Roth, Potok, Bellow, Wiesel, Husserl, Spinoza, à contrario de Sade, Genet, Céline, Baudelaire, des travaux, ainsi sur l’institutionnel (Goffmann), l’analyse du politique, pourraient nous guider… 

« Ce que tu hérites de tes pères, acquiers-le pour mieux te l’approprier », écrit Freud dans la préface de Totem et tabou (1912)et dans l’Abrégé de psychanalyse (1937), reprenant Goethe qui poursuivait : « Ce qui sera laissé de côté sera d’un poids lourd ».

Cette thématique convoquera, ainsi la démarche de Schibboleth – Actualité de Freud –, les divers champs disciplinaires, la psychanalyse et la psychopathologie, le droit, l’histoire et les sciences géopolitiques, l’analyse des discours, des images, des cultures, des idéologies et des médias, la pensée juive et les religions, l’anthropologie et les sciences humaines, sociales et du vivant, la littérature et les arts plastiques et cinématographiques…

Quelques axes

Le développement de l’enfant, de l’adolescent face au réel et dans la transmission, les processus d’attachement, de symbolisation, d’identification, d’individuation, de subjectivation, la relation d’objet, la psychopathologie des liens. ¶ Bâtir un sujet collectif, politique, un peuple (le paradigme du sionisme) – ou pas ¶ Éthique et politique – Héritage-Transmission-Histoire-Tradition – Appartenance et créativité – Construction d’une liberté responsable et de la transmission : La « Sortie d’Égypte », les « Topiques sinaïtiques », des paradigmes à l’œuvre. ¶ Transmission de la haine et Haine de la transmission (antisémitisme) ; propagation de la destruction (délires collectifs de filiation, fanatismes génocidaires, transferts héréditaires ?) ; l’Europe malade de ses dénis, à l’épreuve de la Shoah. ¶ Inconscient, répétition, élaboration : la transmission dans la cure psychanalytique et ses obstacles (transfert, refoulement, clivage…) ; la responsabilité généalogique de l’analyste – « Psychanalyse avec fin, psychanalyse sans fin » ? ¶ Le temps de transmettre, gageure du contemporain : quid de la parentalité, de la place des générations, du sexuel, de l’attraction de l’indifférencié, du neutre, de l’immédiat ? Nouvelles parentalités, idéologie du neutre et théorie du genre, transhumanisme et transmission. ¶ Transmission, tradition, création / « Judaïsme terminable, judaïsme interminable » ? « Et tu choisiras la vie » ; l’oral et l’écrit ; donner, recevoir, critiquer ; responsabilité et libre arbitre dans la réciprocité de la transmission. ¶ Transmission et vieillesse. ¶ Mythes et sciences. ¶ Traumatisme et transgénérationnel vs L’amour de l’humour. ¶ La transmission dans la langue, vérité et fiction (cinéma, art et littérature, historiographie, journalisme…)

Raphaël Draï, Professeur de Droit et de Sciences Politiques, Doyen de la Faculté d’Aix en Provence, puis d’Amiens, Professeur associé à Paris Diderot au département Psychanalyse et Sciences Humaines, Président d’Honneur de Schibboleth-Actualité de Freud. L’oeuvre et la pensée de Raphaël Draï pourrait se nommer « l’invention de la liberté responsable » Le champ de sa pensée associe tradition juive et sciences humaines, qui nous laisse la responsabilité stimulante d’une transmission constitutive du choix de la vie. S’y croisent et s’étaient les unes les autres la pensée psychanalytique, la pensée juive, le Droit, les sciences politiques, le sionisme, la bio-éthique, la philosophie… Depuis La politique de l’inconscient ; La sortie d’Égypte. L’invention de la liberté Le mythe de la loi du talion ; Freud et Moïse. Psychanalyse, loi juive et pouvoir Lettre ouverte au Cardinal LustigerLa traversée du désert. L’invention de la responsabilité ; La communication prophétique Sous le signe de Sion ; Topiques sinaïtiques, à Totem et Thora, en passant par ses textes dans les ouvrages de Schibboleth – Actualité de Freud –, dont « Sur une proposition inattendue de Charles Baudelaire relative à “ l’extermination de la race juive ”. Contribution à la notion de “ transfert anti-juif héréditaire ” »

Michaël Bar Zvi, Docteur en philosophie politique ; Professeur de philosophie en France puis en Israël ; Directeur de la formation des enseignants en philosophie à l’Institut Lewinski à Tel aviv ; Délégué général du KKL en France ; Vice-Président de l’Interdisciplinaire Institute Schibboleth – Presence of Freud – ; auteur d’une dizaine d’ouvrages dont Le sionisme (PUF, 1978), Philosophie de l’antisémitisme (PUF, 1985) ; Pour une politique de la transmission (Les Provinciales, 2016)Avec des thématiques qui seront notamment abordées, s’étayant sur ses écrits : Être et exil, Philosophie de la nation juive Éloge de la Guerre après la Shoah Pour une politique de la transmission ; Philosophie de l’antisémitisme ; Israël et la France ; Jérusalem, désir de vie et crise de l’être ; Le temps, architecte de la transmission dans le monde contemporain. Peut-on «guérir» de l’antisémitisme ? Le cas Pierre Boutang Descendants, héritiers ou témoins ; les fondements de la tradition orale du Judaïsme ;Vergangenheitsbewältigung. L’expérience revécue régulièrement de la sortie d’Egypte réunissant les enfants d’Israël autour d’une Loi, et de la construction du sens de celle-ci, d’une part, et, d’autre part, «le meurtre fondateur », touchent à l’une des interrogations anthropologiques essentielles de la condition humaine.

Avec la participation de :

Eliette Abecassis (Philosophe, écrivain, Fr.): « L’Âme juive ».

Jacques Amar (Maître de Conférences en Droit, Université Paris-Dauphine, Docteur en sociologie, Paris-Jérusalem): «Déshériter: une question de droit mais pas seulement

Cyril Aslanov ((Professeur Aix-Marseille Université /CNRS-LPL (UMR 7309) / Membre de l’Institut Universitaire de France ; Académie de la langue hébraïque, Jérusalem ; Université d’État de Saint-Pétersbourg ; Membre du Comité Scientifique de Schibboleth – Actualité de Freud – Isr-Fr.) : « La place de la compétence linguistique dans la transmission de l’identité juive. »

Patrick Bantman (Psychiatre, Thérapeute familial, Ancien Chef de Service Hôpital Esquirol, Paris, Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud -, Fr, et du Comité Scientifique de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –,Israël, Fr, Isr): « Traumatisme et rupture de transmission trans-générationnelle. »

Georges Bensoussan (Historien Agrégé, Directeur éditorial du Mémorial de la Shoah, rédacteur en chef de la Revue d’histoire de la Shoah, Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –, Fr.): « Entre Auschwitz et Jérusalem ».

Claude Birman (Professeur Honoraire de Chaire Supérieure de Philosophie ; Maître de Conférence honoraire à l’Institut d’Études Politiques de Paris ; Professeur d’Études Juives à l’Université Populaire du Judaïsme ; Membre du Comité Éditorial de Schibboleth — Actualité de Freud — (Fr.): « La transmission, alliance des générations. » 

Rebecca Boukhris (Directrice Exécutive de la Fondation Adélis, Israël) 

Pascal Bruckner  (Philosophe, essayiste, écrivain ; Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –): « La transmission. »

Danièle Brun (Professeur Émérite de Psychopathologie, Université Paris Diderot, psychanalyste, Membre d’Espace Analytique, Présidente de la Société Médecine et Psychanalyse, Membre du Comité Éditorial et Scientifique de Schibboleth – Actualité de Freud –, Fr )

Denis Charbit (professeur de Sciences Politiques, Open University, Tel Aviv, Isr.), s/s rés.

Évelyne Chauvet (Psychiatre, Psychanalyse, Membre titulaire formateur de la SPP, Société Psycha- nalytique de Paris ; Secrétaire scientifique de la SPP ; Membre du Comité de rédaction de Schibboleth – Actualité de Freud – (France) ; Ancien médecin directeur du CMPP de l’OSE, Fr.): « L’analyste-passeur »

Viviane Chetrit-Vatine (Psychanalyste, Membre Titulaire, superviseur et Former President of the Psychoanalytic Society of Israël, Université Paris-Diderot, Membre du comité de rédaction de Schibboleth – Actualité de Freud et du Comité Scientifique de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –, Israël -): «La transmission du matriciel autrement dit de la capacité éthique… » (avec les trois premières années de Moïse à l’ appui !!)

Marc Cohen (Médecin-gériatre, directeur médical du pôle santé autonomie de l’OSE, expert inscrit au TPI ; Frankfurter Center ; Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud – (France), et du Comité Scientifique de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –, Israël, France): « Vieillir et transmettre – Depuis Abraham – » 

Daniel Dayan (« Anthropologue des médias » ; Professeur à The New York School for Social research, New York ; Professeur de Théorie des médias à l’Institut d’Études Politiques de Paris ; membre de l’Institut Marcel Mauss, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris ; contributions à Annals of the American Social and Political SciencesAmerican journal of SociologyCommunicationsThe Journal of Communication, à Cambridge : Harvard University Press ; Membre du Comité Scientifique de Schibboleth — Actualité de Freud; Fr.) 

Charlotte Dudkiewicz-Sibony (psychologue, Hôpital TENON, Service d’assistance médicale à la proctéation – CECOS, Paris): « Que transmettent les donneurs de gamètes ? »

Frédéric Encel (Docteur en science et géographie géopolitique, HDR, Professeur à Sciences-Po, Paris ; professeur de relations internationales et de sciences politiques à la PSB Paris School of Business ; Directeur de séminaire à l’Institut français de géopolitique, intervenant à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) ; Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –; fondateur des Assises nationales de la lutte contre le négationisme, Fr);

Daniel Epstein (Philosophe, rabbin, écrivain, Professeur à l’Institut Psychanalytique de Tel-Aviv, au Collège Matan de Jérusalem, à l’Institut Universitaire Élie Wiesel, Paris); « La transmission de, par, la sortie d’Égypte »  

Simon Epstein (Historien, économiste, Hebraïc University of Jerusalem, Israël; Membre du Comité Scientifique de Schibboleth – Actualité de Freud – (France), et du Comité scientifique de The Interdisciplinary Institute  Presence of Freud –, Israël) : «Un peuple face a son malheur : la transmission trans-generationnelle du souvenir des eruptions antijuives, du Moyen Age a nos jours.  »  

Israël B. Feldman (psychothérapeute, psychologue, victimologue, Docteur en traumatologie; Enseignant-Chercheur en traumatologie et victimologie, Responsable de l’Academic Catedra in Israël – UNITWIN Program on Violence (UNESCO), Isr.): « Transmission transgénérationnelle du trauma par les victimes et par les agresseurs »

Bernard Golse (Professeur et chef de service de pédopsychiatrie, Hôpital Necker-Enfants Malades, Université Paris-Descartes ; Président de l’Association Européenne de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent ; Membre de l’Association Psychanalytique de France ; Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –, Fr.): «La transmission à double fente -maman/bébé, bébé/maman»

Michal Govrin (Écrivain, poétesse, Membre du Comité Scientifique de The Interdisciplinary Insti- tute  Presence of Freud – ; Professeur Emouna College, Institut Van Leer, Isr): « Mémoire et responsabilité – La transmission de la mémoire de la Shoah: la Hagada pour Yom HaShoah, Hitkansut »

Michel Granek (psychanalyste, Membre titulaire et formateur, Psychoanalytic Society of Israël, psychiatre, ancien directeur du département de psychothérapie psychanalytique, université de Tel Aviv ; Membre du Comité de rédaction de Schibboleth – Actualité de Freud – (France), et Vice-Président de de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –; Isr.): « Nos ancêtres les Gaulois »

Michel Gurfinkiel ( philosophe, essayiste, éditorialiste, Fr.-Isr) 

Muriel Haim (Directrice de la Fondation France-Israël)

Jocelyn Hattab (Pédopsychiatre, psychanalyste. Ancien Chef du Service de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent du Centre de Santé mentale de Jérusalem ; Membre du Comité Scientifique de Schibboleth – Actualité de Freud – (France), et du Comité Scientifique de The Interdisciplinary Institute –  Presence of Freud (Israël) ; Senior Lecturer’ à la Faculté de Médecine de l’Université Hébraïque de Jérusalem, Isr.): « J’entends un enfant »

Yaël Hirsch (Docteur en philosophie, Chargée de conférences, Institut d’Études Politiques, Paris, ins- titut d’Études Juives, Paris, Fr):  

Muriel Katz (Professeur de psychologie, université Lausanne, Ch, Membre du Comité de rédaction de l’Association Internationale Inter-universitaire Schibboleth – Actualité de Freud, Suisse): « De l’absence de traces à la trace des absents. Un travail polyphonique d’historicisation après la Shoah »

Miri Keren (Professeur de pédopsychiatrie, Hôpital Gueha; Présidente de l’Association Mondiale de psychiatrie du bébé, Isr).): « Les devenirs des projections parentales et du « bébé clinique »»

Rony Klein (Enseignant à l’Université de Tel Aviv, Isr., Département de Littérature. Spécialisé en philosophie française contemporaine et pensée juive): « Le sionisme et la crise de la transmission juive. »

Alexandra Laignel-Lavastine (Docteur en philosophie, essayiste, historienne de la Shoah, de l’antisémitisme et des intellectuels est-européens au XXème siècle, elle vit entre Paris et Jérusalem)« Jeunes Juifs de l’Est à Paris après 1945 : une génération intellectuelle pour « six millions de morts en héritage », à travers les Mémoires inédites de Serge Moscovici (1925-2014) »

Lysiane Lamantowicz (psychiatre, psychanalyste, thérapeute familial, Membre d’Espace Analytique):  « Transmission et trans-sexualité »

Richard Landes (Associate Professor, Department of History at Boston University, USA; Former director of the now quiescent Center for Millennial Studies; Jerusalem, Israël)

Colette Leinman (Docteur en littératures, Chargée d’enseignement à l’Université Tel Aviv, membre du Groupe ADDAR, Secrétaire et membre du Comité Scientifique de The Interdisciplinary Institute Schibboleth  – Presence of Freud –, artiste plasticienne, écrivain), « La transmission d’images de l’exil dans les œuvres d’artistes juifs et israéliens.»

Ofer Lellouche (Peintre- sculpteur/Tel Aviv, Membre du Comité Scientifique de Schibboleth- Actualité de Freud, et de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –, Isr.) »

Elisabeth Lenchener (cinéaste, productrice): film « Michaël Bar Zvi, l’ami, le Mensch et le sionisme » 

Didier Lippe (psychiatre, psychanalyste -Association psychanalytique de France, Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –, Fr.): « L’anorexique en son miroir »

Eric Marty ( Professeur de littérature Moderne, Université Paris Diderot, Institut Universitaire de France, philosophe, écrivain, éditeur des oeuvres de R. Barthes, Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –, Fr.).

Yehouda Moraly (Professeur Émérite et ancien directeur du Département d’études théâtrales Université Hébraïque de Jérusalem, PhD, Paris III, Université fédérale de Rio de Janeiro, Université de Tel Aviv, Bar-Ilan ; écrivain, metteur en scène de théâtre, Isr.); «La representation du rapport maitre eleve dans le cinema, le theatre occidental et dans l univers juif»

Thibault Moreau (psychanalyste, Vice-Président de Schibboleth- Actualité de Freud): «Héritage, transfert, mémoire – Ce qui se reçoit, s’élabore, se transmet — avec qui ? »

Jean-Jacques Moscovitz (Psychanalyste, Membre d’Espace Analytique; Président de Psychanalyse Actuelle et du Regard qui bat ; Co-Fondateur, Vice-Président et Membre du Comité Éditorial de Schibboleth — Actualité de Freud –, Fr.): « La transmission entre acte de savoir et de non savoir, quelles conséquences? »

Marc-Alain Ouaknin (Rabbin, Professeur des Universités, de philosophie, écrivain ; Membre du Comité Scientifique de Schibboleth –Actualité de Freud –, Fr.): « Le chapeau de Freud et l’humour face au mal »

Françoise Ouzan (Professeur, écrivain, historienne – Senior Research Associate, Goldstein-Goren Diaspora Research Center, Université de Tel Aviv (Isr.) ; membre de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –, Isr.); « Les rescapés de la Shoah et la transmission des valeurs juives »  (réflexions d’ordre historique, sociologique, psychologique et littéraire).

Richard Prasquier (Médecin cardiologue, Président du Keren Hayessod, France, ex-Vice Président de la Fondation de la Mémoire de la Shoah, Président d’Honneur du CRIF)

Michaël Prazan  (Écrivain, cinéaste, documentariste, Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –, Fr.): « La passeuse des Aubrais », film

Ann-Belinda Preis (Anthropologue, Ph.D. , Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –Danemark); 

Franklin Rausky (docteur d’Etat ès-Lettres et Sciences Humaines, ancien maître de conférences à l’université de Strasbourg et directeur des Études à l’Institut d’études juives Élie Wiesel, ancien co- directeur du département de recherche « Judaïsme et christianisme » au Collège des Bernardins ; di- recteur de recherches doctorales à l’Université Paris-Diderot (Psychopathologie et Psychanalyse), Doyen de l’Institut Universitaire d’études Juives Elie Wiesel, Fr.) 

Jean-Louis Repelski (Universitaire, Université de Tel Aviv, membre du Comité Éditorial de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –, Isr.);

Ouriel Rosenblum (Prof. Psychopathologie Paris Diderot, psychiatre d’enfants et d’adolescents; responsable médical, pôle enfants OSE; attaché de recherches au CHU Pitié Salpêtrière, CECOS Hôpital Cochin, périnatalité, service Prof. David Cohen, psychanalyste (Paris, France),

Rachel Rosenblum (psychanalyste, Membre titulaire de la SPP, Membre Titulaire de Schibboleth – Actualité de Freud): « La transmission du trauma »

Richard Rossin (Cofondateur de Médecins du Monde, Ancien Secr. Gal.de Médecins Sans Frontières, chirurgien, écrivain, ancien Vice-Président de l’académie Européenne de Géopolitique, Vice-Président de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –, Israël); «Transmission, judaïsme, sionisme, Éléments de montage».

Georges-Elia Sarfati (Professeur des Universités; Ecole française d’analyse et de thérapie existentielles (Logothérapie) V. Frankl; Réseau d’étude des discours institutionnels et politiques; Université populaire de Jérusalem, Membre du Comité de rédaction de Schibboleth – Actualité de Freud – , France): «Transmission, symbolisation/dé-symbolisation: A partir d’Israël ».

Daniel Sibony (Psychanalyste, philosophe, écrivain, Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –, Fr.):« Transmission inconsciente et transmission d’inconscient ».

Jacques Tarnero (Sociologue, ancien Chargé de mission CNRS, Membre du Comité Éditorial de Schibboleth-Actualité de Freud, Fr): « « Zakhor »  confisqué : les pièges institutionnels du « devoir de mémoire »

Michèle Tauber (Maître de conférence HDR en langue et littérature hébraïque moderne et contempo- raine, Université Sorbonne Nouvelle, Paris, Fr.) : « La transmission par les romans d’Aharon Appelfeld »;

Ilan Trèves (Ancien Chef de Service de Psychiatrie Hôpital Shelvata, Professeur et ex-Directeur à l’Institut de Psychothérapie de l’Université de Tel Aviv, Membre Titulaire et superviseur de la Société Psychanalytique d’Israël, Membre du Comité Scientifique de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –, Israël); 

Sam Tyano (Professeur Emérite en Psychiatrie, Ancien Chef de service de Psychiatrie à l’Hô- pital Gueha, Université de Tel Aviv ; former President of the Israeli Council for Mental Health,1997 Chairman of the National project on Infant Mental Health, 2004 Vice President of the International Association for Child and Adolescent Psychiatry ; Président du Comité d’Ethique au sein de la WPA (Association Mondiale de Psychiatrie de l’enfant et de l’Adolescent) ; Membre du Comité Scientifique de Schibboleth – Actualité de Freud – (France), et Président d’Honneur de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud – (Israël);

Monette Vacquin (Psychanalyste, enseignante-chercheuse, écrivain, Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud – (France) ;  Membre du conseil scientifique du département d’éthique bio-médicale du Collège des Bernardins. Ancien membre de la Commission d’éthique bio-médicale du consistoire israélite de Paris. Ancien membre du Collège de Psychanalystes. Paris Lauréate du Grand Prix « Science et conscience » attribué par « Humanisme et Société ». 
« 
Transmettre ou muter – Des formes contemporaines du « Qui suis-je » et de sa transmission »

Philippe Val  (Écrivain, journaliste, essayiste ancien directeur de Charlie-Hebdo, et de France Inter ; Membre du Comité Éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –, Fr.): « Athènes et Jérusalem, sources de la démocratie; Cachez cette identité que nous ne saurions voir. »

Gisèle Vered (psychanalyste, Machon de Tel Aviv, TAICP. Tel Aviv institut de psychanalyse contemporaine, Membre du Comité Scientifique de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –, Israël, Israël): « Pères-versions; transmissions conscientes et inconscientes de nouveaux modèles? »

Olivier Véron (Directeur des Éditions Les provinciales): « Politique et métaphysique de la langue chez Michaël  Bar-Zvi et Pierre Boutang ».

Éva Weil (Membre de la Société Psychanalytique de Paris ; Chercheur associé à Paris I et CNRS, UMR IRICE ; Chercheur associé Paris VII Paris Diderot dans l’équipe du Centre de Recherche Psychanalyse et Médecine ; Chargée d’enseignement à l’Université René Descartes, Paris V, Fr.) 

Simone Wiener (Psychanalyste, Membre de l’association de psychanalyse Encore, Membre du Comité éditorial de Schibboleth – Actualité de Freud –, membre du Regard qui bat; Fr.): «Les séparations symboliques»

Jean-Pierre Winter (Psychanalyste, Président-Fondateur du Coût freudien, Membre du Comité Scientifique de Schibboleth – Actualité de Freud –, expert au près du Sénat, Fr.): « Transmettre, ou pas- L’invention du père ». 

Michaël Gad Wolkowicz (Psychanalyste, Association Psychanalytique de France, professeur associé de Psychopathologie Fondamentale et Clinique, Président de l’Association Internationale Inter-Universitaire Schibboleth – Actualité de Freud – et de The Interdisciplinary Institute – Presence of Freud –, France-Israël): « Le nom de personne –Transmission de la haine, haine de la transmission / The transmission of hatred, the hatred of transmission. »

Docteur Michaël Worbs ( Former Executive President UNESCO, Deutschland))

Inscription au colloque et soirée d’ouverture (cliquer ici)

"Ce que le nazisme a fait à la psychanalyse" - Séminaire de Schibboleth - Actualité de Freud - jeudi 11 avril 2019 - avec Jean-Jacques Moscovitz

publié le 3 avr. 2019 à 09:08 par Psychanalyse Actuelle   [ mis à jour : 5 avr. 2019 à 03:36 ]

"Ce que le nazisme a fait à la psychanalyse"

Jeudi 11 avril 2019 de 20h30 à 23h00

ISEG - 28, rue des Francs-Bourgeois - Paris 75004

Matière de mémoire / Mémoire de pensées
9ème séance du cycle de l’année

Séminaire de Schibboleth - Actualité de Freud

Sous la présidence de Michel Gad Wolkowicz
Psychanalyste, professeur associé de psychopathologie ; Président de Schibboleth - Actualité de Freud - & de The Interdisciplinary Institute Schibboleth - Presence of Freud

AVEC

Laurence Kahn
auteur de Ce que le nazisme a fait à la psychanalyse (puf, 2018)

Jean-Jacques Moscovitz

Jean-Pierre Winter 

Gilbert Diatkine

Monette Vacquin

Le nombre de places étant limité et l’affluence importante, inscription préalable recommandée : secretariat@schibboleth.fr
Participation habituelle aux frais : 15 Euros (étudiants – 26 ans : 5€) ; forfait annuel : 100€

1-10 of 95